Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement / Médias : Désinformation

Désinformation pro-avortement en République dominicaine

Jeanne Smits démonte la désinformation opérée par les promoteurs de l'avortement en République dominicaine, qui accusent l'Eglise et la Constitution protectrice de la vie d'avoir précipité une jeune fille enceinte atteinte de leucémie vers la mort en l'empêchant d'obtenir un avortement thérapeutique. Il s'agit d'accusations mensongères, malheureusement reprises par une presse militante. L'adolescente a bien bénéficié d'une chimiothérapie sans attendre.

Ainsi, le père Luis Rosario, coordinateur de la pastorale des jeunes en République dominicaine, a publié le 24 juillet le texte suivant :

« Du point de vue moral : ce qu'on appelle la cause du double effet est bien connu depuis des temps très anciens. Pour l'expliquer de manière simple, il s'agit d'une action en vue d'un bien, mais qui peut avoir comme conséquence quelque chose de négatif. Dans le cas présent il s'agit d'obtenir la santé de la mère adolescente, tandis que le mal possible serait la mort de l'enfant à naître. Il est toujours nécessaire de porter assistance à celui qui se trouve dans un état de santé délicat (dans ce cas précis, l'adolescente) et d'intervenir médicalement en sa faveur, bien que cela puisse entraîner par voie de conséquence la mort de l'enfant à naître. Ce qui est important, c'est d'essayer de sauver la vie des deux, naturellement en prêtant attention d'abord à la personne malade, la femme enceinte.

C'est un procédé auquel les médecins ont recours fréquemment, sans que personne ne mette en doute leur sérieux ni leur respect de la vie. Je ne crois pas qu'il s'agisse ici du premier cas de la sorte qui se soit produit dans le pays, ni même depuis le 26 janvier 2010, date où a été promulguée la nouvelle Constitution, ni encore avant cette date, où l'avortement était aussi interdit.

L'article 37 de la Constitution n'interdit pas de soigner la femme en danger, au contraire, il établit que son droit à la vie est inviolable et donc, il faut la soigner de la manière médicale et scientifique la plus professionnelle possible. Ce que cet article interdit, c'est de violer le droit à la vie. Au cas où en apportant des soins à la mère, en s'efforçant diligemment de sauver la vie de l'enfant à naître, celui-ci en venait à mourir, il ne s'agit pas d'une action punissable, que ce soit sur le plan moral ou légal.

Oui, il est exigé de mettre en œuvre tout ce qui peut l'être pour que l'enfant à naître soit sauvé, dans le cas contraire on se rendrait coupable de négligence, qui est bien répréhensible sur le plan moral et pénal. Le code civil, dans son article 1383, retient la responsabilité civile en cas de négligence ou d'imprudence.

Du point de vue pénal : ce qui caractérise l'acte criminel, c'est l'intention de commettre le crime, cela correspond à l'antique critère du droit romain qui faisait analyser l'Intentio Necandi (l'intention de tuer) ou l'Animus Necandi (l'esprit homicide).

Un médecin qui intervient, dans le cadre de n'importe quelle maladie, sur une femme enceinte, par le simple fait de son intervention professionnelle, n'a pas l'intention d'éliminer l'enfant qui est dans son ventre, mais bien de sauver la vie de celle qui est malade, en ce cas, la mère. Cette intervention professionnelle est licite et ne constitue pas de soi un attentat contre la vie de l'enfant à naître, même si indirectement elle a cet effet.

Ceux qui réclament la dépénalisation de l'avortement se saisissent de n'importe quelle occasion pour faire avancer leur cause. Le cas de cette adolescente leur a fourni sur un plateau d'argent une occasion d'obtenir un impact publicitaire pour l'avortement, en s'appuyant sur la sensibilité humaine qui s'émeut devant la situation de cette femme qui, pendant que l'on débat sur le plan théorique en ressassant un thème déjà suffisamment débattu, a seulement besoin que les médecins agissent de manière responsable en faisant ce qu'ils savent devoir faire.

L'avortement est un crime. Cette mère adolescente, indépendamment de tout ce que nous pouvons dire à ce sujet, est déjà mère et elle a besoin des meilleurs soins, tout comme mérite une attention délicate l'enfant qui est dans son ventre. »

Le cardinal Nicolas de Jesus Lopez, archevêque de Santo Domingo, a également rejeté les accusations :

"nous défendons la vie humaine parce qu'il faut la défendre. Ainsi, dans ce cas précis, on a fait tout ce qui était humainement possible pour qu'elle puisse recevoir les plaquettes. Ils oublient que ce n'est pas la grossesse qui l'a tuée, mais très évidemment, un problème grave qu'elle avait : la leucémie."

Vous savez le rôle que le Salon Beige joue chaque jour dans la lutte contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme; vous connaissez notre pugnacité à combattre chaque jour contre l’avortement, l’euthanasie, le mariage pour tous, la PMA, la GPA et toutes les dérives libertaires.

Le Salon Beige ne remplace pas votre rôle dans ces combats, il les facilite, les accompagne et les stimule<;

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services

Allons-nous laisser la culture de mort triompher ?

JAMAIS

Aidez le Salon beige à préparer les prochains combats pour la loi de bioéthique