Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Comment quelques médias dominants ont fait passer le fils préféré de Hollande pour le champion du renouvellement ?

Cela est suffisamment rare pour être souligné. Daniel Schneidermann a écrit une tribune critique sur le traitement médiatique de Macron par les médias…dans Libération. En voici quelques extraits croustillants :

"«Priorité au direct», coupa tout d’un coup Léa Salamé. Et l’image de France 2 bascula vers une porte, gardée par un musclé à oreillette. Une, deux, trois secondes, on resta en tête à tête avec cette porte et le musclé qui gardait cette porte. Et puis, Salamé nous expliqua : c’était la porte du QG d’Emmanuel Macron, par où allait sortir le vainqueur du premier tour, pour se rendre devant ses militants, quelques centaines de mètres plus loin. Et on put traduire «priorité au direct», en langage de la télé d’Etat, ça voulait dire «priorité au vainqueur». Finie la stricte égalité entre tous les candidats, et toutes ces sornettes de campagne. Comme les tournesols, France 2 enfin délivrée se tournait vers son soleil à elle : le pouvoir.

S’il reste quelques citoyens qui n’ont pas compris comment les médias ont imposé Macron comme une évidence, alors qu’ils se précipitent sur le replay de la soirée électorale de France 2. Toute la mécanique s’y dévoile. Evidemment, il y a la collection complète des couvertures de l’Obs, les éditos à répétition des snipers de Challenges, les opportunes pétitions d’économistes. Tout ceci constitue un bloc de propagande visible. Mais le plus efficace, sans doute fut-ce la propagande invisible.

Les réactions politiques du tout-venant expédiées après l’annonce des résultats, sonnèrent donc sur France 2 l’heure du vainqueur. Il allait sortir, il sortait de son QG. Il prenait un bain de foule. «On va le suivre avec nos motos», annonça fièrement Léa Salamé. Les motos étaient donc de sortie. Avaient-ils retrouvé la vieille moto de feu Benoît Duquesne, sur laquelle le reporter avait suivi Chirac dans les rues de Paris, au soir de sa victoire en 1995 ? (…) «On a l’impression de voir un président élu, et c’est assez impressionnant», s’émerveilla le journaliste Jeff Wittenberg, sans réaliser que ces «images d’un président élu», il en était lui-même le fabricant, lui et sa chaîne, et tous les autres.

On suivit encore Macron alors qu’il se dirigeait vers «une brasserie de Montparnasse», escorté de ce commentaire compréhensif de France 2 : «Il ne respecte pas les feux rouges. Pour des raisons de sécurité, sans doute.» Dans l’écriture télévisuelle française, ce type de course-poursuite motorisée est habituellement réservé à la berline du vainqueur du second tour. Si on pistait ainsi Macron, pourquoi ne pistait-on pas pareillement Marine Le Pen à Hénin-Beaumont ? (…)

Comment quelques médias dominants ont fait passer le fils préféré de Hollande, l’un des maîtres d’œuvre occultes du quinquennat sortant, pour le champion du renouvellement ? Comment Macron a réussi à recycler la vieille rengaine bayrouïste du «ni droite ni gauche, entre les deux, et prenons donc le meilleur des deux» ? L’histoire n’a pas fini d’être racontée (…)"

Du coup, cela lui a valu une remontrance en règle sur France 2 dès le lendemain, administré, sans doute sur ordre, par Patrice Romedenne dans Télé matin. D'une durée de 4 longues minutes ! On ne touche pas à Macron !

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services