Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Covid : il y a bien une deuxième vague, celle des bouffées délirantes

Covid : il y a bien une deuxième vague, celle des bouffées délirantes

Tout serait à commenter dans ces 45 minutes d’audience télévisuelle préemptées par le Président de la République hier 14 octobre, à propos de la situation sanitaire. Nous ne relevons que quelques points qui donnent à penser que, effectivement, il y a bien une deuxième vague, mais de bouffées délirantes (expression déjà employée par le Professeur Raoult pour essayer de comprendre une situation de folie gouvernementale et technocratique).

Quand l’un des journalistes chargé d’interroger le chef de l’Etat commence l’entretien en disant :

« je précise que nous venons à peine d’enlever nos masques, à l’instant, et que nous sommes chacun à deux mètres l’un de l’autre ce qui nous permet de ne pas prendre de risque de contamination »,

il y a certainement bouffée délirante.

Quand le chef de l’Etat, pour décrire la situation sanitaire du pays, affirme « nous sommes dans ce qu’on a souvent appelé cette deuxième vague », il y a certainement bouffée délirante (voir schéma ci-dessous  de la courbe des décès) ; ou alors il n’est jamais allé à la plage (on croyait pourtant qu’il avait une maison au Touquet).

Quand le chef de l’Etat, pour « dire exactement ce que nous savons [du virus] » commence par « on sait qu’il tue », il y a certainement bouffée délirante. Tout le monde s’accorde en effet à définir le taux de létalité (pourcentage de malades qui décèdent de la maladie) de ce virus comme faible : de l’ordre de 0,2%, comparable à une grippe forte. Et cette bouffée délirante inquiète quand même un peu parce que quelle sera la réaction de M.Macron face à un réel danger ?

Quand le chef de l’Etat se préoccupe d’écouvillon et d’aération des pièces des logis, il y a certainement bouffée délirante. Et celle-ci inquiète aussi parce que nous ne sommes pas sûrs d’avoir besoin d’un clone du Professeur Salomon à la tête de l’Etat.

Quand le chef de l’Etat prodigue des primes et considère que l’Etat peut continuer à prendre en charge des richesses non produites ou à distribuer des primes, l’ensemble financé donc par la dette, il y a certainement bouffée délirante. Et cette bouffée délirante inquiète quand même beaucoup parce qu’il y va pour partie de l’avenir de nos enfants.

Pour une (rare ?) fois, BHL a raison, qui estime que ce virus rend fou.

Partager cet article

21 commentaires

  1. Ce qui consternant, c’est l’apathie totale des Français, devant ce délire absolu.

    • C’est surtout l’apathie du coronavirus qui est consternant puisqu’on lui interdit de frapper entre 6h et 21h et qu’il ne pourra s’en donner à cœur joie qu’à partir de 21h.

      • Je pense que les Français en majorité bouillent de rage mais les média ne permettent pas de le voir et font tout pour qu’on croit que nous ne sommes que peu à nous révolter. Il se prépare de sacré mouvements je pense.

    • Comme s il regnait en France et en Europe , une puissance satanique qui ne cesse de s étendre qui met les peuple en totale léthargie . Cette peur du coronavirus rend les gens irrationnels , peut-être du fait qu il y a une dechristianisation trés avancée , on a perdu la foi , donc la mort fait peur et plutot que de mourir , on prefere accepter l esclavage d un pouvoir dictatorial et démoniaque. Plutot vivoter , courber l échine que d envisager la mort .

      • Bof. Ce n’est pas une affaire de “perte de foi” et de “peur de la mort” mais de courage. Le courage n’est pas le fort des peuples en 2020, en particulier en France (on ne sait depuis longtemps).
        C’est aussi une affaire de réinformation. Avec un peu de bon sens et d’effort intellectuel on apprend vite que la VARIANTE covid (puisqu’il a muté depuis des mois et est en constante mutation donc ce n’est plus la covid originelle) est totalement bénin. Il ne tue quasiment pas (létalite sous 0,05%, le vrai chiffre, pas 0,2 qui était celui de l’apparition de la maladie donc jusqu’à maxi avril) et pas du tout une personne en bonne santé c’est à dire le gros des êtres humains
        C’est même pas une petite grippe à présent, il suffit de voir le nombre important de cas asymptomatiques et de malades sur.. 24 h ou 48h (regardez Trump remis en 48h !)

        Perte de bon sens, lâcheté et ignorance conduit à la moutonnerie des peuples

        • Et tant que le refrigerateur reste plein et qu on puisse visionner les iconneries de netflix. Bof tout va bien.
          Perte de bon sens , lâcheté et ignorance ne sont que des constats ; la cause principale et premiére est bien la perte de nos valeurs chrétiennes , le resultat n en est que la conséquence .

  2. Écouter le Pr Toussaint ce matin sur Sud Radio. Tout est dit.
    https://youtu.be/3Uesj2qryYo

  3. C’est quand même pas de chance pour le commissariat de Champigny que le couvre-feu n’ait pas débuté une semaine plus tôt : ces évènements n’auraient sûrement pas eu lieu.
    😁

  4. Excellente synthèse de la triste réalité qui réjouit tant le diable. Macron le virtuel distribue de l’argent qui n’existe comme jadis des prêtres vertueux aspergeaient les fidèles d’eau bénite: les deux sont symboliques. Mais quel est le symbole de cet argent qui n’existe pas? Et pourquoi le peuple français croit-il davantage au symbole de l’argent virtuel qu’à celui de l’eau bénite réelle? Vous avez raison de conclure votre article par “Pour une (rare ?) fois, BHL a raison, qui estime que ce virus rend fou.”.

  5. Face à un réel danger (je vous cite) il aurait déserté depuis longtemps

  6. Ce graphique est intéressant, quelle est la source svp ?

  7. Le professeur Adriano Segatori : « Macron est un psychopathe qui travaille uniquement pour lui-même. »
    https://youtu.be/YOhKBWTaOlY

  8. Ce qui semble le plus incroyable dans toute cette histoire, ce n’est même pas la décision d’un gouvernement incompétent cherchant juste à se disculper juridiquement, non, c’est l’approbation populaire, puisque l’on nous dit, sondage en main, que 60% des opinions sont favorables aux durcissements des conditions “anti-covid”. Soit les sondages sont truqués à dessein, ce qui est tout à fait probable on a vu cela en 2013 avec le mariage homo, soit une bonne partie de la population est si couarde qu’à genoux elle réclame encore plus de coup de bâton…

    La liberté d’expression n’existe presque plus, M. Zemmour en sait quelque chose. La liberté de culte n’est plus non plus depuis 6mois, la liberté d’entreprendre idem, et maintenant c’est la liberté de circuler qui est supprimée. Relire Orwell, 1984, pour comprendre les raisons de cet enchainement de privation de liberté, sous couvert, bien entendu, du bien de la population et de fraternité…;

    Bien, maintenant nous attendons donc l’armée dans les villes pour faire respecter le couvre-feu, comme il se doit… En souhaitant que notre armée, se réveille, et tourne ses armes vers ceux responsable du déclin de la France !

  9. Il y 87 ans, un homme est démocratiquement élus en Allemagne. Par la suite, le peuple Allemand n’a pas réagi à toutes les atteintes à sa liberté. Cela a entraîné sa ruine. Toute ressemblance avec la France actuelle n’est que fortuite!!!!

    • Je ne sais pas de qui vous parlez mais si c’est Hitler vous avez faux. Il n’a pas été élu (il était minoritaire) mais nommé par le chef de l’Etat Hindenbourg

      En réalité c’est surtout la guerre qui a ruiné l’Allemagne. Car le pays était quand même en fort redressement économique dans les années 30. Tant qu’il y avait la paix.

  10. La conclusion immédiate pour les amateurs de soirée festive, c’est “une soirée festive se commence avant 21 h et se termine le lendemain après 6 h”.

  11. Le décret n° 2020-1257 du 14 octobre 2020 déclarant l’état d’urgence sanitaire dispose, dans son article 1er, que :
    “L’état d’urgence sanitaire est déclaré à compter du 17 octobre 2020 à 0 heure sur l’ensemble du territoire de la République.”
    Belle hypocrisie et mensonge flagrant du gouvernement.
    Effectivement, le régime transitoire de sortie de l’état d’urgence sanitaire était institué par le premier alinéa du I de l’article 1er de la loi n° 2020-856 du 9 juillet 2020 jusqu’au 30 octobre 2020.
    Le 1er octobre, l’AN adoptait en 1ère lecture un projet de loi destiné à remplacer cette date par la date du 1er avril 2021.
    Le projet de loi, transmis au Sénat pour le circuit normal, a fait l’objet d’un amendement, en date du 6 octobre, présenté par le Sénateur Philippe BAS, visant à ramener cette nouvelle date au 31 janvier 2021 (http://www.senat.fr/amendements/commissions/2020-2021/5/Amdt_COM-2.html).
    Cet amendement et le débat correspondant ont été retirés de l’ordre du jour du Sénat.
    (https://www.senat.fr/leg/pjl20-005.html)
    Le décret 2020-1257 modifie donc les termes d’une loi en cours d’application, soit disant pour une durée de 4 semaines, que JUPITER espère voir prolonger jusqu’au 1er décembre “si l’AN accepte de l’approuver”.
    Belle fourberie quand l’AN avait approuvé le régime de sortie qui autorisait les préfets à prendre des mesures très contraignantes.
    Au bal des menteurs, JUPITER et ses séides ne feront pas tapisserie…

    • On peut se demander legitimement si ces décrets entrent bien dans le cadre constitutionnel . Je n y mettrai pas ma main à couper.

      • @Le forez
        Excellente question pleine de pertinence. Mais quand on voit l’affaire en cours concernant des indemnités suspectes versées depuis des années aux membres du Conseil constitutionnel, on peut se demander si ceux-ci ont gardé toute l objectivité nécessaire…

        • … et quand on voit qui compose le Conseil Constitutionnel. Tous des potes du système qui font carrière ou se mettent au chaud quand leur carrière politique est compromise ou terminée, tels Fabius, Juppé ou Giscard. Les rats sont dans le fromage.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services