Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Vie de l'Eglise

Comment aller à la messe sans perdre la foi ?

C'est le titre original du nouveau livre de Mgr Nicolas Bux (Come Andare a Mesa et non perdere la fede), que la version française a traduit sobrement « La foi au risque des liturgies ».Consulteur de la Congrégation pour la Doctrine de la foi, de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements, professeur de liturgie et de théologie sacramentaire et consulteur au Bureau des Célébrations liturgiques du Souverain Pontife, Mgr Bux s’attache à défendre le projet de réforme de la réforme de Benoît XVI.

A propos de l'orientation, Mgr Bux écrit :

F "L’orientation « face au peuple » qui a grandement favorisé la fermeture de la communauté sur elle-même, n’appartient pas aux traditions catholiques mais au monde protestant. Elle ne peut se prévaloir d’aucune antériorité historique. On ne la trouve dans aucune liturgie aussi bien occidentale qu’orientale. Elle n’est pas un retour aux origines. […] Quel intérêt peut-il y avoir à se regarder réciproquement alors que le peuple de Dieu se trouve dans sa totalité en chemin vers le Seigneur qui vient nous visiter d’en haut ? […]  La célébration « face au peuple » donne au prêtre une place centrale. Elle réintroduit la différence – séparation entre les clercs et le peuple – et la prétendue insistance sur la centralité du culte dû au corps du Christ est contredite par l’évacuation du tabernacle dans lequel le Christ est sacramentellement présent de manière permanente. […] La constitution conciliaire Sacrosanctum Concilium ne parle pas de célébration « face au peuple ». […] L’abandon de l’orientation n’a pas été approuvé par l’assemblée conciliaire mais introduit par des instructions ultérieures qui le considéraient comme possible mais non pas obligatoire. […] La tradition chrétienne, aussi bien en Orient qu’en Occident, veut que les fidèles et le clergé prient dans la même direction. La célébration « face au peuple » est une rupture."

Nous vivons un changement civilisationnel dont le moteur est culturel. La famille dite traditionnelle - qui est simplement la famille naturelle - diminue massivement en nombre et en influence sociale. Le politique est de plus en plus centré sur la promotion de l’individualisme a-culturel, a-religieux et a-national. L’économique accroît des inégalités devenues stratosphériques et accélère et amplifie le cycle des crises. L'Église est pourfendue; clercs et laïcs sont atterrés.

Une culture nouvelle jaillira inévitablement de ces craquements historiques.
Avec le Salon Beige voulez-vous participer à cette émergence ?

Le Salon Beige se bat chaque jour pour la dignité de l’homme et pour une culture de Vie.

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services