Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Côte d’Ivoire : ça sent la magouille

Après l'avoir voué aux gémonies, les Etats-Unis se déclarent prêts à accueillir Gbagbo, l'Union Africaine l'amnistie (avec quelle autorité?); il est temps de découvrir la personnalité de madame Ouattara, française qui compte parmi les 40 femmes les plus influentes du monde :

Dou "Pour comprendre qui est un homme, il est souvent utile de s’intéresser à… sa femme. Nicolas Sarkozy en est un bon exemple. Alassane Ouattara aussi, et l’on comprend mieux, au pédigree de son épouse Dominique, pourquoi l’hyper-classe a choisi ce haut fonctionnaire du FMI comme président de la Côte d’Ivoire.

Dans le quotidien belge Le Soir, Colette Braeckman nous explique qui est Dominique Ouattara.

« Dominique Ouattara, née Novion voici 56 ans, soutient son mari (…). Alors qu’elle était encore Dominique Folloroux, épouse d’un Français, l’ambitieuse et ravissante jeune femme prit, en 1979, les rênes de la société immobilière Aici, gérant les propriétés immobilières du vieux président Houphouët-Boigny et de son collègue Omar Bongo du Gabon. Comment la présidente d’honneur de la Chambre syndicale des syndicats immobiliers de Côte d’Ivoire n’aurait-elle pas rencontré le jeune et brillant Premier ministre du « Vieux », Alassane Ouattara, chargé de remettre le pays sur la voie de la rigueur et de « faire atterrir » la dévaluation du CFA ?

 C’est à Neuilly, en 1990, que le maire de l’époque, un certain Nicolas Sarkozy, célèbre leur mariage et le couple aura deux enfants. Par la suite, Dominique Ouattara, qui est aussi très proche des milieux israéliens, progresse dans le monde des affaires : en 1996, la PDG du groupe Aici devient présidente de la société qui gère l’Institut Jacques Dessange, basé à Washington ; et deux ans plus tard, elle acquiert les franchises de « Jacques Dessange » aux Etats-Unis. Salons de coiffure, instituts de beauté, le groupe acquiert une envergure internationale.

Ouat Villa à Neuilly et dans le Midi, relations dans la jet-set internationale, le couple Ouattara est riche, très riche, (…). Alors que Simone Gbagbo, élue du quartier populaire d’Abobo, se concentre sur l’action politique, Dominique Ouattara crée la fondation Children of Africa dont son amie, la princesse Ira de Fürstenberg, sera la marraine (…). Cette année, délaissant provisoirement ses affaires, Dominique, blonde et radieuse, a mené campagne aux côtés d’ADO : devenir première dame est la dernière étoile qui manque au palmarès de celle qui comptait, en 2000 parmi les 40 femmes d’affaires les plus importantes du monde.« 

Et encore Colette Braeckman ne nous dit pas tout. En effet, le bimestriel Flash, se fait l’écho d’autres détails dont la presse africaine fait ses choux gras en comparant Dominique Ouattara à Carla Bruni : « Née à Constantine, elle est arrivée en Côte d’Ivoire, à vingt ans, comme l’épouse d’un professeur du lycée technique d’Abidjan qui aurait pu sans mal être son père. Resta-t-il longtemps son mari ? On ne le sait pas exactement. Ce qu’on sait par contre, c’est qu’elle fut très vite soupçonnée d’être le « deuxième bureau » (terme par lequel on désigne la maîtresse en Afrique francophone) du ministre de l’enseignement Bamba Vamoussa, puis du gouverneur de la Banque central des États de l’Afrique de l’Ouest, Abdoulaye Fadiga. Tout ceci semble avoir facilitéa grandement son ascension sociale et, dès 1979, elle créa AICI, une société de gestion de biens, s’occupant, entre autre, du patrimoine immobilier du président ivoirien. Dans l’entourage Houphouët-Boigny, elle fit la connaissance d’Alassane Ouattara dont elle devint … la maîtresse, avant de l’épouser en octobre 1990. »

Partager cet article

16 commentaires

  1. Très bien… Mais c’est un peu orienté tout de même votre revue de presse. Sur le blog de Bernard Lugan qui me semble assez fiable ( vous l’avez déjà cité pour d’autres sujets), on a un son de cloche pas très joyeux concernant Gbagbo. Ce qu’envisage Lugan est intéressant. Qu’on soit d’accord ou non, son analyse est à lire…
    [Je n’ai NULLE part encensé Gbagbo : il a tué des soldats français à ma connaissance. sortez de cette dichotomie intellectuelle : il présente madame Ouattara, donc il aime Gbabgo.
    La dialectique marxiste est profondément imprégnée à l’nsu souvent de chacun.
    C’est terrible : on peut présenter l’un et ne pas aimer l’autre, présenter les deux ou personne.
    Enfin, Bernard Lugan est une excellente référence et j’ai déjà lu l’article dont vous parlez et qui ne contredit pas celui qui est cité ci-dessus.
    CQFD.
    Lahire]

  2. Hola.. Nous sommes bien d’accord. Mais je ne vous accusais de rien, quoi que j’aurais du y mettre une forme différente alors. Mea culpa.

  3. A ce propos et en allant y faire un tour : « Bernard Lugan sera invité à l’émission « Ménard sans interdit » mercredi 5 janvier 2011 à 17h45 sur I-Télé. L’interview portera sur la situation en Côte d’Ivoire. ». A suivre donc.

  4. Cher Lahire, je ne vous comprends pas.
    Sans être marxiste, on voit bien qu’en Côte d’Ivoire c’est soit Gbagbo soit Ouattara, affaiblir l’un c’est renforcer l’autre.
    De votre charge contre Ouattara ressortent des soupçons de copinages entre puissants mais rien d’excessivement grave, ni meurtre, ni viol, ni guerre.
    De l’autre côté, on a Gbagbo, un dangereux agitateur, membre de l’internationale socialiste et ami de Jack Lang, qui a lâché ses jeunes patriotes en 2005 pour spolier, violer et assassiner des Français.
    Je suis bien placé pour le savoir : un des membres de mon entreprise, présent alors sur place, n’a eu la vie sauve que par miracle et j’ai passé d’angoissantes heures à essayer de savoir s’il était en un seul morceau.
    Qu’attends le Salon Beige pour dénoncer ce monstre au lieu de s’en prendre à Ouattara?
    Je ne comprends pas pourquoi des gens comme vous et Marine Le Pen prennent ces positions. Je crains que tout cela ne cache de sombres histoires et je suis déçu de voir le SB naviguer dans ces eaux troubles.
    + in Christo
    XC.
    [Parlez de madame Ouattara ne signifie pas cautionner Gbabgo dont on a déjà souligné les horreurs commises et la mort par trahison de soldats français. C’est ma seule réponse pour l’instant qui reste du domaine du mécanisme intellectuel. Quant aux eaux troubles dont vous parlez, soyez rassuré, vos blogueurs sont libres comme le vent! Quant à Marine Le Pen, nous ne la fréquentons pas comme nous ne fréquentons aucun responsable politique. Alors tout va bien!
    Lahire]

  5. Il est un élément du pédigrée de Mme Outtara qui est omis, son appartenance ethnique.

  6. Marié à Neuilly par Sarkozy, quelques années après Jacques Martin,… à une épouse franchisée Dessange… à sa place, je me ferais des cheveux.

  7. Je suis assez en phase avec Laou. Ouattara n’est certainement pas un saint, c’est un musulman de surcroit ; mais Gbagbo n’est pas d’avantage catholique.
    Pourquoi revenir sur la personnalité de madame Ouattara et ne pas parler de madame Gbagbo ou du témoignage de Dominique Pin.
    Pour avoir eu des membres de ma famille en Côte d’Ivoire en 2002, je peux vous dire que les propos de ce dernier sonnent très très justes et corroborent les impressions recueillies sur place.
    Gbagbo est tout sauf un ami de la France.
    La gestion de la crise par Dominique de Villepin a été calamiteuse et a porté un coup énorme au prestige de la France en Afrique.
    [D’accord sur tout. Sauf que parler de l’un ne signifie pas cautionner l’autre. C’est la base de la liberté de penser. « le ciel est bleu » ne signifie pas que l’on nie que la neige est blanche.
    Lahire]

  8. J’ajouterai qu’il me suffirait de voir les avocats de Gbqgbo en France (Vergès, Roland Dumas) pour me garder de prendre trop rapidement parti pour ce manipulateur.

  9. Bernard Lugan était invité à l’émission « Ménard sans interdit » mercredi 5 janvier 2011 à 17h45 sur I-Télé. L’interview portait sur la situation en Côte d’Ivoire.
    A ne pas manquer !
    On devrait retrouver cette interview sur le blog de L’Afrique Réelle : http://www.bernard-lugan.com
    Par ailleurs, je pense en effet qu’on peut être critique envers les deux protagonistes. De même qu’en France depuis un moment il n’y a plus de réelle opposition droite/gauche en politique, on peut certes parler d’eaux troubles en Côte d’Ivoire également !
    Mais démonter et démontrer les magouilles des uns n’exonèrent pas le camp adverse de ses propres turpitudes. Chez nous comme ailleurs !
    Je trouve très intéressant d’ailleurs d’observer deux camps de prédateurs se disputer le bifteck… Doit-on en préférer l’un à l’autre ? Rien ne nous y oblige d’après moi.
    Mais la question du sens de l’engagement moral dans tout ce bigntz est très pertinente, dans quelle mesure pouvons-nous passer de la position de spectateur conscient à celle du mouvement ?

  10. Je ne voudrais pas me mêler des affaires intérieures de la C.I.
    En revanche, j’ai trouvé la robe virginale de la mariée fort élégante.

  11. Non Nicole, pas de ça ! Elle serait juive, riche et puissante, et son mari serait adoubés par les puissants de notre monde, que vous ne devriez cependant voir aucuns liens entre ces différents éléments, s’il-vous-plaît !
    Par exemple, croyez-vous vraiment que les origines juives de notre Président de la République et de son épouse aient une quelconque importance ? Non ! Alors quelle importance ce peut-il avoir pour la Côte d’Ivoire…
    Gbagbo n’est qu’un potentat s’adonnant dans le népotisme et la cooptation ! Ce n’est pas ce genre de personnage dont à besoin la Démocratie ivoirienne.

  12. @ Rachel
    « croyez-vous vraiment que les origines juives de notre Président de la République et de son épouse aient une quelconque importance ? Non ! »
    C’est de l’ironie… de la candeur… ou une diversion ?

  13. @ Jean Theis : la robe est sans doute élégante, mais le blanc, symbole de la pureté, ne passe pas.

  14. ROME, Mercredi 5 janvier 2011 (ZENIT.org) – Les Evêques ivoiriens ont lancé un appel à Alassane Ouattara et à Laurent Gbagbo afin qu’ils trouvent une solution pacifique à la crise politique et institutionnelle qui paralyse le pays, rapporte l’Agence missionnaire Fides ce mercredi.
    C’est ce qu’affirme un message envoyé à Fides dans lequel la Conférence épiscopale de Côte-d’Ivoire fait état de son opposition à l’hypothèse d’une intervention militaire dans le pays de la part de l’ONU ou de la Communauté économique des Etats d’Afrique occidentale (CEDEAO).
    Après avoir dénoncé la « situation malheureuse d’un pays coupé en deux avec « deux chefs d’Etat et deux gouvernements » », les Evêques rappellent avoir « choisi la voie de la médiation » rencontrant « nos frères Laurent GBAGBO et Alassane Dramane OUATTARA » et les médiateurs envoyés par la CEDEAO (les Présidents du Bénin, de Sierra Leone et du Cap Vert auxquels est venu s’ajouter le Premier Ministre kenyan, Raila Odinga, en qualité de représentant de l’Union africaine).
    Le message demande à Gbagbo et à Ouattara de s’engager à trouver « un règlement pacifique du différend afin de ne pas mettre en danger la vie des populations. Qu’ils acceptent de se retrouver pour dialoguer malgré les rancœurs. Cela serait un acte de courage, d’humilité et d’amour pour notre pays ».
    Les Evêques demandent en outre aux deux principaux acteurs de la crise d’inviter « fermement leurs militants au calme et à la retenue ».
    Les Evêques invitent l’ONU à agir conformément « aux principes fondamentaux qui la régissent et qui sont respectueux des droits de l’homme. Qu’elle fasse usage des moyens pacifiques de règlement du différend en vue d’apporter sa contribution à la résolution de la crise et s’en tienne strictement au maintien de la paix. Nous lui demandons avec insistance de respecter la souveraineté de notre pays ».
    Le message adresse en outre un appel à « nos frères les Africains de l’UA et de la CEDEAO afin qu’ils se rappellent du principe de solidarité africaine qui veut que quand la case du voisin brûle on l’aide à éteindre l’incendie. Aussi voudrions-nous attirer leur attention sur les conséquences incalculables d’une intervention militaire pour le pays et la sub-région ouest africaine. Nous disons non à une telle intervention ».
    Les Evêques réfutent enfin toute interprétation de conflit à caractère religieux : « en Côte d’Ivoire il n’y a pas un Nord musulman qui serait opposé à un Sud chrétien. Dans la même famille cohabitent parfois des musulmans et des chrétiens ».

  15. Cher Lahire,
    Merci pour votre réponse. Je suis rassuré sur l’indépendance du SB.
    Il reste, sur le dossier ivoirien, une question pour moi sans réponse : y a-t-il une raison pour que des personnes de la droite nationale française soutiennent Gbagbo ? Simple réflexe anti-sarkoziste, ou trouble copinage ? L’argent du cacao ?
    On ne trouve aucune info à ce sujet.
    + In Christo
    XC

  16. L’itineraire de M.Gbagbo ressemble à celui de Saddam Hussein: il a cessé de plaire, il faut se debarasser de lui…bien entendu les vraies raisons, pecuniaires, seront toujours cachées.

Publier une réponse