Bannière Salon Beige

Partager cet article

Homosexualité : revendication du lobby gay

Dénaturation du mariage : le président du groupe UMP à l’Assemblée nationale veut un débat

CjChristian Jacob, président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, a écrit au président de la République et veut un débat. Il refuse la défaite et n'imagine pas que cette loi puisse être votée :

"J'ai également écrit au président de la République, au premier ministre et au président du Comité consultatif national d'éthique pour leur demander un grand débat national sous forme d'états généraux", poursuit-il dans les colonnes de l'hebdomadaire. "En quoi ce serait moderne de s'en prendre au socle de la famille? On est dans une société de plus en plus individualiste. Dans des périodes difficiles, le meilleur soutien, c'est le socle familial. Comment peut-on toucher à cela sans un grand débat national ?", justifie-t-il.

"Abroger le texte au moment de notre retour au pouvoir"

Refusant un "procès en sorcellerie pour homophobie" – laquelle est selon lui "inacceptable" et "condamnable" -, mais refusant tout autant de "toucher au mariage", le soutien de Jean-François Copé dans la course à la présidence du parti, explique qu'"en touchant à la structuration de la famille, on modifie les fondements même de notre société".

Le chef de file des députés UMP brandit la menace des "multiples" "implications" du mariage homosexuel: "accès à la procréation médicalement assistée pour les couples de même sexe" et "gestation pour autrui". "Cela sous-tend tout de même la disparition du père et de la mère de l'état civil, remplacés par le parent 1 et le parent 2 !", s'exclame-t-il, soulignant qu'"au groupe UMP, nous avons entendu les associations familiales, les associations gays, les pédopsychiatres, les représentants des quatre grandes religions, les associations de parents d'élèves, ce que la gauche n'avait pas fait".

Le député-maire de Provins mariera-t-il des couples homosexuels?, lui demande le JDD. "Je ne me mets pas dans la situation que ce texte soit voté", botte en touche Christian Jacob, pour qui "l'opinion publique" majoritairement favorable au mariage homosexuel, selon les sondages, pourrait "certainement bouger". Abrogera-t-il ce texte en cas d'alternance?, questionne encore le JDD. "S'il était adopté, il faudrait l'abroger au moment de notre retour au pouvoir", conclut l'élu".

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

1 commentaire

  1. Exactement le discours de Jacque Toubon lors du vote de la loi Gayssot…
    Revenu au pouvoir, le même Toubon expliquait à ses propres troupes, qui rêvaient d’en découdre avec cette ‘loi scélérate’, qu’une telle abrogation générerait trop de désordre ; l’infâme loi Gayssot est donc toujours en vigueur.
    La liste des renoncements de ce genre est tellement longue, et les exemples du contraire si inexistants, qu’on est en droit d’éclater de rire à défaut d’en pleurer : chat échaudé craint l’eau froide !
    Au moins, il l’a dit, c’est déjà bien mieux que rien.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services

 

Pendant le confinement, le combat ne s'arrête pas.

Le Salon beige a besoin de votre aide pour défendre les principes non négociables!