Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société / Homosexualité : revendication du lobby gay

Dénoncer la désinformation sur l’homoparentalité

C'est ce que fait une nouvelle fois avec beaucoup de talent Aude Mirkovic, maître de conférences en droit privé, dans une très bonne tribune de Valeurs actuelles :

"(…) un sondage Ifop réalisé pour Femme actuelle et Enfant magazine publié le 5 mars, selon lequel un Français sur deux (51 %) se dirait favorable à l’adoption par les couples homosexuels.

Ce type de sondage relève de la manipulation et les réponses seraient sans aucun doute bien différentes si les questions étaient posées de façon un petit peu plus réaliste et un petit peu moins idéologique. Voyons plutôt.

Les Français seraient-ils encore 51 % à vouloir priver un enfant de père ou de mère ? C’est bien de cela qu’il s’agit en effet, car un “second père” ne remplace pas une mère, pas plus qu’une “seconde mère” ne remplace un père. Désigner comme parents deux personnes de même sexe revient en réalité à priver l’enfant de père ou de mère.

Les Français seraient-ils encore 51 % à vouloir disparaître comme père et mère des actes de naissance de leurs enfants, pour y figurer comme progenitor A et progenitor B, comme en Espagne, ou comme “parent 1” et “parent 2”, comme dans certains États américains ? Admettre deux personnes de même sexe comme parents obligerait en effet à revoir les actes de naissance, et tous les documents administratifs, pour supprimer les références aux père et mère. Tous les enfants français seraient ainsi privés de leur rattachement à leur père et à leur mère pour être rattachés à des adultes référents A et B, 1 et 2, en attendant le référent C, D ou E.

En effet, si c’est l’investissement affectivo-éducatif qui fait le parent, pourquoi les parents seraient-ils seulement au nombre de deux ? Dès lors qu’un enfant est élevé par trois ou quatre adultes, ce qui est fréquent, pourquoi seulement deux de ces adultes pourraient être appelés parents ? Les pères sont-ils prêts à être le “troisième parent”, après la mère et la compagne de celle-ci, comme c’est déjà le cas par exemple en Ontario, au Canada ?

La seule chose qui ressorte certainement de ce sondage, et d’autres du même genre, c’est que 51 % des Français ont peur d’être taxés d’homophobie. Il est donc temps qu’ils réalisent deux choses.

Tout d’abord, l’adoption par des personnes de même sexe est une injustice à l’égard des enfants, privés d’une filiation crédible les situant dans la chaîne des générations.

Ensuite, l’adoption par des personnes de même sexe, loin de ne concerner qu’un petit nombre de personnes, concerne en réalité la société tout entière, privant tous les Français de leur enracinement dans la filiation sexuée en transformant les père et mère en parents A et B, 1 et 2, en attendant que la liste ne s’allonge et que les véritables père et mère ne soient plus que des adultes référents parmi les autres. Et, pour protéger les enfants comme la société tout entière contre ces maux, gageons qu’il y a bien plus de 51 % des Français ! (…)

Le fait qu’un adulte partage la vie d’un enfant ne lui donne pas de droit sur cet enfant. Ce dernier, au contraire, a besoin que les rôles soient clairement identifiés autour de lui, et donner un statut à celui qui vit avec son père ou sa mère ne lui apporte rien, sinon la confusion dans un univers déjà troublé par les séparations.

Les Français sont-ils donc volontaires pour partager leur enfant avec le nouveau (et l’ancien) partenaire de leur “ex” ? Huit Français sur dix ont-ils vraiment compris la question ?".

Partager cet article

5 commentaires

  1. Je regrette, mais la question posée est parfaitement claire. Si l’on a demandé aux gens “Etes-vous favorable à l’adoption par les couples homosexuels ?”, je vois mal où est l’ambigüité.
    C’est au contraire la question qui est proposée qui est orientée de façon grotesque. Demander aux gens “Voulez-vous priver les enfants de père ou de mère ?”, outre que cela n’a aucun rapport direct avec le sujet (il n’est question ni d’adoption ni d’homosexualité dans cette formulation), c’est un peu comme si vous demandiez : “Etes-vous prêts à voter en faveur de la candidate haineuse d’extrême-droite Marine le Pen, qui conduira certainement la France au chaos ?”.
    Par ailleurs, une éventuelle autorisation de l’adoption homosexuelle n’obligerait nullement à supprimer les mentions de père ou de mère pour tout le monde sur les registres d’état-civil.
    Enfin, même si l’on peut craindre de futures revendications, l’adoption par deux personnes n’entraîne nullement l’adoption par trois ou quatre personnes.
    Il faut bien se rendre à l’évidence que les Français sont, de peu, favorables à cette mesure, quoi qu’on en aie.
    C’est peut-être aussi les adversaires de l’adoption homosexuelle qui n’ont pas suffisamment expliqué leur position ?…

  2. Quelque fois, on dit d’un texte qu’il faut lire entre les lignes…et, ce qui est vrai pour un texte vaut pour une question.
    _______________
    “Etes-vous favorable à l’adoption par les couples homosexuels ?”
    _______________
    “Le concept holisme est parfois utilisé comme synonyme d’approche systémique ou de pensée complexe.
    Les termes holisme, holistique, holiste tentent de faire partager une croyance en une totalité qui dépasse l’expérience humaine limitée et peuvent secondairement servir de buzzword pour tenter de justifier des positions peu étayées.
    Selon Stephen Barrett : ” Les promoteurs du charlatanisme sont habiles dans l’usage de slogans et de mots à la mode “”
    C’est fou ce que l’on trouve sur Wiki…

  3. En tout cas, c’est bien de montrer toutes les implications d’un tel choix et je ne suis pas sûr que tous les français aient vraiment réfléchi aussi loin. Il faut vraiment chercher à éclaircir ces enjeux dans l’atmosphère de superficialité médiatique prévalente où tout ce qui compte, c’est d’avoir l’air tolérant sans réfléchir au fond.

  4. Un enfant élevé par deux hommes ne dira jamais le mot “Maman”.
    Un enfant élevé par deux femmes ne dira jamais le mot “Papa”.
    C’est mon argument perso contre l’homoparentalité.

  5. j’aimerais beaucoup qu’un sondage soit fait avec la question :
    “s’il vous mourriez, seriez vous d’accord pour que VOS enfants soient adoptés par un couple homosexuel?”

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.