Dépistage prénatal : "L'enfant à venir est présumé coupable, il doit prouver sa normalité"

Lu sur 20 Minutes :

"Le dépistage de maladies ou malformations sur les embryons ou les foetus pourrait conduire à une forme d'eugénisme qui ne dit pas son nom, ont mis en garde des spécialistes en bioéthique lors d'une série de débats organisés cette semaine à Strasbourg. Avec le développement des diagnostics prénatal et pré-implantatoire, et le dépistage quasi systématique de la trisomie 21, par exemple, «on n'est plus dans la médecine de soin, mais dans la traque du handicap», déplore le Dr Patrick Leblanc, gynécologue à Béziers et engagé au sein du Comité pour sauver la médecine prénatale (CSMP).

«L'enfant à venir est présumé coupable, il doit prouver sa normalité», dénonce ce médecin, dont l'association a critiqué une tendance à l'eugénisme dans la loi de bioéthique de l'an dernier, qui, selon elle, «incite» les femmes enceintes à recourir systématiquement au dépistage. Celui-ci conduit les parents, dans 96% des cas où le foetus est diagnostiqué trisomique, à interrompre la grossesse.

[…] pour le Pr Didier Sicard, qui présida pendant neuf ans (1999-2008) le Comité consultatif national d'éthique, les risques de dérives sont réels. «Le principe de précaution s'est glissé dans le domaine de l'obstétrique», et a conduit à une «sélection» des bébés à naître, relève-t-il. «Aujourd'hui, vu l'ampleur du dispositif mis en place pour détecter les cas de trisomie 21, un enfant trisomique est considéré comme une erreur médicale, car on ne l'a pas dépisté et on l'a laissé naître! C'est très grave». «On refuse l'eugénisme collectif, organisé, mais dans la pratique il y a un eugénisme individuel», analyse-t-il. […]

Pour Didier Sicard, «il y aura forcément une sélection des enfants à naître. L'enfant jetable est à nos portes. C'est très préoccupant pour l'avenir.»"

3 réflexions au sujet de « Dépistage prénatal : "L'enfant à venir est présumé coupable, il doit prouver sa normalité" »

  1. Exupéry

    La sélection des enfants à naître est corrélative de la liberté sexuelle. L’enfant, comme le partenaire (sexuel) ne sont pas d’abord des personnes, avec qui parfaire une relation, contre vents et marées, ce sont des biens de consommation, “jetables” en cas de “non convenance”.

  2. JCM

    Rien de nouveau dans cette info… sauf que c’est maintenant un gratuit distribué dans les lieux publics par centaines de milliers qui titre “Dépistage prénatal: précaution nécessaire ou chemin vers l’eugénisme?”.
    Ça y est : le mot eugénisme ne sera plus tabou dans le débat public !
    Alors qu’on nous disait que le dépistage allait de soi pour la majorité de nos contemporain qui ne se posaient même plus la question de sa légitimité, sans parler d’un député qui s’étonnait “qu’il en naisse encore 4% (sic)”.

  3. l'anarcho

    Tout ça ressemble fort au film: Bienvenue à Gattaca…
    Synopsis
    Dans un monde futur, on peut choisir le génotype des enfants. Dans cette société hautement technologique qui pratique l’eugénisme à grande échelle, les gamètes des parents sont triés et sélectionnés afin de concevoir in vitro des enfants ayant le moins de défauts et le plus d’avantages possibles.
    Bien que cela soit officiellement interdit, entreprises et employeurs recourent à des tests ADN discrets afin de sélectionner leurs employés ; les personnes conçues de manière naturelle se retrouvent, de fait, reléguées à des tâches subalternes.
    Gattaca est un centre d’études et de recherches spatiales pour des gens au patrimoine génétique impeccable. Jérôme, candidat génétiquement idéal, voit sa vie détruite par un accident tandis que Vincent, enfant naturel, donc au capital génétique « imparfait », rêve de partir pour l’espace. Chacun des deux va permettre à l’autre d’obtenir ce qu’il souhaite en déjouant les lois de Gattaca.

Laisser un commentaire