Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Laïcité à la française / L'Eglise : L'Eglise en France

Chapelle de Massat : le préfet de l’Ariège donne tort au maire

Le préfet de l'Ariège, Jacques Billant, seul habilité à permettre la vente de cette chapelle, donne tort au maire communiste de Massat qui a mis en vente sur e-bay la chapelle en vue de trouver un acquéreur. Le préfet déclare notamment à propos de cette chapelle que l'évêché en disposait  :

Massat 2 "de manière perpétuelle pour exercer le culte tant que sa désaffectation n’était pas prononcée. Le préfet est compétent pour instruire cette demande seulement si l’évêché donnait son assentiment (…) Cette procédure n’a pas de sens dès lors que la désaffectation n’est pas prononcée. Le préfet est responsable de l’application des lois, il ne peut pas instruire favorablement ce dossier (…) Il n’est pas légal de mettre en vente quelque chose dont on n’a pas la jouissance"

Un lecteur nous informe par ailleurs qu' une messe sera célébrée dimanche 30 août à 11h15 à la chapelle de Massat (chapelle de l'Aisle). Le plus beau soutien pour l'évêque serait pour ceux qui le peuvent de venir y assister. Les environs sont propices aux ballades." (Merci à U. et désolé de mettre cette information en ligne aussi tardivement…)  

  

Partager cet article

5 commentaires

  1. Psaume 126
    Chant du retour
    Cantique des montées
    Quand Yahvé ramena les captifs de Sion,
    Nous étions comme en rêve ;
    Alors notre bouche s’emplit de rires
    Et nos lèvres de chansons.
    Alors on disait chez les païens : Merveilles
    que fit pour eux Yahvé!
    Merveilles que fit pour nous Yahvé.
    Nous étions dans la joie.
    Ramène, Yahvé, nos captifs
    Comme torrents au Néguev !
    Ceux qui sèment dans les larmes
    Moissonnent en chantant.
    On s’en va, on s’en va en pleurant,
    On porte la semence ;
    On s’en vient, on s’en vient en chantant,
    On rapporte ses gerbes.

  2. On peut noter que l’annonce a été supprimée d’Ebay.
    Si les gens ne se sont pas bousculés comme ils disent, c’est qu’à mon avis, les ebayeurs ont bien pigé qu’il y avait un truc pas net. De plus, l’équipe d’Ebay a dû être informée de l’illégalité de l’offre. D’où la suppression.

  3. Il faut bien distinguer deux choses, et les paroles rapportées comme étant celles du préfet ne vont pas dans le sens de la clarté …
    Il est dit : « Il n’est pas légal de mettre en vente quelque chose dont on n’a pas la jouissance ».
    C’est faux. On peut vendre un immeuble dont on n’a que la nu-propriété et pas l’usufruit. On peut vendre une maison qu’on a louée. Etc.
    Certes, le maire ne peut pas vendre la chapelle. Mais ce n’est pas pour la raison qu’il n’en aurait pas la jouissance ! C’est parce que la loi dispose que « les communes seront propriétaires … ». Le maire ne peut pas aller contre cette disposition légale.
    En outre, il est faux de parler de « jouissance » pour une église : il faut parler de « affectation ». Ce qui est un peu différent (c’est un concept juridique unique, qui n’existe que dans ce cas).
    Ne crions donc pas victoire. Attendons. En tout cas, l’affaire a atteint son but REEL, même si elle n’a pas atteint son but officiel (la vente) : mettre dans la tête des gens que la situation doit « évoluer », doit « s’adapter » à la situation nouvelle (l’absence de culte dans bien des édifices cultuels !!!).
    Et sur le fond : l’affectation cultuelle d’édifices non-utilisés, ne pourra pas durer. Ce qui se passera est simple : le préfet sera autorisé à prononcer la désaffectation sur simple constat que le culte n’est pas exercé depuis un mois (ou deux mois, peu importe). Suite à cette désaffecation d’office (et sans avis de l’évêque), les communes pourront vendre ou transformer les églises en boîte de nuit.

  4. Voici un article que j’ai trouvé sur le site web du monde :
    « e maire de la commune de Plounérin (Côtes d’Armor) veut organiser un référendum auprès de ses administrés pour savoir si l’église du village, qui a besoin de coûteuses rénovations, doit être conservée ou carrément démolie, a-t-il indiqué vendredi à l’AFP.
    « Faut-il rénover ou faut-il démolir? Cela dépasse le cadre de mon mandat, il est important de consulter la population », dit le maire Pascal Vieilleville, communiste, pour expliquer sa démarche.
    Cliquez ici !
    La consultation des 750 habitants pourrait se tenir « fin de l’année ou début de l’année prochaine », a-t-il poursuivi.
    Les rénovations du monument, érigé à la fin du XIXe et qui n’est plus utilisé depuis quatre ans, ont été évaluées à « 3 millions d’euros », somme qui pourrait être financée à 50% par des subventions extérieures. Mais les 1,5 million d’euros restants « signifient un endettement sur 30 ou 50 ans » pour cette commune dotée d’un budget annuel d’environ 600.000 euros.
    « Les problèmes de cette église sont apparus dès 1920, avec des erreurs dans la conception, et chaque conseil municipal a dû depuis cette époque se pencher sur le problème », a-t-il encore expliqué.
    Depuis le début de son mandat, en 2001, 200.000 euros ont déjà été dépensés en travaux et en études pour cette église, qui n’est « ni classée, ni inscrite aux monuments historiques », précise-t-il.
    Quant aux fidèles, ils utilisent depuis plusieurs années une autre chapelle dans le bourg, a-t-il encore précisé.
    Si le maire n’a pas encore chiffré le montant d’une démolition, il sait qu’elle pourrait aussi « coûter cher », d’autant que l’église se trouve en plein milieu du cimetière.
    Source : http://www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,[email protected],0.html

  5. Et pourquoi les laïcs que nous sommes ne réaffecteraient-ils pas eux-mêmes églises et chapelles rurales à la prière de l’Eglise en rétablissant la prière des heures dans ces lieux? Pourquoi ne pas commencer modestement par les vêpres une fois par semaine en établissant une veille entre paroissiens(siennes!) pour assurer la continuité du service?Le manque de familiarité avec les offices liturgiques freine ce genre d’initiative mais l’internet peut appporter des aides.

Publier une réponse