Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : L'Eglise en France

C’est la jeunesse issue des JMJ qui a enflammé la rue le 13

Dans Le Figaro, Jean-Marie Guénois constate que les jeunes catholiques forment une génération décomplexée, sans peur et sans reproche :

T"Une nouvelle génération décomplexée qui s'affirme chrétienne non par tradition mais par conviction.
Les jeunes pousses du Champ-de-Mars ne sont peut-être pas les herbes folichonnes du jardinier Delanoë […] L'efficacité redoutable de ces nouveaux militants a prouvé qu'ils ne sont pas des herbes folles. D'autant qu'ils ont surpris. On les avait vus, par exemple, très pieux, dans les colonnes des Journées mondiales de la jeunesse (JMJ) de Madrid pendant l'été 2011. Ces 50.000 Français ne passaient pas inaperçus mais ils étaient sages. Mais, cette fois, ces jeunes gens plutôt bien élevés ont détonné.
Le dimanche 13 janvier, ils ont troqué leurs polos bien coupés pour enfiler des sweats fuchsia, à capuche… Cette génération, plutôt rangée et avide de spiritualité, n'a pas non plus hésité à plancher sur des slogans «tweeto-compatibles» et percutants. Jeux de mots dignes des méthodes des vieux limiers de l'«agit-prop» pourtant sanctuarisée à gauche… Une fois à la manœuvre, ils ont pris leur monde à contre-pied: avant et pendant la manifestation. Les enfants de chœur avaient mué! Hypermobilisés, innervés par réseaux électroniques ultraréactifs, ils dansaient, totalement décomplexés, sur le toit des «chars» de la manifestation sur les tubes d'une «techno» la plus branchée.
Du coup, la «référence», dont on parlait dans les milieux cathos comme d'anciens combattants évoquaient la Première Guerre mondiale, c'est-à-dire «la» manif de juin 1984 en faveur de l'école libre, a jauni comme un vieux cliché. Il n'a suffi que de quelques heures, ce dimanche 13 janvier, pour réaliser qu'une nouvelle génération était bel et bien née en ce matin glacial. Ils étaient loin, les impers et les cravates des parents d'élèves de l'enseignement libre qui avaient donné tout son tonus à la manifestation de 1984. Deux manifestations monstres qui n'ont décidément plus rien à voir entre elles. […]

Un sociologue des religions, Philippe Portier, qui avait mené une étude sérieuse sur la génération des JMJ de Madrid en 2011, s'est glissé dans les rangs des manifestants. Il a été effectivement frappé par le poids de la tranche des 18-25 ans et des 30-50 ans alors que «les cheveux blancs» caractérisent plutôt le milieu catholique français. Ce chercheur a surtout constaté une forme d'«engagement nouveau» qu'il n'avait pas perçu il y a encore deux ans: «Les jeunes des JMJ souffraient encore d'une timidité sociale.» Elle semble avoir disparu et il analyse ce passage à l'acte par le fait que cette génération a su emprunter «les codes d'expression de la rhétorique moderne et les comportements en cours et admis» pour «traduire» d'une nouvelle façon «un discours de solidité morale». Ce faisant, ces jeunes ont su trouver «une audience dans l'opinion». Ce qui concourt, selon lui, à une «republicisation de l'Église», alors que les sociologues annoncent toujours sa fin, car le discours catholique s'est comme «déringardisé».

[…] Thibaud Collin, également impliqué dans ce mouvement d'ensemble, connaît bien cette génération qu'il a devant lui, en classes préparatoires, et confirme que le schéma de guerre des deux France avec «ingérence du religieux» a connu une «déroute»: «Cette génération a su entendre les alertes de Benoît XVI sur le relativisme actuel. Elle a bien intégré la méthode exposée par ce Pape: en matière sociale et politique, il faut intervenir au service de la conscience et de la justice et non pas en confessionnalisant son discours.» […]"

À tous les lecteurs du Salon Beige en France, j’irai droit au but : pour poursuivre son travail le Salon Beige a besoin de vos dons. Le combat culturel que nous menons est violent et nos opposants disposent de moyens infiniment plus importants que les nôtres. Nous sommes en permanence ciblés par des personnes et des groupes qui savent utiliser l’argent, les médias et … la justice pour nous combattre et nous détruire.

Oui, notre existence dépend de vos dons. Nos besoins ne sont pourtant pas immenses, loin de là !
Il suffirait que chaque année 3 000 personnes fassent un don ponctuel de 50 € ou bien que 1 250 fassent chaque mois un don de 10 € pour que l’existence du Salon Beige soit assurée !

Vous savez le rôle que le Salon Beige joue chaque jour dans la lutte contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme; vous connaissez notre pugnacité à combattre chaque jour contre l’avortement, l’euthanasie, le mariage pour tous, la PMA, la GPA et toutes les dérives libertaires.

Le Salon Beige ne remplace pas votre rôle dans ces combats, il les facilite, les accompagne et les stimule.
S'il vous plait, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services