Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Idéologie du genre

Comment les enseignants peuvent résister à enseigner l’idéologie du genre

Dans L'Homme nouveau, le philosophe Thibaud Collin propose quelques pistes, au-delà de l'objection de conscience :

C "Que l’enseignement de la théorie du Genre, présentée à des adolescents comme une vérité autorisée, soit un mal grave, cela paraît manifeste. S’agit-il d’une coopération matérielle directe ? […] Pas de doute qu’un enseignant qui exposerait comme une vérité scientifique la théorie du Genre, alors même qu’il la considérerait comme fausse non seulement coopérerait matériellement et directement à un mal objectif mais violerait sa propre conscience d’homme et d’enseignant. Comment enseigner comme vrai ce que l’on sait faux ?

Le dernier point est donc de savoir si, dans cette affaire, il y a bien contrainte à enseigner la théorie du Genre. Remarquons que la protestation est née au vu de certains manuels […] Christine Boutin dans sa lettre ouverte à Luc Chatel demande que les nouveaux manuels soient retirés. Mais un ministre de l’Éducation nationale n’a pas comme tel le pouvoir d’imposer ou de retirer les manuels fabriqués par des entreprises privées. Rappelons que si les manuels sont certes achetés par les deniers publics, à savoir les conseils régionaux, leur choix est effectué par les équipes pédagogiques. Il n’y a donc pas au sens strict de contrainte quant à l’utilisation de tel ou tel manuel. La question se concentre alors sur le programme édité par le Bulletin officiel de l’Éducation nationale. Que dit-il exactement ? Dans la rubrique « devenir homme ou femme », les compétences exigibles au terme de l’année sont, entre autres les suivantes : « différencier, à partir de la confrontation de données biologiques et de représentations sociales, ce qui relève : 1) de l’identité sexuelle, des rôles en tant qu’individus sexués et de leur stéréotypes dans la société, qui relèvent de l’espace social ; 2) de l’orientation sexuelle qui relève de l’intimité des personnesS’il ne fait pas de doute qu’un tel intitulé est influencé par la théorie du Genre, il nous semble laisser à l’enseignant une latitude d’interprétation et donc de traitement.

C’est dans l’appréciation de cette marge de manoeuvre que se concentre le problème pratique. Il nous paraît, qu’en la situation, les enseignants attentifs aux enjeux délétères de la théorie du Genre ont la possibilité de développer, à partir des textes officiels du programme, un enseignement intégrant les différents composants de la sexualité humaine afin de la manifester dans l’unité de ses finalités conjugales. Mais cela requiert une réflexion approfondie des équipes éducatives et pédagogiques pour élaborer un cours respectueux de la vérité anthropologique et morale sur la sexualité humaine. Cela exige aussi une vigilance accrue sur la manière dont les inspecteurs de SVT vont évaluer les enseignements. Tout cela implique enfin des relais associatifs et institutionnels pour former les enseignants, dénoncer les interprétations idéologiques du programme et lutter pour une modification de celui-ci."

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services