Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Vie de l'Eglise

Cet esclavage moderne dénoncé par l’Eglise

Il ne sera pas dit que l'Église se sera tue sur la question.

Extrait d'une déclaration officielle du Conseil
Pontifical de la Pastorale pour les Migrants et les Personnes en
Déplacement :

"La prostitution est une forme d'esclavage moderne.

Il est important de reconnaître que l'exploitation sexuelle, la
prostitution et
le trafic des êtres humains constituent tous des actes de violence
contre
les femmes et, comme tels, ils sont une offense à leur dignité et une
violation grave des droits humains fondamentaux. Le nombre des femmes de
la rue
s'est accru de façon dramatique dans le monde, pour de nombreuses et
complexes
raisons économiques, sociales et culturelles.

Dans certains cas, les
femmes
impliquées ont connu la violence pathologique ou l'abus sexuel déjà dès
leur
enfance. D'autres ont été induites à la prostitution pour avoir voulu
subvenir, en mesure suffisante, à leurs propres besoins ou à ceux de
leurs
familles".

Lu ici :

"Depuis un demi siècle la Déclaration sur les Droits de l’Homme marque la
fin de l’esclavage. Deux siècles de déclarations internationales,
l’abolition progressive des esclaves dans tous les pays du monde… il
semblerait absurde de parler encore d’esclavage, et pourtant ce sont des
chiffres des Nations unies ; en ce moment l’on répertorie 200 millions
d’esclaves dans le monde. Au début du 19ème siècle ils étaient 15
millions. Un bilan consternant.

Ce sont des hommes contraints de travailler dans les mines chinoises,
des femmes des Balkans, du Nigeria et du Sud-est asiatique obligées de
se prostituer sur les routes et dans les maisons de prostitution de tous
les pays occidentaux et industrialisés sans exception
. Ce sont des
enfants roumains et des nomades vendus par leurs familles aux marchands
du sexe
et au racket du vol et de la drogue qui agissent en Europe, et
surtout en Italie, entre Rome, Milan et Turin.

Des millions d’enfants
qui, au Pakistan et en Inde septentrionale sont obligés de travailler
dans des conditions inhumaines dans les usines de tapis.
Tant d’enfants
qui travaillent dans les usines clandestines de la mafia chinoise entre
Sesto Fiorentino et Prato en Italie. Des enfants – près de 200.000 –
kidnappés en Ouganda et au Soudan méridional.

Tous les pays, et tous les
continents ont leurs esclaves, du travail, du sexe, de la guerre. Ils
sont parmi nous, mais nous faisons semblant de ne pas les voir. Ils sont
invisibles…
"

Partager cet article

1 commentaire

  1. Triste bilan d’une société qui s’éloigne de Dieu.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services