Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / L'Eglise : L'Eglise en France

De nombreux prêtres rejoignent le collectif Antioche en faveur de Marine Le Pen

Gabrielle Cluzel a interrogé l'un des prêtres du collectif Antioche, que Le Salon Beige a révélé, qui a décidé de voter Marine Le Pen :

"Mon Père, vous êtes, avec quelques autres, à l’origine du collectif Antioche, dont on a découvert, il y a quelques jours, l’existence sur Le Salon beige, et qui réunit « des prêtres et des religieux de tous âges, ruraux et urbains, à différents niveaux de la hiérarchie ecclésiastique ». Pouvez-vous expliquer aux lecteurs de Boulevard Voltaire l’objectif de ce collectif et les raisons qui vous ont poussés à le créer ?

ImagesIl est normal que les ecclésiastiques aient des opinions politiques diverses. Cela ne nous choque pas, dans les limites d’une analyse un peu approfondie des choses, puisque nous avons aussi parfois à éclairer les consciences, et dans celles des « points non négociables ». Ce qui est devenu insupportable – d’où notre prise de parole -, c’est l’injonction anti-Le Pen. Elle est aggravée par le fait qu’elle se fait l’écho, assez servile reconnaissons-le, de la sphère médiatique. Comme s’il n’y avait pas de graves interrogations à se poser sur les positions des autres partis politiques en matière de mondialisme, de défense de la vie ou d’atteinte à la dignité humaine par la réduction à l’économisme. Et je ne parle même pas des sujets sociétaux qui vous sont si chers, carrément évacués. Ramener le débat à la question migratoire en s’appuyant sur une seule phrase de l’Évangile, c’est indigne des citoyens français auxquels on s’adresse. Ouverture contre fermeture, c’est du chamanisme, pas de la politique. « Accueillir l’autre » en oubliant l’enfant à naître, c’est illogique. Nous citons volontiers les propos du pape François, dans Laudato si’, modèle de réflexion plus équilibrée sur les grands enjeux actuels. Nous nous inspirons de l’enseignement de Jean-Paul II (Mémoire et identité, par exemple), de son personnalisme enraciné et universel sans idéologie. Mais qui écoute le pape dans les circuits officiels, au-delà des propos convenus.

Le lendemain de la publication de votre communiqué, Le Salon beige a dit avoir reçu de nombreux messages d’ecclésiastiques souhaitant s’associer à votre démarche, au point qu’a été mis en ligne un formulaire (anonyme) de soutien. D’autres que vous ressentent donc ce malaise ? D’où viennent ces prêtres, principalement ?

L’écho pris par cette initiative nous a surpris nous-mêmes. Le noyau de départ est plutôt jeune, pas forcément « tradi » au sens habituel du terme. Le formulaire a réuni à cette heure une centaine de signataires. Franchement, les chiffres ne nous intéressent pas beaucoup. Nous n’avons aucun projet de perpétuer un lobby ou un groupe de pression dans l’Église. C’est l’argument qui sera employé contre nous.

Il ne fait pas sens. Le but est simplement d’alerter. Et si Emmanuel Macron avait été moins net dans ses propos, mieux entouré, nous aurions eu des scrupules à intervenir. Hélas, personne ne peut en douter, il a affirmé qu’il essayerait d’abolir toutes les frontières qui restent, géographiques, économiques, humaines, aux dépens des plus faibles. Voter Marine Le Pen est envisageable pour un catholique : la preuve, de nombreux prêtres le feront.

L’autre danger, c’est le rejet de la parole épiscopale, non pour son orientation politique, mais pour son simplisme et son unilatéralisme. S’il y avait un malaise, il serait là. Ce sont toujours les mêmes qui parlent, toujours dans le même sens, toujours avec les mêmes messages… À mon tour de poser une question : Mme Cluzel, vous êtes catholique, vous êtes une personnalité reconnue, engagée dans les grands débats de la société. Vous a-t-on proposé de vous exprimer dans les colonnes de La Croix ou devant la CEF (Conférence des évêques de France) ?

On a compris qu’il était important pour vous tous de garder l’anonymat. Pourtant, certains ecclésiastiques, parfois haut placés, ne se cachent pas pour professer des idées de gauche. L’inverse est impossible ?

Sur l’anonymat, deux aspects se conjuguent. D’une part, nous sommes obligés – comme les évêques, en principe – à conserver une réserve. Nos églises sont des lieux qui ne peuvent se cantonner à recevoir les seuls membres de tel ou tel parti. Nous voulons protéger notre travail quotidien de pasteurs. D’autre part, un confrère disait autrefois : « C’est l’arme des bâillonnés par les comités. » En termes contemporains, c’est la protection du « lanceur d’alerte ». Je pourrais vous donner d’innombrables exemples de la façon dont le système évoqué plus haut, bien huilé quoique vacillant, fait rentrer dans le rang tous ceux qui lui déplaisent. Rappelez-vous la façon dont le pauvre curé de Wisembach, dans les Vosges, a été réduit en poussière en 2015, en vertu du vieux principe : « Selon que vous serez puissants ou misérables. »

Sur l’expression d’une position divergente, la réponse est non. Il n’est pas possible, aujourd’hui, d’avoir des prises de position publiques différentes. Le problème, c’est que la parole est bien plus difficile à enchaîner qu’autrefois. Les évêques devraient aussi se rendre compte que nous aurions tout à gagner à élargir nos perspectives, à établir un vrai débat où chacun pourrait librement s’exprimer. La vérité nous rendra libres. N’ayons pas peur !"

À tous les lecteurs du Salon Beige en France, j’irai droit au but : pour poursuivre son travail le Salon Beige a besoin de vos dons. Le combat culturel que nous menons est violent et nos opposants disposent de moyens infiniment plus importants que les nôtres. Nous sommes en permanence ciblés par des personnes et des groupes qui savent utiliser l’argent, les médias et … la justice pour nous combattre et nous détruire.

Oui, notre existence dépend de vos dons. Nos besoins ne sont pourtant pas immenses, loin de là !
Il suffirait que chaque année 3 000 personnes fassent un don ponctuel de 50 € ou bien que 1 250 fassent chaque mois un don de 10 € pour que l’existence du Salon Beige soit assurée !

Vous savez le rôle que le Salon Beige joue chaque jour dans la lutte contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme; vous connaissez notre pugnacité à combattre chaque jour contre l’avortement, l’euthanasie, le mariage pour tous, la PMA, la GPA et toutes les dérives libertaires.

Le Salon Beige ne remplace pas votre rôle dans ces combats, il les facilite, les accompagne et les stimule.
S'il vous plait, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services