Des artistes rendent hommage à Jean-Michel Ribes…

L'auteur, metteur en scène et directeur du Théâtre du Rond-Point à Paris, Jean-Michel Ribes a été agressé hier soir à Nancy par deux hommes qui lui ont jeté des excréments au visage. M. Ribes, qui n'a pas été blessé, avait accueilli en décembre au Théâtre du Rond-Point la pièce scatologique "Golgota Picnic". Il raconte :

"Mardi soir, à 20h30, devant l'Opéra, place Stanislas, deux jeunes hommes ont surgi, m'ont pris mon chapeau et m'ont jeté une assiette remplie d'excréments et de tracts".

Là où l'on commence à sortir de l'intox, c'est quand Jean-Michel Ribes affirme que les prospectus se réclamaient "de l'intégrisme catholique". Les auteurs n'ont pu être interpellés mais l'agression s'est déroulée sous une caméra de surveillance. M. Ribes a déposé plainte pour violences.

Alain Escada, secrétaire général de Civitas, a déclaré :

"Je suis totalement surpris par cet événement. Civitas n'a jamais appelé à des pratiques agressives. Monsieur Ribes l'a bien cherché, à cause du spectacle et de la façon dont il a systématiquement répondu avec mépris et arrogance à l'indignation des catholiques. Je suis sceptique par rapport à la mention de ce prospectus se réclamant de l'intégrisme catholique. Il faudrait en savoir plus".

Acte isolé de personnes ayant eu envie de montrer à Jean-Michel Ribes que tout ne peut pas être considéré comme de l'art, ou tentative de manipulation ?

Addendum : dans un communiqué, Alain Escada écrit :

"Un fait divers qui vient en tout cas fort à point pour assurer une médiatisation au nouveau spectacle qu'il lance justement ces jours-ci et lui permettre de se présenter dans une posture qu'il affectionne : la victimisation. […]

1. Civitas n'a pas appelé à une telle action et ne la revendique pas.

2. Je reste pour le moins sceptique. Qui donc en France se réclamerait "de l'intégrisme catholique" ? Ce vocabulaire, volontiers péjoratif, est certainement très prisé chez les fondamentalistes laïques mais n'est pas utilisé par les catholiques, fussent-ils attachés aux traditions de l'Eglise.

3. Civitas constate avec étonnement cette parfaite adéquation entre l'annonce d'une telle "agression" et le lancement d'un nouveau spectacle.

4. S'il devait s'avérer que ce fait divers soit fondé et que deux jeunes hommes aient jeté des excréments sur M. Ribes, il ne faudrait pas pour autant attendre notre émotion. Ne l'a-t-il pas cherché, lui qui répondit avec mépris et arrogance aux nombreux chrétiens indignés et blessés par les spectacles christianophobes intitulés "Sur le concept du visage du fils de Dieu" et "Golgota Picnic" ? Lors d'un débat télévisé, un représentant de Civitas lui demanda s'il accepterait qu'on recouvre le portrait de sa mère par des excréments, faisant référence au spectacle de Castellucci recouvrant le portrait du Christ de traînées suggérant les excréments. M. Ribes, désinvolte, avait répondu : "Si c'est fait par Andy Warhol, pourquoi pas ?". Ce ne fut pas par Andy Warhol. Ce n'était pas non plus sur le portrait de sa mère. Mais Jean-Michel Ribes pourra certainement y trouver une dimension artistique participative. On a l'art qu'on mérite..."

22 réflexions au sujet de « Des artistes rendent hommage à Jean-Michel Ribes… »

  1. Vladubon

    Un excellent commentaire sur le site du Figaro (commentant le titre : « Ribes agressé par des intégristes ») :
    « Il n’a pas été agressé, il a été artistiquement décoré par les moyens créatifs qu’il utilise.
    Je suis choqué par son refus de dialogue à armes égales. »
    (NB : Remarquez que, lors des spectacles blasphématoires, Le Figaro n’a jamais titré : « Le Christ agressé par JM Ribes » …)

  2. Jacques

    Ca sent l’intox à plein nez. Comme par hasard, les agresseurs se sont “volatilisés”. Exactement comme dans l’affaire du “Piss-Christ” défoncé à la masse. Jean-Michel Ribes a sûrement voulu se faire de la publicité en inventant une agression imaginaire. Si l’enquête ne donne rien, c’est de l’intox.

  3. Vladubon

    Ce qui est curieux, c’est que Ribes avait déjà prétendu avoir trouvé des catholiques ayant pénétré nuitamment dans son théâtre pour le saboter.
    Or on n’a jamais pu trouver trace de ceux-ci (qui auraient tout simplement été libérés par la police… sans être davantage inquiétés…).
    Affabule-t-il ? (pour essayer de s’attirer des spectateurs, par exemple ? ou bien pour justifier les énormes subventions publiques dont il bénéficie ? ou tout simplement par haine du catholicisme ?)

  4. Jean Theis

    Hier c’est un chapeau rempli de la substance qu’on a versé sur le visage du Christ, avant-hier c’étaient le harcèlement des employés de l’hôpital Tenon, il y a quelques années c’était une eau impure du fait qu’Asia Bibi avait tenu le verre…
    Ils appellent cela: l’imagination au pouvoir !
    La Police va avoir du mal à démêler toutes ces vraies fausses interventions. Pendant ce temps, les malendrins peuvent courir tranquillement.

  5. C.B.

    1) Si “l’agression s’est déroulée sous une caméra de surveillance”, on devrait pouvoir visionner les “fascistes déguisés en curés” (article en lien).
    2) En quoi était l’assiette?
    3) Où peut-on voir les photos des tracts qui lui ont été fournis en échange de son chapeau?
    Dans tout ça, on a des affirmations de Monsieur Jean-Michel RIBES, mais c’est curieux qu’on ne MONTRE pas le quart du commencement du début d’une preuve de ce qu’il affirme. Aurait-il besoin d’un bon coup de pub pour faire venir du public à son spectacle?

  6. Malleus

    Je ne comprends pas de quoi M. Ribes se plaint ? Étaler du caca sur le visage des gens, ce n’était pas artistique et progressiste ? Et d’abord, est-ce qu’il est bien sûr, avant de crier à l’attentat, qu’il ne s’agit par d’un happening par des artistes d’avant-garde, où son propre rôle est audacieusement mis en abîme ?

  7. Denis Merlin

    Il s’agit d’une évidente manipulation par ceux s’en prennent à la liberté religieuse des chrétiens (les francs-maçons pour ne pas les nommer). Il est probable que monsieur Ribes n’a pas été préalablement mis au courant.
    Avant-hier Castellucci et Golgotha pic nic, puis la répression par des magistrats haineux, hier les “anonymous” aujourd’hui l’agression de monsieur Ribes, les manipulateurs ne chôment pas. Préparons-nous à des persécutions encore plus violentes.

  8. Sancenay

    La farçouille est un peu grosse.
    Monsieur Ribes aurait-il envie de voir son effigie en cire parfumée au musée Grévin ?
    Ah décidément “l’art con”, c’est… fécond !
    Ces agités du fécal n’en loupent pas une!

  9. c

    On ne sait toujours pas qui étaient les manipulateurs de pioche contre le Piss Christ en Avignon, bien qu’ils semblent avoir payé leurs billets d’entrée, et sans doute ont été filmés par les caméras de surveillance. Mais que fait la police?
    Est ce que cette affaire à Paris va rencontrer les mêmes difficultés pour être résolues?
    Par ailleurs c’est un peu quand une grande personne donne le mauvais exemple, des jeunes influençables peuvent faire des bêtises…Ou alors l’exemple donné par M. Ribes était le contre exemple à ne pas suivre…Il aurait du mieux le préciser car “ce qui se conçoit bien, s’exprime clairement…et les mots (les “maux”!) pour le dire viennent aisément.

  10. oliroy

    Pour anagrammer; Mr RIBES n’accepte le genre de BRISE délicate (que dégage les attributs qui lui ont été retournés) comme manifestation d’un génie AAArtistique que sur la tête des autres, y compris celle de sa mère. Ce “brave” homme n’est qu’un SBIRE de l’autre et en posséde la celèbre lacheté.

  11. Michel Garroté

    Qui sème le vent (de caca) récolte la tempête (de merde). Le mec devrait se réjouir : ses méthodes font des émules chez les catholiques. Il devrait se féliciter au lieu de jouer à la victime d’une agression fécale. Le coup du tract “intégriste” mélangé au caca, c’est du tout grand spectacle. On devrait en faire un sketch et le télécharger sur youtube. Succès garanti !

  12. Calimero

    “Cette expression n’est pas utilisée par des catholiques” à voir , écoutez RCF , ça finira assez vite de l’entendre.
    Ou réécoutez si vous pouvez ” le temps de le dire” coinsacré aux spectacles blasphématoires .

Laisser un commentaire