Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Idéologie du genre

De l’idéologie du genre à l’emprise sectaire

De l’idéologie du genre à l’emprise sectaire

Caroline Eliacheff est pédopsychiatre, psychanalyste et Céline Masson est psychanalyste, professeur des Universités. Ensemble, elles publient La Fabrique de l’enfant-transgenre (éditions de l’Observatoire). Extrait d’un entretien dans Le Figaro :

Ce sont les parents de ces jeunes qui nous ont mis sur cette piste en décrivant le cheminement de leurs enfants. Et en effet, on retrouve plusieurs caractéristiques de l’emprise sectaire comme le recrutement en ligne, s’adressant à des jeunes souvent vulnérables, en quête d’identité ; les influenceurs transgenres incitent le jeune à rejeter ses parents nécessairement transphobes au profit de sa «nouvelle famille» qui lui promet bonheur et bien-être. La transphobie est un argument de poids pour faire valoir sa victimisation au sein de la société. Sortir de cette communauté est vécu avec effroi et culpabilité : les «traîtres» continuent à subir les pressions du groupe. Un lobbying puissant permet aux transactivistes de s’introduire à tous les niveaux de la société pour faire valoir leurs revendications. Enfin l’industrie pharmaceutique se frotte les mains : peu d’affections nécessitent des traitements médicamenteux à vie… remboursés par la Sécurité Sociale.

 

Partager cet article

2 commentaires

  1. la transformation de la Cité Catholique en Sodome est un point essentiel de la Révolution nihiliste de la “mort de Dieu” et de l’ inversion généralisée des valeurs.
    “qui suis je pour juger un homosexuel ?” Bergoglio .
    ce qu’on appelle être “par delà le Bien et le Mal”; c’est à dire au fond des égouts.

  2. L’humanité est en train de se vautrer dans la fange , les lobbies criminels déboussolent totalement une partie de nos enfants avec leurs théories sulfureuses … Le pire dans tout ça , c’est que les gouvernements n’aient pratiquement aucune réaction devant cette entreprise de destruction de l’enfance ! ! !

Publier une réponse