Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société / Valeurs chrétiennes : Famille

Défendre le mariage contre sa dénaturation annoncée. Oui, mais comment?

Alors que l'institution fondatrice de la famille est menacée ouvertement comme jamais, des voix se font entendre pour la défendre. Elles peuvent être discordantes, différentes, mais doivent être entendues voire débattues dans l'esprit de préserver l'unité nécessaire au combat commun qui attend demain tous les catholiques et les gens de bonne volonté. Parmi ces points de vue, en voici un :

"(…) Un point de vue paru dans le Monde n’a pas laissé mes « amis » de Facebook indifférents. A bien y regarder, le texte est d’une logique imparable. J’aime bien pousser les logiques jusqu’aux confins du ridicule pour les démonter mais il semble que ce n’est plus l’apanage des conservateurs tels que moi : aussi loin que je tente de reculer les limites de l’imaginable, certains m’y devancent avec une authentique bonne foi.

La question posée par Lionel Labosse est non plus celle de la qualité des contractants mais leur nombre. Et après tout, pourquoi pas ? Pourquoi deux homosexuels veulent-ils vivre ensemble et non pas trois ? Parce qu’à leur insu, ils singent encore cette vieille institution qu’est le mariage. Pourquoi deux, d’ailleurs ? Parce que c’est le nombre de sexes disponibles, le nombre à la fois nécessaire et suffisant pour procréer. Si la nature avait décidé qu’il fallait trois représentants de l’espèce pour assurer la survie de l’espèce, notre mariage se ferait à trois.

Donc, la vie à deux est un vieux reste de notre condition naturelle. Mais au fond, rien ne prédispose notre espèce à coupler nos sentiments, notre désir de vie commune à cette contingence toute bête qu’est la reproduction sexuée.

Bref. Nous sommes à l’aube d’un bouleversement culturel profond. Sous prétexte de nous arracher à la nature, cette horrible chose qui nous contingente, nous enferme dans ce corps que notre esprit voudrait pouvoir modeler à sa guise, nous faisons carrément voler en éclat la culture, ce fond qui nous lie encore les uns aux autres. Asséner sans relâche que rien n’est naturel mais tout est culturel est justement une façon de fragiliser, non le naturel, mais – et c’est bien plus grave – le culturel. Demain, qu’est-ce qui reliera encore les familles hétérosexuelles dont les enfants sont issus d’un même lit et les « communautés » enregistrées civilement sous un toit commun, où se mêlent amants, enfants, parents, oncles, cousins, amis de passage ou au long cours, vieux dépendants, migrants ?

Quoi sinon un continuum de modèles sur-mesure et validés par la République, bonne fille docile ? Ce continuum informe qui ne reflètera que des réalités individuelles, mouvantes, changeantes au gré des humeurs (et des avantages fiscaux) des uns et des autres, sera bien à l’opposé d’une culture.

En croyant s’extirper de la nature, nous replongeons simplement dans l’état de nature.

Aussi, les catholiques – et plus largement ceux qui croient encore au modèle du mariage tel que nous le connaissons – seraient bien avisés de ne pas défendre le mariage parce qu’il est naturel, mais surtout parce qu’il est culturel (…)".

Partager cet article

13 commentaires

  1. On pourrait aussi, inversement, se demander si les catholiques et tous “ceux qui croient encore au modèle du mariage” ne seraient pas mieux avisés de laisser s’accomplir la disparition pure et simple du mariage civil au profit d’un “contrat universel” de vie commune (à deux ou plusieurs, de même sexe ou non, déconnecté de la procréation) tel que l’envisage Lionel Labosse. Cette solution aurait l’avantage de rendre au mariage proprement dit son statut spécifiquement religieux, de lui restituer sa sacralité, à l’abri de la dénaturation à laquelle il semble, à plus ou moins court terme, inexorablement condamné par l’évolution des lois.
    De façon plus anecdotique, l’analyse de Lionel Labosse a aussi le mérite de pointer les incohérences des revendications homosexuelles (notamment à propos des bisexuels que le mariage obligerait de choisir entre la fidélité à leur conjoint et le plein “épanouissement” de leur sexualité).

  2. “aussi loin que je tente de reculer les limites de l’imaginable, certains m’y devancent avec une authentique bonne foi”
    J’ai moi aussi cru, à la première lecture, que l’auteur de cet article du Monde.fr était un petit farceur, qui jouait à pousser le bouchon le plus loin possible pour faire réagir – sainement – le lecteur.
    Que nenni ! L’auteur est tout ce qu’il y a de plus sérieux… Ce qui laisse à penser que l’état de dégénérescence ultime n’a pas encore été atteint.
    Lui suggérer éventuellement l’idée d’un pacs zoophile, qu’il a malheureusement oublié.

  3. Et que devient l’inceste avec cette nouvelle vision du mariage?
    Actuellement, l’inceste comme la pédophilie sont redevenus “mal” après avoir été à l’avant-garde du progrès dans les années 70.
    Ou va-t-on à nouveau promouvoir le “respect de la liberté sexuelle” des enfants et adolescents?

  4. La gauche est la continuation de la débauche par d’autres moyens.
    La droite a des restes chrétiens, la gauche n’en a aucun, car elle n’a rien renié de ses origines révolutionnaires.
    C’est pourquoi les catholiques doivent préférer la droite, même si elle est imparfaite et ils doivent s’efforcer de la rechristianiser. Aux élections, pas d’abstention, pas de vote blanc, pas de vote nul, mais choisissons de voter utilement, c’est-à-dire à droite !
    Par contre, un catholique qui milite à gauche n’apporte rien à la gauche : il ne l’évangélise pas et il se désévangélise. De toute façon, un homme de gauche qui se convertit passe automatiquement à droite, même si c’est progressivement.

  5. De mémoire, en 1981, il existait certains groupes qui croyaient que le nouveau Roy allait rendre licite la “drague” des mineurs devant les établissements scolaires …

  6. Sur le SB, il y a eu, il y a qques temps, un extrait de l’homélie de Mrg. Keith O’Brien qu’il faut relire car il évoquait déjà publiquement la chose, compte tenu des ambitions de Cameron dans ce domaine.
    Et vous le savez bien : qui s’opposera au mariage civil de un tel avec son doberman femelle, d’une telle avec son loulou de Poméranie mâle …. Si c’est bon pour eux ! ben voyons !

  7. comment défendre le mariage ?
    Mais TOUT D’ABORD EN RAPPELANT LA LOI DE DIEU.
    En employant le langage surnaturel, et pas en se rabaissant à une “loi naturelle” que d’ailleurs personne ne partage !

  8. Mariage et adoption homo : signez la pétition d’Alliance Vita! http://www.alliancevita.org/action/2012-2/appel-vita-urgence-pour-l%E2%80%99enfance/

  9. On reconnaît dans le texte proposé, la façon idéaliste de raisonner. Elle oppose les concepts en les excluant les uns les autres. Mais si en mathématique les concepts s’excluent (1 ne sera jamais 2, un triangle n’est pas un carré etc.), dans les autres disciplines les concepts coexistent, se complètent pour rendre compte d’une réalité unique.
    Il est impossible d’opposer nature et culture. La culture est la façon de cultiver la nature. Ainsi le mariage cultive une donnée de la nature : la différence des sexes et même les différences des sexes.
    La culture ne peut exister sans la nature.

  10. Pie XI dans Casti conubii confirme Léon de Arcanum : le mariage concerne le genre humain tout entier. Il est d’institution divine. C’est Dieu lui-même qui l’a institué. Les êtres humains contractent mariage et c’est l’apport de l’être humain, mais l’institution n’est pas humaine, elle est divine. Elle concerne encore plus que les corps, elle concerne les âmes.
    http://www.vatican.va/holy_father/pius_xi/encyclicals/documents/hf_p-xi_enc_31121930_casti-connubii_fr.html
    http://www.vatican.va/holy_father/leo_xiii/encyclicals/documents/hf_l-xiii_enc_10021880_arcanum_fr.html
    D’ailleurs le mariage est impossible à une personne n’étant pas dotés d’organe permettant les rapports sexuels naturels (un homme impuissant absolu, une femme sans vagin, par exemple). Le mariage contracté avec une personne n’ayant pas d’organe sexuel est nul.
    Il n’y a pas tant à raisonner qu’à rappeler que le mariage est une institution divine et que cela est valable pour le genre humain tout entier et qu’aucun homme ne peut porter la main sur le mariage : seule l’Eglise a compétence juridique et morale pour décider en matière de mariage, tant du point de vue de l’institution que du point de vue des contrats particuliers conclus entre individus. C’est pourquoi le mariage civil ou plus généralement conclu sans considération de la doctrine catholique romaine conduit aux aberrations du genre polygamie ou “mariage homosexuel”.

  11. Par la question du mariage, nous constatons que le règne du Christ s’étend à tous les hommes. Le Christ n’est pas facultatif.

  12. @ Denis Merlin
    merci pour les textes et le rappel que le mariage est divin. ensuite je n’ai pas compris le “d’ailleurs le mariage est impossible etc. …”. je n’ai pas compris le rapport.

  13. Oui, chère madame, en me relisant, un peu tard, je me suis aperçu que ce paragraphe n’avait pas vraiment de rapport avec l’objet général de mon exposé. Merci de m’avoir lu si attentivement.
    Pour m’expliquer, je vous dirais qu’il m’est venu à l’esprit en écrivant (trop vite), qu’au Moyen-Age le Saint Siège avait eu à trancher d’un cas d’un homme (je crois que c’était un homme) absolument impuissant (impuissance physique absolue et non psychologique). Les théologiens opinaient en faveur de la validité du mariage. Selon leur raisonnement, il était cruel d’interdire le mariage à un handicapé. Le Pape, contre l’avis des théologiens, avait tranché le cas en rappelant que le mariage était impossible à tous ceux qui ne pouvaient physiquement avoir de rapport sexuel. C’était, en un sens, rappeler ce grand mystère que l’homme est spirituel, animal, végétal et minéral et qu’il résume en lui toute la Création. Mais cette anecdote doctrinale ne faisait qu’indirectement référence au caractère spirituel de l’être humain, c’est pourquoi elle n’avait pas sa place dans mon exposé.
    Adam et Eve étaient mariés,sont mariés. La Sainte Vierge était mariée, est mariée à saint Joseph. Le mariage est la seule institution qui n’a pas été atteinte par les suites du péché originel. Dieu a voulu que l’humanité soit issue du mariage. C’est pourquoi s’en prendre au mariage, c’est s’en prendre à l’humanité entière. C’est un véritable crime contre l’humanité.
    Merci encore de votre vigilance. Je vais tenter d’écrire moins vite et de mieux me relire…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services