Bannière Salon Beige

Partager cet article

Bioéthique

Coup d’envoi de la mobilisation contre le projet de loi bioéthique

Coup d’envoi de la mobilisation contre le projet de loi bioéthique

La mobilisation en vue de la manifestation unitaire « Marchons Enfants ! » du 6 octobre prend de l’ampleur. Plus de 2,5 millions de tracts sont en cours de distribution ce week-end partout en France. D’autres tirages sont prévus.

Dans les Yvelines, ce sont plus de 400 personnes qui participent à l’Université de rentrée « Marchons Enfants ! » ; occasion pour Ludovine de La Rochère de dénoncer le projet de loi de bioéthique qui sera débattu la semaine prochaine en séance publique à l’Assemblée nationale.

Discours de Ludovine de La Rochère, Présidente de La Manif Pour Tous :

Chers amis, présents ici dans la salle, nous suivant sur Youtube et sur les réseaux sociaux, quelle joie d’être ensemble aujourd’hui.

Avant tout, un grand merci de votre participation et de votre suivi de cette Université de rentrée « Marchons Enfants ! ». Alors que nous sommes à deux semaines du 6 octobre, vous prenez généreusement sur votre temps, vous êtes même parfois venus de loin, y compris du sud-est ou du sud-ouest de la France. Voilà qui signe votre motivation et votre enthousiasme à défendre le respect du plus vulnérable, l’enfant ; à défendre celui qui est le cœur même de notre environnement, l’être humain.

L’environnement justement, dont on parle tant, et à juste titre évidemment ! Hier et aujourd’hui, des manifestations ont lieu un peu partout en France pour le climat. Parce que oui, nous avons fait des erreurs, oui nous avons fait ou nous faisons n’importe quoi, dès lors que la technique est là, que l’efficacité est immédiate et la pratique rentable. Et naturellement, la planète en fait les frais, les dégâts sont là, la faune et la flore sont atteintes. Mais l’Homme dans tout ça ? Qu’en faisons-nous ? N’est-il pas à protéger aussi ? A préserver de nos désirs, de nos appétits, de notre voracité ?

Pour ma part, je fais le pari, que si le projet de loi de bioéthique était voté tel qu’il est, dans 20 ans tout au plus, une autre Greta Thunberg viendrait faire la leçon aux « Grands » de ce monde, qui auront permis de bricoler la procréation et la filiation humaine.

Et justement, comme Franck Meyer, porte-parole du collectif des Maires pour l’Enfance, l’a dit ce matin, nous sommes plus d’une vingtaine d’associations rassemblées pour agir, pour intervenir, pour appeler nos concitoyens à faire entendre leurs voix, leurs inquiétudes, à exprimer leur volonté de voir respecter les besoins de tout être humain – vivre de relations avec les plus proches d’eux, avec ceux qui lui ont donné la vie, les connaître, les aimer, être aimé d’eux, grandir avec eux. Je veux parler, évidemment, du père et de la mère de chacun d’entre nous.

Certes, la vie casse parfois ce lien qui lie le père à son enfant et/ou la mère à son enfant. De multiples événements peuvent l’expliquer. La littérature, le cinéma, l’art d’une manière générale en témoignent largement. Pourquoi ? Parce que l’éloignement d’un enfant par rapport à son père ou à sa mère marque puissamment : pour l’intéressé, il n’a rien d’anodin, bien au contraire.

Et justement, ce n’est pas parce que cela arrive, ce n’est pas parce que, parfois, on en est à dire « qu’il faut l’accepter », que « c’est la vie », « qu’il faut faire avec »… qu’il serait acceptable de démultiplier volontairement de telles situations. Et je dis bien volontairement. Oui, être né de tel homme et de telle femme, oui ressembler à eux, physiquement ou de caractère, a du sens, beaucoup de sens.

Une femme que j’ai rencontrée récemment, née sous X, me disait il y a quelques jours l’impression qui l’avait poursuivi pendant des années, d’être différente : différente de tous ceux qui l’entouraient, proches ou lointains. Elle se sentait, selon ses propres mots « seule de son espèce », « isolée » : elles ne se raccrochait à personne, et du coup à rien.

Et pourtant, cette femme, Anne-Claude, rendait grâce aux parents qui l’ont adoptée, qui l’ont élevée, qui ont tout donnée pour elle.

Mais justement, comme je le disais il y a un instant, elle est née sous X, ce qui signifie très clairement que sa mère – ou même son père et sa mère – ont été confrontés à une grossesse survenue manifestement dans un contexte de grandes difficultés, au point de ne pouvoir garder leur enfant et de préférer qu’il soit confié à l’adoption.

Epreuves de la vie, difficultés insurmontables… « C’est la vie » ! me direz-vous.

Mais là, en l’occurrence, il s’agit de tout autre chose : il s’agit de priver volontairement des enfants de père, de toute ascendance paternelle. Et priver un enfant de père, c’est évidemment le priver de l’amour d’un père. Et tous ceux qui ont la chance d’être parents peuvent témoigner que cet amour est immense. On fait tout pour ses enfants. Par amour évidemment.

Mais comment pourrait-on justifier que la société, que le législateur, que l’Etat fasse preuve d’une telle violence à l’égard de l’enfant et ce, dès avant sa conception : en effet, le vote du projet de loi de bioéthique signifierait, que dès avant sa conception, tel ou tel enfant n’aura jamais de père. Quelle responsabilité ! Quelle responsabilité !

Et j’ajoute que Madame Buzyn, notre ministre des « solidarités » – un comble – et de la Santé, a fait savoir que l’on pouvait prévoir environ 2 000 PMA sans père, dite « PMA pour toutes » » chaque année.

Cela signifierait donc 2 000 sur environ 800.000 naissances annuelles : à lui seul ce chiffre montre que nous parlons en l’occurrence d’une ultra-minorité… mais une ultra-minorité qui veut faire changer la loi, redéfinir la filiation, créer une filiation fondée sur la seule volonté, qui veut détourner la médecine de sa mission, qui veut en faire une prestation pour la réalisation de nos désirs individuels, qui veut aussi que la réalisation de son désir soit payé par nos concitoyens par le truchement de la sécurité sociale. Pour rappel, comme son nom l’indique, la finalité de l’assurance maladie, c’est la solidarité de tous pour les personnes malades.

Mais j’en reviens à ce nombre de 2 000 par an : c’est donc très peu… « et en même temps », comme dirait l’autre, c’est considérable : vous imaginez : 2 000 nouveaux orphelins de père par an. 2 000 enfants privés de père délibérément et pour toute leur vie par la volonté de quelques dizaines ou centaines de parlementaires, privés de père pour servir les intérêts politiciens d’un Président de la République dont le seul objectif est de faire un cadeau à la gauche !

Si nous n’arrivons plus à voir aujourd’hui qu’un père est irremplaçable – ne serait-ce que parce que sans père, il n’y a pas d’enfant -, nous n’arriverons pas plus à voir, demain, qu’une maman est irremplaçable, unique, pour son enfant. Une maman, elle est unique. Son amour aussi.

Mais je disais « demain ». Que dis-je : tout de suite, maintenant, on envisage déjà de prétendre qu’une maman n’est pas unique pour son enfant. On envisage, vous le savez, non seulement d’effacer le père, mais aussi d’inscrire deux mères sur l’acte de naissance de l’enfant, sans distinguer celle qui a accouché, c’est-à-dire ce que l’on appelle une mère.

M. Jean-Louis Touraine, député, déclarait d”ailleurs, il y a tout juste quelques jours, qu’il n’existait pas de droit de l’enfant à avoir un père.

Il ne sait même plus le pauvre, que de toute façon l’enfant A un père. Sans cela, il n’y a pas d’enfant ! Quoique médecin, il ne sait manifestement plus comment on fait les bébés. Vous pouvez compter sur nous pour lui expliquer le 6 octobre prochain lors de notre manifestation unitaire.

Cependant, M. Touraine a été incomplet : lui qui est aussi favorable à la GPA, il a sans doute oublié de dire aussi que, à ses yeux, l’enfant n’a pas non plus le droit d’avoir une mère.

Pour en revenir au père, on entend souvent dire qu’il y a des pères défaillants, des pères démissionnaires. C’est une évidence. Et on en souligne tout l’impact, toutes les conséquences négatives pour les enfants. J’ai encore en tête Thomas Sauvadet, maître de conférences à l’université de Créteil, cité par Libération [1] – oui, Libération – en octobre 2018, à propos de la violence exponentielle des très jeunes : « Les débats concernant le rôle des “grands” – (…) indique, en creux, l’absence des pères. Leur rôle éducatif, pourtant fondamental, a potentiellement été affaibli… ».

« Leur rôle éducatif fondamental » : oui, vous avez bien entendu !

Hélas, au prétexte de la défaillance de certains pères, au lieu de chercher les causes de ses défaillances, au lieu de chercher à les anticiper, au lieu de tenter d’y palier, on en vient au contraire à dire que, parfois, mieux vaut ne pas avoir de père !

Oui, au lieu de voir qu’il faut « plus de père », « mieux de père », si je puis dire, on est prêt à l’effacer, à le faire disparaître, totalement, tout en prétendant que l’enfant n’aurait qu’un « géniteur ».

« Géniteur ». Quelle déshumanisation !

Nous serions nés de géniteurs, et nos parents n’auraient plus rien à voir avec ceux qui nous ont donné la vie : ils seraient simplement les adultes qui auraient eu envie d’un enfant et l’aurait obtenu soit grâce à l’Etat, soit grâce à des banques de sperme, des agences et tout autre intermédiaire prenant sa part au passage dans ce business aussi lucratif que scandaleux.

Car oui, de plus en plus, les enfants ne naîtront plus des ébats amoureux et intimes d’un homme et d’une femme. Ils seront les fruits du système médical, du travail de biologistes et de médecins, de la production d’hormones par des laboratoires pharmaceutiques, etc. Quant aux géniteurs, c’est l’Etat qui en aura la connaissance, la chose étant confié à un organisme qui serait placé auprès du ministère de la santé : c’est celui qui saura qui est le père de qui. Rien de moins. Ironie de l’Histoire, il y a 50 ans l’objectif était de faire l’amour sans procréer. Aujourd’hui, il s’agit de procréer sans faire l’amour. C’est ce que Jean-Louis Touraine appelle explicitement dans son rapport de la mission d’information sur la bioéthique : « la procréation sans sexe pour tous ». Quel retournement de l’Histoire. Comme toujours, l’Histoire n’est jamais écrite d’avance et voilà de quoi nous donner des raisons d’espérer.

Chers amis, comme vous l’imaginez bien, je pourrai continuer ainsi pendant des heures et des heures.

En effet, les conséquences et les implications de la PMA sans père sont immenses, vertigineuses même.

Et contrairement à ce que l’on croit généralement, la démolition de la filiation – au prétexte de la sécuriser, comble de l’ironie -, le détournement de la médecine, la technicisation de la procréation pour des personnes fécondes, la marchandisation humaine… tout cela est au RDV de la PMA sans père. L’idée suivant laquelle cela arriverait avec la GPA est largement répandue, mais elle est fausse : tout cela viendrait déjà avec la PMA sans père.

Et évidemment, tout cela va, comme vous l’avez compris avec Blanche Streb, avec le reste du projet de loi.

Attention, j’attire votre attention : ne tombons pas dans le piège qui consiste à croire que tout est écrit d’avance et que rien n’est inéluctable. L’Histoire regorge d’exemples en ce sens.

C’est pourquoi, comme tous les représentants des associations, j’appelle les Français qui veulent un monde meilleur et non le pire des mondes à se joindre à la marche unitaire du 6 octobre à Paris.

Vous savez le rôle que le Salon Beige joue chaque jour dans la lutte contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme; vous connaissez notre pugnacité à combattre chaque jour contre l’avortement, l’euthanasie, le mariage pour tous, la PMA, la GPA et toutes les dérives libertaires.

Le Salon Beige ne remplace pas votre rôle dans ces combats, il les facilite, les accompagne et les stimule<;

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services