Bannière Salon Beige

Partager cet article

Pays : International

Contestations de la dictature sanitaire

Contestations de la dictature sanitaire

Le gouvernement néerlandais a décidé de ne pas conseiller le port du masque. Où que ce soit. Parce que son efficacité « n’est pas prouvée ». C’est déjà la décision prise par la Finlande, le Danemark, la Norvège et la Suède.

En Allemagne, 17000 personnes ont défilé sans masque à Berlin contre les mesures sanitaires. Cette manifestation “la fin de la pandémie – Jour de la liberté”  a eu lieu samedi matin à Berlin. Les manifestants sont descendus vers la porte de Brandebourg au son des : “Nous sommes la deuxième vague”, “résistance” ou encore “la plus grande théorie conspirationniste est la pandémie du nouveau coronavirus”. L’Allemagne a été épargnée par la pandémie qui y a fait moins de 9 200 victimes. Néanmoins, les autorités cultivent la peur en invoquant des centaines d’infections. Mais combien d’entrée à l’hôpital ou en réanimation ?

En Italie, le coronavirus a très peu touché la Sicile : il y a eu 283 morts (y compris les nonagénaires souffrant de diverses graves pathologies), pour 5 millions d’habitants, ce qui est le bilan d’une toute petite grippe. Néanmoins la Sicile a été soumise à la dictature sanitaire. Depuis juin il n’y a plus rien du tout, mais il faut maintenir la dictature. On a donc multiplié les tests. Et sur un millier de tests quotidiens on trouvait entre 0 et 3 ou 4 porteurs du virus. Ce qui suffisait à alimenter la chronique : le virus continue de circuler… Or, les rares porteurs du virus qu’on trouve ne sont pas des Siciliens mais des immigrés clandestins. Alors l’épidémiologiste en chef a tenu une conférence de presse, pour dire qu’en effet les porteurs de virus sont surtout des « migrants », mais qu’il est essentiel de se garder du « racisme » et qu’il faut avant tout respecter les « droits des migrants ». Ainsi, l’idéologie imigrationniste vient en renfort de l’idéologie de la dictature sanitaire qui était en danger. Et la dictature sanitaire vient en renfort de l’idéologie immigrationniste : il faut aider les pauvres réfugiés malades, qu’on ne peut évidemment pas expulser.

En Angleterre, le ministre de la santé, Matt Hancock, a ordonné le 17 juillet une enquête sur la façon dont les décès Covid-19 ont été calculés en Angleterre après la publication d’un article révélant qu’ils auraient pu être surestimés par l’un des organismes chargés de les compiler, Public Health England (“PHE”). Le problème semble venir de la méthodologie du PHE qui consiste simplement à recouper les dernières notifications de décès avec une base de données recensant les résultats de tests positifs. Cela signifie qu’une personne, qui a été testée positive Covid-19 et qui décède d’une autre cause des mois plus tard, serait comptabilisée dans le bilan quotidien annoncé par le gouvernement anglais. Selon l’article, une personne testée positive en février, guérie, puis renversée par un bus en juillet a pu être enregistrée comme un décès Covid- 19 en juillet !

En en France, qui ose contester cette dictature qui prépare les esprits à un reconfinement général à la rentrée scolaire ?

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services