Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Christian Vanneste : “Si Valérie Pécresse était élue, on risquerait évidemment de connaître l’expérience vécue avec les Chirac et autres Sarkozy”

Christian Vanneste : “Si Valérie Pécresse était élue, on risquerait évidemment de connaître l’expérience vécue avec les Chirac et autres Sarkozy”

Extrait de la tribune de Christian Vanneste (ancien député UMP) :

“(…) C’est l’éclatement qui culmine aujourd’hui. Un candidat inattendu, Eric Zemmour correspond assez bien à l’idée gaulliste d’origine : un homme face à la menace existentielle qui pèse sur la France. Ses priorités le situent clairement à droite.
Mais deux partis importants sont également à droite : le Rassemblement National avec Marine Le Pen et Les Républicains qui refont surface avec Valérie Pécresse. Le premier n’a, jusqu’à présent, servi à l’élection présidentielle, lorsqu’il atteignait le deuxième tour, que de tremplin pour son adversaire quel qu’il soit. Les déconvenues récentes des élections locales, l’opposition de l’oligarchie médiatico-politique, le souvenir laissé par 2017, la tentative de dédiabolisation qui a eu pour effet de décourager des militants, laissaient entrevoir que la mobilisation des électeurs en sa faveur risquait d’assurer la réélection par défaut de Macron. Autrement dit, le vote en sa faveur d’une gauche pourtant hostile à certaines de ses mesures économiques et la concentration du vote patriote dans le choix de Marine Le Pen aboutiraient paradoxalement à faire réélire un homme dont les idées sont minoritaires.
L’irruption d’Eric Zemmour a dissipé le rêve d’une réélection facile pour le sortant. D’une part, il réduit les suffrages de Marine Le Pen, et peut l’exclure du second tour, d’autre part, il redonne une vigueur aux idées que devrait défendre une droite authentique et soucieuse de l’intérêt supérieur de la France non seulement par la défense de son identité, de sa souveraineté et de la sécurité, mais aussi sur le plan économique. La force et la cohérence de son discours ont réveillé Les Républicains qui ont accordé la première place au premier tour et 40% des voix (44 000) au second à Eric Ciotti dont les idées sont peu éloignées des siennes. Cornaquée par Patrick Stéfanini, Valérie Pécresse a musclé ses propositions et utilisera Ciotti pour les rendre crédibles. Il ne serait pas absurde d’imaginer que le parti qui a largement gagné les élections locales, demeure le plus important de l’opposition et dispose de relais dans le pays supérieurs à ceux de ses concurrents, place son  candidat au second tour de l’élection présidentielle. Le choix d’une Femme est habile lorsqu’une démarche s’appuie davantage sur des processus publicitaires que sur des débats de fond. Bref, M. macron doit se faire du souci. L’électorat de la droite molle qui avait stupidement rallié la macronie peut se reprendre.
Mais, si d’aventure Valérie Pécresse, avec du Zemmour adouci, et une personnalité plus rassurante, pouvait être élue, on risquerait évidemment de connaître l’expérience vécue avec les Chirac et autres Sarkozy d’une victoire électorale de la “droite” suivie d’une politique alambiquée de mesures tronquées ou retirées devant les réticences. Certes, la politique de quotas d’immigration, déjà envisagée, mais non réalisée par Sarkozy peut satisfaire certains, mais la véritable lutte contre le “grand remplacement” passe évidemment par des mesures autrement radicales fondées sur l’abolition du droit du sol, la fin du regroupement familial, la déchéance de nationalité qu’on imagine mal mises en oeuvre par la Présidente de l’Ile-de-France qui a toujours été plus attachée à une image conformiste qu’à des idées nécessaires mais dérangeantes.”

Partager cet article

13 commentaires

  1. Un éminent spécialiste de ces époques funestes dont il a été un ardent collaborateur.

  2. Un éminent spécialiste de ces époques funestes dont il a été un ardent collaborateur. Les heures les plus sombres de notre droite.

  3. CQFD

    1er tour : Pécresse : 15.5%, Macron : 18.2% MLP : 18.5% Zemmour 19.3%

  4. Bonne analyse mais qu’attend-il pour rejoindre Zemmour ?

  5. Y a-t-il seulement une virgule de différence entre Pécresse et Sarkozy, Hollande ou Macron? J’en doute. Si le deuxième tour se joue entre elle et Macron, il nous reste juste à aller à la pêche. Pourvu qu’il fasse beau au mois de mai !

  6. M. VANNESTE voit mal la réalité actuelle. Je vais partir d’une réaction reçue ce matin après que j’aie invité à faire des dons sur le compte de Zemmour. Née en 1946, baby boomeuse en surpoids, femme de charpentier en retraite, vote RPR et LR, messe dominicale occasionnelle à partir d’un petit village de trois cents habitants dans le Sud Haut-Marnais, double ou triple vaccinée afin de pouvoir jouer aux cartes dans la salle des fêtes du village me répond : « Comment adhérer à un parti qui prêche pour une haine raciale ? ». Tout est là : il y a un conditionnement opérant considérable qui structure dans des habitudes de vote et de propagande. C. Vanneste dit : « réélire un homme dont les idées sont minoritaires. » Macron n’a pas d’idée, c’est un vide nihiliste avec son ‘en même temps’. Les gens votent pour lui car l’habitude le place au ‘centre des convenances’ alors qu’au fond c’est un extrémiste déconstructeur. Il est ‘père de la nation’ car il protège les populations de la ‘dangereuse pandémie’ qui frappe les octogénaires et il va nous protéger de la peste Zemmour. Les ‘idées’ du Président sont majoritairement approuvées car il n’y en a pas une qui blesse son électorat retraité légitisme ou orléaniste. C. Vanneste dit : « Bref, M. Macron doit se faire du souci. » Pas du tout, il a déjà convenu avec LR que si Pécresse était au deuxième tour elle se désisterait pour lui ou saboterait sa propre élection car elle veut être ‘seulement’ premier ministre. Larcher, Fillon hier, Bertrand demain, ont déjà annoncé le nom de leur candidat : Macron. C. Vanneste dit : « L’électorat de la droite molle qui avait stupidement rallié la macronie peut se reprendre. » C. Vanneste n’a rien compris. Les macron-compatibles sont très satisfaits du quinquennat des macronistes. Phillipe, Lemaire, Darmanin sont eux aussi macron-heureux. C. Vanneste a été bon quand il a dit que l’homoérotisme n’était pas bon pour le renouvellement des générations des ‘de Souche’. En 2021, il a perdu son flair politique en tenant son discours. Zemmour et la campagne vers les campagnes ? Pas évident à réaliser en si peu de temps en tenant compte du lavage de cerveau propagé depuis des lustres par l’oligarchie médiatico-politique et même par une énorme partie du clergé français masqué. Il suffit d’écouter ce que dit à Paris ce matin le journaliste des infos de Radio Notre Dame sur le meeting du polémiste ou bien les propos désuets de ce pape à Lesbos qui ne ramène personne à l’intérieur des hauts murs du Vatican mais dépose son butin en Italie. Alors imaginez le conditionnement opéré en province par la Haute-Marne libérée, l’Est républicain sur des braves gens aveuglés qui vivent dans la crainte du commissaire politique, un conseiller municipal, qui vient vérifier leur passe alors qu’ils jouent aux cartes dans la salle des fêtes. Zemmour doit se coltiner le clergé médiatique, les prêtres catholiques de campagne, les commissaires politiques élus : tous ces adeptes de la religiosité sanitariste qui ‘nous protège’. Il est dans la position de De Gaulle à Londres vis-à-vis d’un peuple français qui ne perçoit que très faiblement les jougs et les dangers qui l’envahissent.

    • Tellement vrai !! Je connais bien des gens qui seraient d’accord avec Trump et qui se moquent de lui, le traitant de crétin, gobant tout ce que disent les médias. Je connais des gens qui ont les idées du RN et qui, parce qu’ils sont bourgeois, ne veulent pas voter pour ce parti. Et cela va aussi concerner le vote Zemmour.
      Bien des gens se calent devant leur JT et ne voient pas pourquoi les journalistes leur mentiraient… Pire, si le journaliste dit ci ou ça à la télévision, c’est qu’il est compétent ! Et même si bien des gens se méfient des médias, ils gobent ce qui les arrange ou surestiment leur méfiance…
      Je discute avec des gens, j’ai beau démontrer, sortir toutes les preuves (je rédige moi-même des articles, mais je refuse le statut officiel de journaliste, n’allant pas payer pour avoir la carte), ils préféreront croire les résumés bidons de la télévision.

      • Merci. Et tellement vrai ce que vous dites. Il y a une masse de bon peuple qui pense comme Zemmour au quotidien mais qui s’arrête à l’image médiatique qui le façonne et les façonne ‘en même temps’. C’est la propagande des régimes démocratiques devenus démagogogiques. Il faudrait voir le Z déambuler avec des bottes dans un champ en discutant avec un vieux paysan au visage rougeot. Il faudrait qu’il caresse ‘aussi’ la croupe des vaches. Idem dans divers milieux. Il est encore trop bcbg, tennisman, chaussure fine. Il doit devenir ‘somewhere’ et pas seulement français d’intelligence. Et ce qu’il ne peut pas voir encore en Vérité, c’est combien son serment de Villepinte est refondateur du régime. Or aujourd’hui les français sont encore en masse au stade pétainiste et son accueil à Nancy début 1944. Ils ne sont pas encore aux Champs en août 1944. Peut-être que l’effondrement de la folie religieuse du covidisme sera son tremplin. Il a besoin d’une crise afin que l’opinion publique déstabilisée cherche un nouveau saint à qui se vouer. Il est là, prêt, mais il manque l’évènement historique. De Gaulle a beaucoup souffert pour parvenir à descendre les Champs (prisonnier, Anne, … américains, Londres, …). Le Z va avoir un parti parlementaire solide en juin. Je pense que Zemmour est cause seconde dans les mains de Dieu pour la France. A la grâce de Dieu.

  7. si on se souvient de G Marchais, sa position sur l’immigration était on ne peut plus “droitière”, ce qui est logique si on veut éviter le lupinprolétariat (gros mot actuellement ?) – mais qui se souvient ???

  8. Etait-il hier à Villepinte ?

  9. Il est né le 14 juillet 1947, c’est un boomer (jalousie par rapport à Z plus jeune et jamais élu), il est ‘prudent’ ! Zemmour n’a pas été déclaré candidat par la République. C’est idem pour Millon (12 novembre 1945) et Ph. de Villiers (25 mars 1949).

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services