Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

« Debouts ! Assis ! couchés ! »

« Debouts ! Assis ! couchés ! »

De Bernard Antony :

Au cirque de la vaccinocratie macronéronienne, le pitre Castex s’entraîne à dresser les Français comme de braves toutous !

« Charlot », il s’appelait : c’était un très beau « berger belge », (un variant du berger allemand, de la race groenendael exactement) que m’avait offert en 1961 une amie des parents en me conseillant de le dresser rapidement car il grandirait encore et il valait mieux que j’apprenne à le maîtriser.

À vrai dire je n’avais pas une vocation de dompteur et Charlot fit à peu près toujours ce qu’il voulait. Un bon et brave chien certes, pour ce qui était de me protéger mais qui avait trop tendance à montrer les crocs à qui, selon lui, s’approchait trop de moi.

Charlot détestait notamment le facteur qu’il percevait comme par trop porteur de mauvaises nouvelles. Mais ma fierté fut tout de même d’arriver non sans mal à obtenir de lui qu’il obéisse bellement à quatre injonctions successives, ce que je récompensais par un demi-sucre (pas plus car les bonnes bêtes peuvent avoir du diabète) : « Debout ! Assis ! Couché ! La patte ! ».

Irrésistiblement, Castex m’a rappelé cela. Moins sympathique que mon Charlot mais méchant toutou du totalitaire Macronéron, hier encore il a fait le coup aux bravasses Français de leur donner la nouvelle qu’après réunion du conseil « scientifique », ils pourraient désormais consommer « debouts !». Jusqu’ici, fallait qu’ils grignotent « assis », seulement assis (et dans les trains, de préférence, selon un dirigeant de la SNCF, dans les toilettes !).

Avec sa gestuelle de méchant pédagogue primaire et son regard menaçant, lourd de promesses, de contraventions salées, Castex s’emploie ainsi, au fil des mois, à dompter les Français, à les plier à la discipline de l’  « assis » ou du « debout ».

Mais le but évident est de faire qu’ils obtempèrent tous, qu’ils soient moralement tous couchés !

Pas si facile !

Car il faudra encore sans doute beaucoup de moyens de persuasion pour en finir avec les rebelles de la tribu des « non-vaccinés », et leurs complices vaccinés de plus en plus nombreux.

Qui ne le comprend ? L’enjeu désormais, ce n’est plus tant d’en finir avec le virus coronaoïde, d’autant que dans son variant « omicron », s’il pullule comme jamais, il n’est à l’évidence pas très méchant pour le plus grand nombre des contaminés !

L’enjeu, c’est de soumettre tout le peuple à la volonté de Big Brother comme dans le « 1984 » du grand Orwell.

Par la persuasion d’abord, la schlague ensuite, puis l’exclusion, et enfin par l’élimination. Quelle jouissance pour Macronéron l’emmerdeur aux yeux fous de pouvoir aller toujours plus loin dans l’exercice sadique du pouvoir.

Mais pourquoi se gênerait-il puisqu’il y a encore une majorité de concitoyens très masochistes ?

Partager cet article