Bannière Salon Beige

Partager cet article

Europe : politique

Déni de démocratie européiste : deux cas concrets

Illustrés par Hervé Juvin.


Dérapages européens, par Hervé Juvin par realpolitiktv 

Partager cet article

4 commentaires

  1. Merci, M. Hervé Juvin, pour cette analyse sur l’Europe qui reste à faire. Vous appelez de vos vœux la venue d’une Europe fédérale qui respecterait ses pays membres. Comment y parvenir sans définir l’âme qui fédèrerait ces pays et qui animerait tous ceux qui se proposeraient de servir cette Europe respectueuse du principe de subsidiarité et de la dignité de chacun de ses membres ? N’est-ce pas les racines chrétiennes qui ont fait surgir cette Europe et ne devons-nous pas vouloir résolument raviver ces racines pour y trouver la vérité, la sagesse et la force pour bâtir une telle Europe ?
    Et je vois là les appels à la (re)christianisation que l’Église lance depuis déjà longtemps et auxquels nous devons répondre d’abord pour nous-mêmes, nos familles, nos milieux de travail et de vie ordinaire. Cela nécessite une grande conversion, de la prière et beaucoup d’intimité avec le Christ par son Église et les sacrements qu’il nous a laissés.
    Cordialement vôtre.
    Henri de Palmas

  2. En résumé, nous sommes hélas gouvernés (et enfumés) par des traîtres, qui ont depuis plusieurs décennies choisi d’oeuvrer contre l’intérêt et les désirs des peuples de l’Europe.
    L’acharnement à mettre en application des agendas dont les gens ne veulent pas (mariage, OGM, etc) en témoigne.

  3. Hervé Juvin veut une Europe d’Etats Nation
    D’autres veulent une Europe sociale
    D’autres veulent une Europe Chrétienne
    D’autres veulent une Europe libérale
    D’autres veulent une Europe écolo
    Et ceci dans 28 états différents, qui ont par définition 28 intérêts différents et 28 manière de voir l’Europe chrétienne, sociale, écolo, libérale, etc…
    Ce qu’Hervé Juvin et tous les européistes ne comprennent pas, c’est qu’ils n’arriveront jamais à leurs fins, puisque personne ne peut être d’accord dans ce vaste foutoir. Tout le monde veut “une autre Europe”, mais chacun à sa définition de “l’autre Europe”, et ça ne peut pas fonctionner. En réfléchissant deux secondes, la solution s’impose: sortir de l’Europe.

  4. @Ademont
    Votre commentaire est plutôt bizarre
    Sortir de l’Europe et avoir une Europe d’États nations est parfaitement compatible !
    D’autre part les États nations peuvent être chrétiens, sociaux et écologistes en même temps
    Non seulement l’église à une doctrine sociale mais aucun chrétien véritable peut ne pas être “écologiste” au sens noble du terme (respect de la création)

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services