Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement / Médias : Désinformation

Désinformation sur l’avortement en Irlande

Lu sur le blog de Jeanne Smits :

"La presse du monde entier vient de saluer – oui, c’est le terme – le
premier « avortement » réalisé en Irlande aux termes de la nouvelle loi
autorisant l’opération en cas de danger pour la vie de la mère. Il
s’agirait donc, à en croire les médias unanimes, d’une mise à mort
volontaire d’un enfant à naître, que Le Monde résume sous ce titre : « Premier avortement légal en Irlande. » Il aurait été pratiqué à la mi-juillet dans un hôpital de Dublin.

Les quotidiens irlandais ont les premiers répandu cette
désinformation, car d’application de la nouvelle loi, il n’y en a pas eu
en l’occurrence. […] La femme en cause dans l’affaire présente souffrait d’une septicémie
grave et surtout diagnostiquée qui représentait une menace grave pour sa
vie alors même que les jumeaux qu’elle portait n’avait pas encore
atteint le seuil de viabilité. Elle a d’abord perdu les eaux ; 24 heures
plus tard, la septicémie avait atteint un tel degré de gravité que les
médecins, après avoir tout fait pour essayer de sauver et la mère, et
ses enfants, ont discuté avec elle et avec son compagnon, pour décider
enfin de provoquer l’accouchement alors même que les deux bébés
n’avaient pas de chance de survivre en dehors du sein maternel. De fait
ils sont morts tous les deux après leur naissance.

Tant les médecins pro-vie irlandais que les directives de l’Institut
irlandais des obstétriciens et des gynécologues affirment que les cas
d’accouchement prématuré induit dans le cadre d’une septicémie mortelle
ne correspondent pas à des avortements puisque l’intention n’est pas de
tuer l’enfant.

Cette affaire pose évidemment des questions morales délicates mais il
faut souligner plusieurs faits : les bébés n’ont pas été tués, c’est
leur naissance qui a été provoquée et ils n’ont pas survécu du fait de
leur prématurité, il ne s’agit donc pas d’un avortement direct
. On peut
souligner qu’ils n’avaient aucune chance de survie non plus dans le sein
de leur mère. Et c’est en appliquant des procédures parfaitement
légales sous l’ancien régime pénal de l’avortement en Irlande que la
naissance a été provoquée : on ne peut pas parler d’un changement
introduit grâce à la nouvelle loi.
[…]"

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]