Champs-Elysées : toutes les manifestations ne bénéficiaient pas d'une autorisation, mais toutes furent tolérées

Le Huffington post estime que la "tradition républicaine" visant à interdire toute manifestation sur les Champs-Elysées ne tient pas la route :

"les Champs-Elysées sont pourtant
régulièrement le lieu de manifestations à caractère social et/ou
politiques. Toutes ne bénéficiaient pas d'une autorisation préfectorale,
mais toutes furent tolérées
. En voici quelques exemples récents qui, sans remettre en cause
l'argument du trouble à l'ordre public invoqué par la Préfecture de
police, démentent en tout cas la thèse d'une "tradition républicaine"
interdisant que les anti-mariage gay défilent entre l'Etoile et la
Concorde.

Plusieurs centaines de salariés de Virgin se rassemblent devant le
magasin phare du distributeur de produits culturels en redressement
judiciaire, pour défendre leurs emplois. Magasin installé au beau milieu
de l'avenue des Champs-Elysées.

Le cortège, composé d’une centaine de véhicules, dont des voitures de
police civiles et d'autres siglées "police",
défile toutes sirènes
hurlantes pour protester contre la mise en examen pour "homicide
volontaire" d'un de leurs collègues poursuivi pour avoir tué un homme
recherché.. Après l'avenue des Champs-Elysées, les "policiers
manifestants" ont tenté de se rendre devant le ministère de l'Intérieur,
Place Beauvau, non loin de la célèbre avenue. Mais elles ont été
arrêtées par les forces de l'ordre.

Le collectif "Sauvons les riches", rejoint par des salariés de
Publicis, fête ironiquement le bonus de 16 millions d'euros du patron du
groupe de communication, Maurice Levy, devant le 166, avenue des
Champs-Elysées
. Selon une source syndicale, la manifestation avait été
autorisée par la Préfecture de police mais à la condition que les
manifestants n'empiètent pas sur la chaussée pour ne pas gêner le trafic
automobile.

Pour dénoncer les dangers de l’exploration des gaz de schiste, le
collectif Sauvons les riches brandit chapeaux de cow-boys, chemises
texanes et casques de chantier lors d’une action coup de poing sur les
Champs Elysées
. Le petit groupe de militants se livre même à un faux
forage sur le trottoir.

Pour dénoncer la réforme des retraites, une centaine lycéens
improvisent un sitting devant l'Arc de Triomphe avant de bloquer
brièvement la circulation.
La manifestation est évidemment illégale."

5 réflexions au sujet de « Champs-Elysées : toutes les manifestations ne bénéficiaient pas d'une autorisation, mais toutes furent tolérées »

  1. depassage

    Il est vrai, cher Michel, mais les exemples donnés ne sont pas des exemples avec un million (estimé) de manifestants et le temps nécessaire pour que ces manifestants arrivent et s’en aillent.
    Sérieusement, si l’on arrêtait de parler des Champs Elysées pour donner un itinéraire autorisé et crédible (assez long) pour que tous s’y retrouvent dans la paix et la conviction ? Nous sommes à J moins deux et toujours rien. La vérité c’est que l’on commence d’avoir peur et l’hésitation gagne les plus fragiles (les vieux”, les jeunes parents, ceux qui viennent de loin et cherchent le point de ralliement…) Beaucoup ont besoin d’être rassurés.Que leur dire ?

  2. roger

    La manifestation du 24, ira du Pont de Neuilly, av du Général de Gaulle, porte Maillot, Av de la Grande Armée,Etoile,
    soit un parcours bien plus long que Etoile, Champ, Concorde.
    On mettra plus de monde et la perspective sera impréssionnante.
    Une bonne nouvelle finalement.

  3. piques-à-sots

    Désolé mais ce n’est pas la première fois qu’une manifestation est interdite “aux champs” …Le 11 novembre 1940 …cela eut lieu avec les verts de gris ! idem aujourd’hui avec les verts de peur ?

Laisser un commentaire