Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Vie de l'Eglise

Comprendre “l’esprit d’Assise” (1)

C’est l’appel pressant que nous lance Benoît XVI dans une lettre adressée à l’évêque d’Assise pour le 20ème anniversaire de la rencontre interreligieuse de prière pour la paix. Cette lettre du pape qui met en lumière toute l’action de son prédecesseur à Assise en 1986, est passée relativement inaperçue. Pourtant, elle est à conaître pour ne pas hurler avec les loups qui veulent que Benoît XVI soit en rupture avec Jean-Paul II sur le plan du dialogue interreligieux et incontournable pour comprendre la portée et la richesse de la conférence de Ratisbonne.

Situation de la paix dans le monde :
La fin de la guerre froide entre Etats n’a pas porté ses fruits : "Malheureusement, ce rêve de paix ne s’est pas réalisé". Ce que craignait Jean-Paul II s’est pourtant réalisé : ce début du troisième millénaire, les conflits sont plus provoqués par "les différences religieuses elles-mêmes qui constituent des motifs d’instabilité ou de menace pour les perspectives de paix".

Le but de Jean-Paul II à Assise en 1986 :
L’invitation de Jean-Paul II "aux responsables des religions mondiales en vue d’un
témoignage commun de paix servit à préciser sans équivoque possible que
la religion ne peut qu’être porteuse de paix
".
Benoît XVI explicite cette intention en démontrant que la religion ne peut être porteuse de violence :

"En dépit des différences qui caractérisent les divers chemins
religieux, la reconnaissance de l’existence de Dieu, à laquelle les
hommes peuvent parvenir ne serait-ce qu’à partir de
l’expérience de la création (cf. Rm 1, 20), ne peut manquer de disposer les croyants à
considérer les autres êtres humains comme des frères
.
Il n’est donc
permis à personne de se servir du motif de la différence religieuse
comme présupposé ou prétexte pour une attitude belliqueuse envers les
autres êtres humains
".

Après les idéologies de la guerre froide, Jean-Paul II voyait poindre le danger des conflits à caractère religieux (Benoît XVI parle de "caractère de prophétie exacte"). C’est pourquoi, à l’appel et autour du chef de l’Eglise catholique (une et sainte), les
responsables des religions sont invités à apporter un témoignage en
s’engageant sur le fait que la religion ne peut qu’être porteuse de
paix.

Lahire

Partager cet article

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services