Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Comment le “ni droite ni gauche” nuit au FN

NLes résultats du 2nd tour des départementales sont venus doucher les espoirs des militants FN, qui croyaient encore que l'UMP était exsangue, prête à exploser. Certes, le FN compte 62 élus, un record, mais l'espoir entretenu depuis 2012 de voir l'UMP se diviser s'efface. Il faut dire qu'à l'UMP ce qui rassemble (le financement électoral, les places d'élus…) est plus fort que ce qui divise (les idées).

Et la grande majorité des électeurs de droite, pourtant proches de bon nombre d'idées défendues par le FN (sur l'Europe, l'immigration, la sécurité…), a préféré continuer à voter pour le parti de Sarkozy. Pourquoi ? Simple frilosité due à la diabolisation du FN ? Auquel cas, il faut comprendre la polémique actuelle autour de Jean-Marie Le Pen comme une aubaine pour terminer la dédiabolisation du parti.

Au FN, où le débat d'idées est quasiment interdit (et c'est désormais Jean-Marie Le Pen qui en fait les frais), l'heure n'est toujours pas à la remise en question. La politique du ni-ni, tant moquée à l'égard de Sarkozy, profite plus à l'UMP que le ni-ni, ni droite ni gauche, du FN.

Dans Valeurs Actuelles, Julien Rochedy, ancien patron du FNJ, a pourtant décidé de briser le consensus obligatoire du FN en signant une tribune, dans laquelle il écrit :

"[…] Le constat est sans appel : en l’état, le FN n’a finalement pas beaucoup “mordu” sur l’électorat UMP, ou du moins pas autant qu’on aurait pu l’attendre. L’UMP, par conséquent et miraculeusement, reste en vie.

Comment l’expliquer ? Ce que les observateurs n’attendaient pas, c’est que le FN dédaigne à ce point d’envoyer ne serait-ce que des “signaux” à cet électorat. Fort de son programme antimondialiste cohérent à défaut d’être parfaitement audible, le FN a dogmatisé ses positions en comptant sur une recomposition radicale des desiderata électoraux. Il a tout misé sur le clivage patriote-mondialiste en sous-estimant la constante droite-gauche du pays. Qu’importe qu’il ait raison ou non dans le fond, car en politique — et je tiens cette maxime de Marine Le Pen elle-même — « n’existe que ce qui paraît exister ». Lorsqu’on fait si peu de clins d’oeil à un électorat, il n’est pas étonnant qu’il ne s’amourache pas.

Or, cette absence de messages est patente : en économie d’abord, domaine dans lequel le FN s’est évertué à prodiguer un discours macro économique (euro, protectionnisme, État stratège) de manière quasi exclusive, là où, justement, l’électorat dit petit-bourgeois (artisans, commerçants, entrepreneurs, etc.) ne comprend bien souvent qu’un discours microéconomique (fiscalité, économies, droit du travail, etc.), celui-ci touchant précisément à la vie de tous les jours. Pour un mouvement qui se gargarise d’être celui « de la vie des Français », proche de la « réalité », c’est assez étonnant. Alors certes, la macro détermine la micro (du cadre économique général dépend le fonctionnement des entreprises), mais tout de même : l’absence de toute communication sur le sujet, pour ne privilégier que les grandes solutions “macromiraculeuses”, limite sérieusement les percées du FN dans la sociologie du monde du travail indépendant.

De même, en parlant toujours de « l’État stratège », tout en se gardant bien d’expliquer que celui-ci serait l’inverse de l’État socialiste, bureaucratique et omnipotent, le FN a prêté le flanc à l’accusation d’être, au moins économiquement, d’extrême gauche. […]"

Partager cet article

25 commentaires

  1. c’est sur que le programme économique de l’ump fait rever …ces elections départementales marquées par une très forte abstention mobilisent un fort clientélisme. le fn représente une force et tout est mis en oeuvre pour le destabiliser , mais pour le moment Marine reussit ce que MEGRET voulait mettre en musique .

  2. Analyse juste qui montre bien les limites de la “dédiabolisation”. Le dogmatisme anti-mondialiste qui date de la période de Mégret n’a pas fini de faire des dégâts au FN. J’avais écrit il y a quelques temps un article sur le même thème : http://www.bvoltaire.fr/bernardmitjavile/fn-il-lecoute-du-peuple,136209

  3. « l’État stratège » c’était bien ce qu’avait fait de Gaulle en son temps :
    « Pour moi, précise-t-il, à mon échelon, il s’agit du plan, parce qu’il embrasse l’ensemble, fixe les objectifs, établit une hiérarchie des urgences et des importances, introduit parmi les responsables et même dans l’esprit public le sens de ce qui est global, ordonné et continu, compense l’inconvénient de la liberté sans en perdre l’avantage ».
    http://www.gaullisme.fr/2011/08/02/commissariat-general-du-plan/

  4. Les Français sont stupides, ils continuent à voter pour l’UMP, avec un Sarkozy qui nous a vendu au QATAR, et qui déclare aujourd’hui “qu’il n’aurait pas du parler d’identité nationale” !!! C’est un traître pitoyable. UMPistes, arrêtez d’être c… !!! Ouvrez les yeux, vous avez m^peme réussi l’exploit de faire réélire Bédier, condamné à 18 mois de prison avec sursis, 50 000 euros d’amende et trois ans d’inéligibilité pour corruption passive et recel d’abus de biens sociaux, à la tête du département des Yvelines !! Il va pouvoir s’en mettre à nouveau plein les poches…
    C’est désespérant.
    [Ce n’est pas en disant que les Français sont stupides que cela fera avancer les choses mais en se demandant pourquoi ils n’ont pas voulu quelqu’un d’autre que Bédier. MJ]

  5. Le Front national et l’UMP ne peuvent espérer s’absorber l’un l’autre, leurs électeurs sont trop différents. Ils devraient par contre s’allier par un compromis de deux positions différentes au service d’un même peuple français.

  6. Au contraire, le ni droite, ni gauche est la seule planche de salut de la Droite Nationale. Cela ne veut pas dire que le Front National ne doit pas s’allier, il ne doit en tout cas pas le faire actuellement. Seule une défaite majeure de l’UMP, peut offrir les conditions favorables à une telle alliance. Ene effet, en cas de défaite majeure, l’UMP pourrait éclater et ses éléments les plus conservateurs pourraient rejoindre le Front en masse. Par ailleurs, la distinction droite/gauche, si elle existe encore n’est qu’artificielle. JMLP avait d’ailleurs dit en 2002 : “Je suis socialement à gauche, économiquement à droite et nationalement de France”. Pour ce qui est de la mise en avant de l’État stratège, il va de soit qu’il faudrait expliquer que cela n’a rien à voir avec du gauchisme et rien à voir non plus avec le libéralisme. C’est une conception qui n’est que la modernisation du colbertisme, qui fit la richesse de la France et qui a ensuite été repris par le général de Gaulle dans les années 60.
    Pour des alliances, ne pas oublier ce qui est arrivé aux mouvements nationaux européens qui sont entrés dans le jeu des alliances (FPO autrichiien du temps de Jorg Haider ou Allianza Nazionale de Fini en Italie). Ces mouvements ont, pour le premier, subi des revers électoraux très forts en 2004 et pour le second, s’est soldée par un total reniement. La même chose guette le Front, c’est peut-être une des raisons qui poussent JMLP à mettre ses troupes en garde contre la tentation d’alliance pour quelques maroquins…
    [“Seule une défaite majeure de l’UMP, peut offrir les conditions favorables à une telle alliance.”
    Force est de constater que non : les défaites cuisantes de l’UMP, notamment en 2012, n’ont permis aucune alliance, ni de report massif de voix. MJ]

  7. La solution et l’antidote est donnée dans le texte:
    “l’électorat dit petit-bourgeois (artisans, commerçants, entrepreneurs, etc.) ne comprend bien souvent qu’un discours microéconomique (fiscalité, économies, droit du travail, etc.), celui-ci touchant précisément à la vie de tous les jours.”
    La vision macro n’exclut pas la vision micro et locale. Il suffit de tout décliner. Force est de constater que la fiscalité et les prix de détail n’ont pas été le cheval de bataille du FN pour le moment. L’UMP en revanche, l’a utilisé comme argument de vente premier pour le local.. Et ça marche.

  8. Lionel écrit : . Seule une défaite majeure de l’UMP, peut offrir les conditions favorables à une telle alliance. Ene effet, en cas de défaite majeure, l’UMP pourrait éclater et ses éléments les plus conservateurs pourraient rejoindre le Front en masse.
    Ce discours sur l’éclatement de la droite, on l’entend depuis la percée du FN en 1984 soit 30 ans et cela n’est pas arrivé avec un FN a 15 % et cela n’est pas arrivé récemment avec un FN à 25 %.
    En fait le FN s’imagine toujours que ses adversaires ou concurrents sont plus faible, plus mauvais, etc…qu’ils le sont vraiment. Erreur d’analyse qui est la conséquence de la médiocrité des dirigeants du FN qui sont de piètres hommes politiques.

  9. @ Philippe Edmond
    “le ni droite, ni gauche est la seule planche de salut de la Droite Nationale.”
    Je suis de votre avis. Avec un programme de droite, le FN ne se serait jamais implanté dans des terres de la gauche ouvrière. De plus, l’UMP ne se désistera jamais pour le FN, quoi que fasse ce dernier.
    De toute façon, les programmes électoraux sont faits pour ne jamais être appliqués car un imprévus fulgurant survient toujours et rend ceux-ci obsolètes (cf “L’imprévu dans l’Histoire” de Dominique Venner).
    Et le libéralisme ne vaut pas mieux que le socialisme : ce sont deux utopies dangereuses et mortelles.

  10. C’est le ni droite ni gauche qui a relevé le front national.
    Si le fn veut s’allier avec l’ump ou une autre droite classique, il devra faire des concessions, en fin de compte rentrer dans le rang et devenir un parti mondialiste comme les autres qui poursuivra la destruction de la France.
    Depuis quelques jours tous les médias même les moins soumis au dogme de la bienpensance unique voudraient restaurer le clivage gauche droite moribond auquel les gens ne croient plus,
    ce que le taux d’abstention démontre.
    Si le FN n’est pas compris c’est principalement à cause de la propagande umps qui continue de diaboliser le FN, d’ailleurs on peut les entendre tous dire que si le FN écarte JMLP, çà ne veut pas dire que le FN a changé, ils insistent fortement sur ce point. Donc rien à attendre de l’umps.
    Et aussi à cause de l’incompétence des têtes du FN incapables d’argumenter, celui qui a apporté un peu d’air de ce côté là, c’est le jeune philippot qui débarquait de l’ENA, sans expérience, et la petite marion qui du haut de ses moins de 25ans a déjà plus de mordant dans son discours que les anciens. Clairement il y a une volonté au FN de faire passer sa place au détriment de la France, comme dans n’importe quel parti anti-français.

  11. Le FN ne fait aucun effort pour apprendre à débattre, à réunir et présenter des arguments pour soutenir leur programme. Il est là le principal défaut du FN.
    Ils ont un discours typiquement politicien, un mélange de langue de bois, d’anathèmes, de critique systématique simpliste aveugle de ces opposants sans argumentation.
    Comment les gens pourraient être convaincus par des discours creux avec la machine de propagande qui tourne à plein régime derrière.
    Pour la présidentielle, ils avaient fait un effort pour préparer le programme économique avec la collaboration de vrais économistes. Seulement il aurait fallu continuer, et faire de même dans tous les domaines.
    Pourquoi se fatiguer si on arrive à faire 25-30% avec des propos creux.

  12. droite gauche et nini cela n existe pas seule la conscience et l intelligence de dépasser les bobards des merdias existe servez vous en !!!

  13. La seule pour la France de se sauver c’est qu’une force politique fusionne les électorats du FN et de l’UMP ; sans cette fusion des électorats, rien de positif ne viendra. Il faut donc trouver un discours capable d’attirer ces deux électorats. Le FN devrait le faire dans son intérêt. Le ni droite ni gauche, le chevénementisme, cela ne conduit qu’à faire fuir des pans entiers de l’électorat. Sans compromis, on n’arrive rien. Le compromis est une victoire morale sur l’orgueil ; le compromis seul est moral et victorieux. Pas tous les compromis bien sûr mais un compromis national-libéral-conservateur.

  14. le FN fait peur grâce aux médias mais surtout à son amateurisme, on ne voit sur les plateau de télévision que trois têtes, MLP, Philippot, Alliot mais localement il n’y a personne qui parcoure les campagnes!
    pour les départementales ils avaient un tract nationale, les électeurs ont peu appréciés!
    on combat un adversaire mais on ne le méprise pas, on ne le sous estime pas, il faut convaincre les électeurs et ils l’ont payé aux départementales!

  15. Je ne partage pas l’essentiel du propos, même s’il y a une analyse à continuer sur ce thème.
    Se méfier de la posture de l’observateur. La charge d’un mouvement contraint davantage. Je pense que le schéma binaire gauche-droite est en train de se brouiller et de s’effacer. Le seul mérite des scélérats François Hollande et Manuel Valls est que, chaque jour, ils discréditent davantage l’idée d’une “gauche” dans le pays profond. Ils sont les fossoyeurs de la “Gauche”. Je pense qu’il faut attendre un peu : ce n’est pas l’UMP la plus fragile mais la soi-disant gauche française qui est en sédation profonde.

  16. La Souveraineté Nationale se retrouve dans le peuple, c’est la base de notre république mais elle nous a été volée avec la complicité de nos dirigeants corrompus et remise à Bruxelles et Francfort sans nous en informer :
    https://www.youtube.com/watch?t=199&v=GDuwRyiDyrA
    Les partis tels que l’UMP, le PS ou même le FN ne cherchent pas vraiment à retrouver cette Souveraineté Nationale ! D’où le chômage, la misère grandissante et la fin d’un pays ! La première chose à demander c’est le départ de l’U.E., le retour au franc et l’abandon de l’Otan ! Autrement ce sera comme en Grèce ! Un vote pour rien !

  17. Je me méfie des analyses à “trop court terme”. Attendons quelques mois (régionales) ET (primaires)intégrant les “liens ” avec l’UDI/MODEM

  18. “…en sous-estimant la constante droite-gauche du pays.”
    Une ‘constante’ qui s’érode un peu plus à chaque élection et concerne de moins en moins de citoyens.

  19. Le FN avec son programme économique de gauche ne fera pas bouger l’électorat UMP. C’est inutile de vous enferrer la dedans, on préférera toujours Sarkozy, tant que cela reste en état. On a des affinités sociétales (éducation,justice), certes, mais l’on préfère encore garder notre liberté de gagner suffisamment pour être libres de voyager etc plutôt que d’avoir une monnaie de singe (qui voudrait du franc sur les marchés mondiaux aujourd’hui????) Puis toute cette gente syndicale dans vos rangs, c’est moyennement attirant.Combattez le PS et ignorez UMP, plutôt que de l’agresser , comme ça vous n’allez pas vous aliéner des votants potentiels.Union de la droite.

  20. Il faut arreter de prendre les gens pour des jambons: pour sortir de l’euro il faudrait d’abord avoir les marges de manoeuvre budgetaires, pouvoir se passer des marches et aussi des investisseurs etrangers car il faudra instaurer le controle des capitaux et surtout avoir les equipes pour mettre le plan a execution. Le Fn ne fait rien dans ce sens et au lieu de proner le serieux budgetaire, attractivite du territoire pour les createurs d’entreprise les cerveaux et les epargnants, la creation de fonds de pension, qui favoriseraient l’investissement de l’epargne longue dans l’economie francaise et la creation d’emplois industriels, ils promettent la retraite a 60 ans, la hausse du smic et encore plus de fonctionnaires – tout le monde se marre!! Et et va voter ump!

  21. @Michel Janva,
    Lorsque j’évoquais une défaite de l’UMP, je ne parlais en aucune façon d’une défaite “mineure” de type 2012 où Nicolas Sarkozy a été vaincu au second tour, mais à une défaite du type subie par Lionel Jospin et la Gauche en 2002. Imaginez quelles seraient les répercussions de l’élimination du candidat UMP/UDI au 1er tour le la Présidentielle? Beaucoup de cartes seraient alors rebattues et il est probable qu’une partie des militants et des cadres souhaiteraient ardemment une alliance électorale. A cette condition, le Front National aurait tout intérêt à excepter…
    @ Laurent,
    Oui, l’éclatement de l’UMP est une des options envisageables, cela n’était pas possible à 15%, mais rien n’indique que la situation d’une Marine Le Pen à 25% et éliminant au 1er tour un Nicolas Sarkozy qui ne fait plus illusion, ne puisse créer un véritable séisme au sein de la droite molle UMP/UDI. Quant à votre pique sur la médiocrité des dirigeants du FN, regardez plutôt le bilan catastrophique de la clique UMP, qui partage le pouvoir avec les socialistes depuis près de 40 ans…
    Je crois que tout est dit.
    [L’explosion de l’UMP, c’est une hypothèse que le FN cultive avec gourmandise et beaucoup d’illusions depuis de nombreuses années. L’exemple Jospin nous prouve que même une élimination dès le 1er tour ne signerait pas forcément l’explosion de ce parti. Alors côté stratégie, il est plus que nécessaire de se remettre en question, de cesser de rêver à ce type de “grand soir” car même si Sarkozy est une baudruche, c’est tout de même son parti qui a emporté 70 départements.
    MJ]

  22. @ Non et @Sofia,
    Dans ce cas, continuez à voter UMP, mais surtout ne venez pas vous plaindre que la France se meurt. La réflexion de Non! est d’ailleurs éclairante : “On a des affinités sociétales (éducation,justice), certes, mais l’on préfère encore garder notre liberté de gagner suffisamment pour être libres de voyager etc plutôt que d’avoir une monnaie de singe (qui voudrait du franc sur les marchés mondiaux aujourd’hui????)”, la seule chose qui vous intéresse est votre confort matérialiste. Nous n’avons rien n’a attendre de gens comme vous, car la France et son avenir vous indiffère.

  23. Le “ni droite ni gauche” tel qu’employe actuellement au FN n’est pas une solution.
    Il n’a permis que de rapprocher l’extreme gauche ouvriere et l’extreme droite, dans un meme rejet de la mondialisation. On ne batit pas un programme avec ca, c’est juste pour gagner localement dans le Nord/ Pas de Calais (ouvriers) et le Sud PACA (immigration).
    Ce grand ecart ne tiendra pas une election generale, sauf a jouer le rejet du systeme et l’exasperation nationale.
    Mais il ne permet pas d’attirer les electeurs UMP ou PS.
    La France est toujours bipolarisee: des electeurs liberaux et conservateurs d’un cote, etatistes et progressistes de l’autre.
    Les premiers sont tres mal representes par l’UMP, les seconds le sont passablement bien par le PS.
    Il y a par contre une troisieme categorie qui a emmerge ses dernieres annees: des etatistes anti liberaux qui commencent a etre plutot conservateurs societalement. Ce sont les classes inferieures et les ouvriers, les laisses pour compte de la mondialisation et victimes de l’immigration massive (villes ouvrieres et minieres, peri urbain) qui se deplacent de l’extreme gauche communiste au FN et s’additionnent aux electeurs traditionnel du parti.
    Mais cette troisieme categorie est fortement concernee par l’abstention et par le rejet general du systeme politique ( FN compris).
    C’est cette categorie que le FN cible en priorite, ce qui sous entend qu’il va se couper des deux precedentes.
    Le probleme “mondialistes contre patriotes” ne se pose pas dans les termes avances par le FN, d’ou la deception et l’isolation.
    Par exemple, un liberal-conservateur, plutot patriote mais conscient de la necessite d’etre tout de meme un peu ouvert au progres economique (commerce, nouvelles technologies, cooperation internationale…)est considere comme un “mondialiste financier ultra liberal” au FN, donc un ennemi.
    Les electeurs de l’UMP preferent encore etre tres mal representes par ceux pour qui ils votent que voter pour le FN qui les rejette categoriquement, malgre certaines idees communes.

  24. @ Bapt
    Les intervenants du FN sur les plateaux médiatiques n’ ont pas le loisir de présenter leur programme, étant harcelés sans un répit d’ une minute sur le ” detail ” et les ” racisme, antisémitisme, homophobie “.

  25. @ Lionel D – est-ce que vous payez des impots en France? Je vous trouve tres desinvolte sur la maniere dont est depense l’argent des contribuables…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services