Bannière Salon Beige

Partager cet article

Homosexualité : revendication du lobby gay

Dénaturation du mariage : ce projet qui divise les Français

Lu ici :

"Alors que la tendance lourde depuis une décennie était à une acceptation de plus en plus grande par la société (48 % en 2000, 57 % en 2004, 60 % en 2006 et 63 % en 2011), la courbe s'inverse pour la première fois cette année avec un recul de 5 points des Français y étant favorables et une progression de 8 points de ceux y étant opposés. En 2011, les Français étaient plus favorables que jamais au"mariage gay" avec 63 % de personnes favorables contre 30 % qui y étaient opposées.

Le sondage montre pour la première fois en dix ans une baisse du nombre de personnes favorables au mariage pour tous. Selon le journal, ce sont les sympathisants de droite qui ont nuancé leur enthousiasme en passant de 51 % à 31 %.

Les Français sont aussi moins favorables à l'adoption pour les couples homosexuels. Ils étaient 56 % en 2011 et ne sont plus que 50 % en 2012. Comme sur le mariage, la tendance se retourne pour la première fois après une progression constante observée depuis 1998 : les personnes favorables à l'adoption étaient 28 % en 1998, 41 % en 2002, 48 % en 2006, pour culminer à 56 % l'année dernière".

Partager cet article

8 commentaires

  1. Un point omis trop souvent lorsqu’on aborde la question du mariage homosexuel est que les conditions socio-économiques qui soutenaient le modèle traditionnel de la famille ont été radicalement remises en cause par la mondialisation, ie la mise au diapason des modèles sociétales appartenant aux différentes cultures mondiales qui sont progressivement alignées sur la norme internationale édictée par les instances onusiennes au nom de la nécessaire unification des cultures. En particulier, la précarisation de l’emploi, l’instabilité émotionnelle, la conscience de vivre constamment dans le provisoire sans jamais pouvoir construire un édifice familial sur une base économique et culturelle solide sont autant d’effets dévastateurs en ce qui concerne la pérennité du modèle familial bi-parental qui correspond aussi à un certain type de société chrétienne qui n’a plus cours aujourd’hui. Autant nos ancêtres proches pouvaient compter sur le soutien de l’Etat comme protecteur du sanctuaire national, autant aujourd’hui notre espace territorial estouvert à tous les vents, pas seulement sur le plan économique mais aussi culturel, social, philosophique, ethnique, enfin tous les domaines qui touchent à la vie en société, du fait d’un processus révolutionnaire fondé sur le progrès permanent dans le sens de la destruction des valeurs humaines traditionnelles remplacées par les valeurs humanistes définies par les droits de l’homme. Force est de reconnaître cependant que loin d’avoir contribué à l’humanisation de nos sociétés, ces pseudo-valeurs agissent au contraire comme des ferments subversifs agissant dans le sens du chaos où seuls les plus forts, ie les plus aptes à l’adaptation aux normes de la vie commune, ont encore une chance de s’en sortir, les autres étant condamnés à l’extinction prochaine quitte à utiliser les sophismes les plus grossiers pour justifier leur mise à l’écart.

  2. Comme quoi il ne faut pas hésiter défendre une opinion qui n’est pas dans l’air du temps médiatique.
    Si l’opinion publique change d’avis, c’est certainement parce que depuis quelques semaines elle n’entend plus seulement une cloche, mais tout un Angélus !
    Puisse cette nouvelle démonstration encourager nos évêques à persister dans leur bel effort.
    Courage, Messeigneurs, nous sommes avec vous.

  3. Continuons à saisir nos élus.

  4. Mgr Andre Vint-Trois :
    “….C’est dans ce contexte préoccupant que le gouvernement fait passer en urgence des mutations profondes de notre législation qui pourraient transformer radicalement les modalités des relations fondatrices de notre société.
    ….Comme pasteurs de notre Église, il nous incombe d’éclairer les consciences, de dissiper les confusions, de formuler le plus clairement possible les enjeux.
    ……Nous continuons d’appeler les chrétiens, et tous ceux qui partagent notre analyse et nos questions, à saisir leurs élus en leur écrivant des lettres personnelles, en les rencontrant et en leur exprimant leurs convictions
    Intervention a Lourdes 2012 ; integralite sous
    http://www.soissons.catholique.fr/pages-de-l-eveque/autres-textes/cardinal-vingt-trois-lourdes-2012.html

  5. Il y a deux sortes de sondage:
    a) ceux qui précédant les élections manipulent d’abord les électeurs puis se rapprochent nécessairement du vote réel pour que les sondeurs restent – un peu – crédibles*.
    b) les sondages sur des faits de société, là les sondeurs s’en donnent à coeur joie, surs qu’ils sont de n’être jamais sanctionnés par un référendum.

  6. On aimerait bien de temps en temps connaitre les questions qui sont posées aux sondés.Car on sait combien on peut manipuler une opinion en posant des questions ambigues.

  7. Pourquoi discuter autant autour d’un sujet qui signe la fin d’une société, d’une civilisation. Pensons simplement à ce qui est arrivé à Sodome et à Gomorrhe qui connurent les mêmes déviances.On ne contrarie pas impunément les lois naturelles…

  8. Etonnant : puisque les pro-mariage gay sont si sûrs de leur affaire d’après les sondages, pourquoi sont-ils si obstinés dans leur refus d’un référendum ?

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services