Bannière Salon Beige

Partager cet article

Europe : politique

Chypre ne reconnaît pas l’indépendance du Kosovo

Le chef de la diplomatie chypriote Markos Kyprianou l’a annoncé de Moscou. Tout un symbole.

"Chypre n’a pas reconnu l’indépendance autoproclamée du Kosovo et n’envisage pas de le faire à l’avenir (…) [le problème du Kosovo] ne peut être réglé que dans le cadre de l’ONU avec une participation directe de la Serbie".

Les jeux semblent clairs pour Chypre qui se rallie à la Russie et qui vise aussi la survie de son intégralité territoriale.

Lahire

Partager cet article

3 commentaires

  1. Vive Chypre!

  2. A propos du Québec, les spécialistes du droit international ont rappelé la copieuse jurisprudence qui établit le droit des peuples colonisés à déclarer leur indépendance que ça plaise à leur colonisateur ou non.
    http://books.google.pt/books?id=pq4c7MjNCVgC&pg=PA85&lpg=PA85&dq=alain
    Et l’approbation du Conseil de Sécurité des Nations Unies n’a jamais été nécessaire non plus.
    De sorte que la Résolution 1244, de quelque manière qu’on prétende l’appliquer à la Serbie, et quelque interprétation qu’on prétende lui donner, n’a aucune portée sur le Droit des Kosovars de proclamer leur indépendance.
    On dirait qu’on a tendance ici à confondre la question de la légalité de l’intervention de 1999 avec celle de l’indépendance. Or, ces deux questions n’ont juridiquement rien à voir l’une avec l’autre.
    L’indépendance du Kosovo est tout sauf “unilatérale” : elle a au contraire été préparée pendant des années en coopération avec les gouvernements occidentaux, elle implique de mettre en oeuvre un plan imaginé Martti Ahtisaari, envoyé de l’ONU, et qui fait la part belle aux aspirations à l'”autonomie” des Serbes du Kosovo
    (comme pour le régime de la Résolution 1244, ceux-ci regretteront de ne pouvoir jouir de ses dispositions si leur obstination à les refuser devait un jour les priver de cette option).
    Tout cela contre Albin Kurti et son mouvement “Vetëvendosje” qui affirme le Droit des Kosovars à jouir de leurs Droits démocratiques sans demander la permission à personne.
    La contrepartie c’est que presque tous les pays civilisés ont reconnu le Kosovo indépendant.
    On ne saurait décrire comme “civilisé” le comportement des Grecs vis-à-vis de leurs voisins du nord depuis dix-sept ans.
    Les Grecs ont soutenu Milosevic bien plus que les Serbes eux-mêmes, comme l’ont éprouvé les dirigeants de la DOS en 2000, lorsqu’ils ont voulu organiser un meeting d’opposition à Thessalonique.
    Le journaliste grec Takis Michas a exposé le détail de ces turpitudes dans son livre “Unholy alliance”.
    http://www.alb-net.com/aki/bookreview/br02.htm

  3. Pour un gouvernement communiste, se rapprocher de Moscou, ça rappelle de bons souvenirs.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services