Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Euthanasie

« Choisir entre qui vivra et qui mourra »

« Choisir entre qui vivra et qui mourra »

Marie-Christine Bunlon, cadre de santé dans un Ehpad et vice-présidente du Conseil départemental de la Creuse chargée de l’autonomie, a déclaré en session plénière :

«Non, l’État n’a pas été à la hauteur ! Les soignants l’ont été ! On nous a même demandé de classer nos patients en rouge, vert, orange ! Vous savez ce que ça veut dire ? Vous le savez ? ».

Elle explique au Journal du Centre :

« Durant la crise, j’avais décidé de ne rien dire mais aujourd’hui, il faut parler ».

« On nous a prévenus que si la vague épidémique était trop forte, on ne pourrait pas soigner tout le monde, qu’il faudrait choisir entre ceux qu’on enverrait en réanimation et ceux qu’on laisserait mourir pour laisser la place à des patients ayant les meilleures chances de guérison. »

Les patients et résidents seront étiquetés en rouge, orange ou vert pour faire le tri entre ceux qui bénéficieraient des soins et les autres.

« Chaque jour, on actualisait la liste de mes 150 résidents. Qui en rouge. Qui en vert. C’était horrible. Après le GHT, on s’est appelé entre soignants. On a beaucoup parlé. Beaucoup pleuré aussi ».

« On nous a demandé de nous équiper en pompes à morphine. J’en ai commandé dix, et demandé une remise à niveau car en Ehpad, on en utilise peu. On m’a envoyé quelqu’un qui a fait une démonstration. Quand j’ai vu les surdoses qu’elle préconisait, j’ai compris que ce n’était pas que pour la douleur. Avec mes deux collègues cadres de santé, on a décidé que si cela devait être fait, nous serions les seules à brancher ces pompes. Jamais on n’aurait osé laisser ça à nos infirmières ».

« On n’a pas eu un seul cas de Covid à l’Ehpad. On a échappé à la vague. Et ni en Creuse ni en Limousin les réas n’ont été saturées. Donc je pense que ce protocole de tri n’a pas été appliqué chez nous. Mais ailleurs ? Dans l’est de la France ? Je crois que ce tri a été fait. »

« J’arrête ce métier. Je ne veux plus jamais qu’on me demande de choisir entre qui vivra et qui mourra ».

Partager cet article

6 commentaires

  1. « ON nous a même demandé de classer nos patients en rouge, vert, orange ! »

    L’horreur absolue ! On a presque envie de faire du reductio ad hitlerum : Le port de l’étoile orange ou rouge, même si l’étoile rouge, cela fait plutôt penser à Staline.

    En attendant, il faut absolument dans tous les centres concernés identifier qui est ce « ON » et faire le procès qui convient pour que cela ne se reproduise jamais plus.

  2. Cette même sélection des patients à sauver ou à condamner n’a-t-elle pas été faite quand il a fallu créer un groupe témoin à qui on a donné à son insu un placebo au lieu de la chloroquine donné au groupe à sauver ? N’est-ce pas le même cynisme déshumanisé qui a présidé à la mise en place de l’expérience in vivo (expression mal appropriée) que Raoult a refusé d’effectuer ?

  3. https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=8273DEF5F7090D4967B09C88C3287D97.tplgfr31s_2?idArticle=LEGIARTI000006417780&cidTexte=LEGITEXT000006070719&categorieLien=id&dateTexte=20011231

    La CJR va ouvrir une instruction contre Philippe, Véran et Buzyn pour “abstention de combattre un sinistre” réprimé par l’article ci-dessus.
    9 plaintes ont été retenues sur 90.
    Ça sent le foutage de gueule dans les grandes largeurs, genre sang contaminé…
    La notion de “volontairement” de l’article du Code pénal me semble ici clairement souligné.

  4. Prions et agissons pour que ça se sache le plus possible.

  5. Tout ce que décrit cette dame avait été révélé à l’époque. Et peu de gens avaient réagi, fort malheureusement. Les politiciens de tout poil, Macro, Philippe, Véran et autres fonctionnaires du Ministère de la Santé auront un jour à en rendre compte. Soit devant Dieu, soit devant la justice humaine (lorsqu’elle ne sera plus aux mains d’usurpateurs).

  6. Résultat, sans doute suite à une directive du “docteur Mengelle” sorti du tiroir d’un archiviste !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services