C’est l’idéologie des droits de l’homme qui a ouvert la voix au fondamentalisme

Mezri Haddad, philosophe, écrivain et diplomate tunisien, explique au Figarovox :

"[…] Cette accélération d'actes islamo-terroristes a une histoire dont certaines élites intellectuelles, politiques et médiatiques devraient avoir honte. C'est l'histoire, au nom de la sacro-sainte laïcité, de la déchristianisation du pays qui fut jadis et naguère la fille aînée de l'Eglise. L'histoire des belles églises qu'on a remplacées par des mosquées sous le prétexte fallacieux qu'elles n'avaient plus de fidèles, alors qu'on n'a pas cessé, depuis trois siècles, de culpabiliser les catholiques et d'enseigner aux chrétiens que leur foi était strictement intérieure et qu'elle n'avait pas besoin de temples ni d'églises pour être vécue et partagée. C'est ainsi qu'est née chez certains intégristes musulmans le phantasme de la conversion de la France à la religion de Saïd Qutb, d'Abdelwahab, de Qaradaoui et de Ben Laden. C'est l'histoire de la sempiternelle idéologie des droits de l'homme qui a ouvert la voix au fondamentalisme et qui tétanise encore aujourd'hui les rares responsables politiques qui voudraient extirper par ses racines l'islamo-fascisme. L'histoire de l'école dite laïque qu'on croit sauver par des réformettes cosmétiques. L'histoire de l'université aujourd'hui envahie par les voilées et les enturbannés. L'histoire des territoires perdus de la République et conquis par les délinquants et les trafiquants de drogue recyclés dans le djihadisme et rédempteur pour certains et expiatoire pour d'autres. L'histoire des relations avec certaines monarchies du Golfe qu'on a autorisé à subvertir l'islam en France avant de lui réexpédier ses hordes fanatisées. L'histoire de l'antisémitisme qu'on a laissé couver jusque dans les écoles, les universités et les mosquées pour sauvegarder un semblant de paix sociale… Ajoutez à toutes ces causes endogènes les méfaits du «printemps arabe» que le monde occidental a soutenu et exalté, et vous aurez l'histoire exhaustive de l'islamo-terrorisme en France. […]"

La laïcité à la française est la mère de l'allahicité.

Laisser un commentaire