Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

De la décrépitude de la langue française

Il est choquant d’entendre un ministre comme Jean-Louis Borloo étaler sa vulgarité et se montrer incapable de dire une phrase en direct d’un plateau de télévision sans la commencer ou la finir par un gros mot. Il est des rangs qu’on a le devoir de tenir.

Le "langage SMS", le parler des banlieues, le jargon des groupes, les dialectes des bandes, toute cette fausse culture remplace progressivement la plus belle langue du monde, le Français.

En un mot : français, ta langue fout le camp! Et c’est un Suisse qui nous le dit, persuadé qu’il est déjà trop tard pour sauver cet inestimable patrimoine de l’intelligence. Son entretien est particulièrement intéressant et éclaire les esprits sur nombre de réalités actuelles.

Des banlieues où les jeunes cherchent à "s’exprimer", à se "faire entendre" : 

"ci et là, le récit de la violence s’étale dans les gazettes. De
nombreuses causes sont connues et rabâchées. En voici une autre, que je
ne crois pas futile: le manque de mots. Si je peux dire ma peine, vous
la faire partager, en appeler à l’Autre, je m’excentre et noue un lien
qui brise ma solitude. Quand vous n’avez pas les mots, que vous
reste-t-il? Le cri! Et quoi de plus proche du cri que l’acte
. Je hurle
parce que je ne peux pas dire. Je frappe parce que je n’ai pas de
vocabulaire
".

Des politiques d’éducation vouées à l’échec :

"On a voulu l’égalité des chances. Puis on a postulé l’égalité des
aptitudes. Et l’on vise maintenant l’égalité des conditions. La
première ambition est généreuse et juste. Les autres, idéologiques,
sont la négation de nos différences naturelles.
Pour ne décourager
personne, l’exigence, notamment scolaire, a été abolie. C’est,
naturellement, «la faute à Rousseau!
»

Le nivellement par le bas et la satisfaction d’un rien :

"Mon univers était un univers de livres, celui de mes enfants est fait
d’images: voilà la révolution. L’image est égalitaire, car elle en
appelle aux sens. Tous peuvent y accéder. La langue, elle, est
élitaire.
Elle est une exigence qui sollicite l’esprit. L’image a sa
richesse et sa noblesse, mais elle ne vise pas l’esprit, elle vise le
coeur. Qui se situe plus bas…
"

Cette analyse est très pessimiste, mais, passionnante, elle donne envie de se replonger dans ses classiques : son but est atteint.

Lahire

Partager cet article

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services