Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Dans la course parlementaire au passe vaccinal. Quand la recherche de l’émotion à propos de cas individuels se retourne contre son auteur

Dans la course parlementaire au passe vaccinal. Quand la recherche de l’émotion à propos de cas individuels se retourne contre son auteur

La séance du 14 janvier à l’Assemblée nationale a vu un échange intéressant concernant la recherche de l’émotionnel au détriment du discernement. C’est le secrétaire d’Etat, M.Adrien Taquet (celui est est en charge de la protection de l’enfance et a, en particulier à ce titre, soutenu le vote de la PMA sans père) qui s’y est risqué lors d’un échange avec le député LFI M.Coquerel (LFI). Mal lui en a pris :

« Monsieur Coquerel, avec tout le respect que je vous porte, il n’est pas responsable, voire digne, de déclarer que nous vaccinons des gens qui n’en auraient pas besoin, qui ne seraient pas en danger. Des enfants, des nourrissons se trouvent en réanimation. Quand bien même il n’y en aurait qu’un seul, nous devrions tout faire pour éviter cette situation ! Ne dites pas que certaines personnes ne risquent rien : ce n’est pas vrai ! Depuis le début de l’épidémie, 500 ou 600 enfants ont été victimes du syndrome inflammatoire multisystémique pédiatrique (PIMS). Or, encore une fois, il nous faut tout tenter pour qu’aucun enfant – pour qu’aucun malade du covid, dans l’idéal – ne nécessite une hospitalisation, surtout en réanimation. Je le répète, vous ne pouvez prétendre qu’il existe des gens qui ne risquent rien :… »

Éric Coquerel : « Je parlais de risques mortels : les enfants n’en courent pas !»

Adrien Taquet : « Vous ne pouvez pas le préjuger. Cette épidémie touche tout le monde, c’est pourquoi tous les moyens doivent être mobilisés pour protéger nos concitoyens !»

Il est rappelé à la réalité par M. Loïc Prud’homme (LFI)  :

« Monsieur le secrétaire d’État, vous venez de dire une contrevérité. Il va de soi qu’il faut identifier les jeunes qui présentent des facteurs de comorbidité mais à l’inverse, combien de jeunes sont morts de votre politique d’isolement, de confinement ? Combien l’absence de relations sociales a-t-elle entraîné de tentatives de suicide ?  Des plateaux de la balance, le plus lourd n’est pas celui que vous croyez…  Combien de jeunes ont succombé à la covid ? Ils se comptent sur les doigts d’une main ! Et encore souffraient-ils souvent de comorbidités. Cela ne mérite pas de vacciner une génération entière, et vous ne pouvez vous appuyer sur de telles allégations pour défendre un passe vaccinal en réalité dépourvu de justification sanitaire. Il faut rétablir les faits : vous aurez beau nous répéter vos arguments, vous n’en ferez pas pour autant des vérités ».

Puis par M. Xavier Breton (LR) :

« Monsieur le secrétaire d’État, vous ne pouvez utiliser l’argument selon lequel un seul enfant en réanimation justifierait toutes vos mesures. Pour une seule personne âgée morte de son isolement, pour une seule dont les funérailles ont été expédiées, sans que la famille puisse être présente, aurait-il fallu continuer d’autoriser les visites dans les EHPAD ? Le réalisme du pouvoir consiste à faire des calculs bénéfices-risques et à les assumer ! Fonder ses arguments sur l’émotion, non sur l’objectivité, c’est une attitude puérile ! Si nous ne savions à quel point il est difficile de gérer cette épidémie, nous retournerions facilement contre vous ce « n’y en aurait-il qu’un ». Élevez donc le débat et répondez-nous ! Ce que nous vivons là n’est pas un mauvais moment à passer, mais une discussion qui intéresse les gens, qui nous renvoie à notre conception de la société. Nous avons des choix à faire, des arbitrages. Encore une fois, l’heure n’est pas à l’émotion ! Tout à l’heure, j’entendais un collègue demander : « Est-ce que vous connaissez quelqu’un… » Bien sûr, j’en connais ! Il n’empêche que je ne vais pas me mettre à pleurer dans l’hémicycle. Un peu de dignité, enfin ! Nous nous trouvons tous dans une situation humaine. Cessez de recourir à la victimisation, à l’intimidation ; employez des arguments rationnels, si toutefois vous en êtes capables ! »

Partager cet article

4 commentaires

  1. La bronchiolite s’appelle maintenant le covid pour les macronistes. C’est pratique pour instaurer la dictature.
    en effet il y a de nombreux nourrissons qui sont hospitalisés à cause de bronchiolites mais pas de covid.

  2. Des gens qui ne savent visiblement pas ce que sont la compassion et l’empathie, tout est creux, un verbiage amphigourique qui sonne faux.
    Ces gens n’ont jamais non plus médité sur l’homme, sur la nature humaine, et n’ont jamais dû côtoyer, vraiment côtoyer, de pauvres gens. Alors ils font semblant. On surjoue l’indignation, quand on ne sait plus ce que veut dire aimer simplement son prochain.

    Il y a là la conséquence d’un catéchisme lui aussi boursouflé, se pavanant dans des mots sans profondeur, créant des émotions superficielles mais n’allant pas labourer les coeurs, bouleverser les esprits, convertir les âmes.

    Alors on fait semblant de se soucier des enfants, et on les confie à tour de bras à 2 hommes ou 2 femmes qui eux aussi prétendent “faire couple”. Superficialité et arrogance, toujours.

  3. L’objectivite est un concept totalement evacue par la bande d’adolescents retardés qui gouverne notre etat Francais.
    Le probleme immense est qu’ils sont les enfants de la revolution soixante huitarde generee par leurs parents baba cool issus des milieux de la haute bourgeoisie parisienne qui en réaction d’adolescents imbeciles contre leurs parents ont enscense Mao ste toung un verre de wisky a la main en discutant entre eux dans les salons cossus bourgeois de leurs parents completement deconnectes de la realite du communisme Le president Macron et toute sa clique sont issus des dits baba cools et ont été eleves dans les reves ideologiques de leurs parents en succombant continuellement aux tentations que le Diable Pere eternel du Mensonge leur presentent sous apparence d’un bien immediat qui se revele desastreux sur le long terme.
    Il est plus que temps que le peuple de France reagisse vite et elisent des hommes qui ont les pieds sur terre et la tete au Ciel et ne gouvernent pas le pays au coup par coup sans reflechor aux consequences de leurs decisions sur le long terme. Et ont la Volonte de choisir le Bien et non le Mal.
    On juge l’arbre a ses fruits
    Les fruits pourris de ce gouvernement sont plus mortels sur le long terme que les mesures soit disant bonnes qui a terme se revelent mauvaises qu’ils ont prises poir gerer les consequences et non les causes de ce virus sans connaitre les faiblesses naturelles des virus que les medecins sages de terrain et non de laboratoire savent a mesure des expériences de ceux qui les ont précédés et qui ont transmis leurs savoirs ancestraux sur l’utilisation de “la pharmacie du Bon Dieu” et des bons comportements de sante a conseiller a leurs patients pour guerir si Dieu le veut de leurs maladies et que ceux-ci sachent supporter leur maladie et s”en servir aussi pour croitre en Sainteté en “rajoutant a la passion du Christ par leurs souffrances ce qui LUI manque pour operer la conversion de leurs freres éloignés de lui et leur propre conversion totale”
    Puissent le Seigneur Jesus-Christ Roi éclairer en ce sens ceux qui nous gouvernent et rétablir le Roi de France Fils aine de Son Sacré-Coeur, son lieutenant, sur le Trone de France et le remplir des dons de Son Esprit Saint au moment de Son Sacre afin qu’il puisse gouverner sagement Son Royaume en ses provinces métropolitaines et ultra marines.

  4. pathétique, connaissent-ils le bien commun?

    encore un fois ils utilisent des cas particuliers pour imposer à tous.

Publier une réponse