Bannière Salon Beige

Partager cet article

C'est arrivé un...

C’est arrivé un 9 novembre…

 “A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines.” Léon XIII, Rerum Novarum

Rappelons-nous :

  • le 9 novembre : saints du jour français ou en France.
    • St Ursin :premier évêque de Bourges († V. 300)

À Bourges, vers 300, saint Ursin, premier évêque de la cité, qui annonça au peuple le Christ Seigneur, et pour les croyants, dont la plupart étaient des pauvres, il transforma en église une maison donnée par le sénateur Léocade, encore païen.

  • St Vanne : évêque de Verdun († début du VI siècle)

À Verdun, au début du VIe siècle, saint Vannes (ou Vanne), évêque.

  • St Georges : évêque de Lodève († V. 870)
  • Sainte Élisabeth de la Trinité : carmélite († 1906)

Élisabeth de la Trinité, dans le siècle Élisabeth Catez, naît le 18 juillet 1880 au camp d’Avor, près de Bourges en France ; elle fut baptisée quatre jours après. En 1887, quelques années après le déménagement de la famille à Dijon, le père mourut. Le 19 avril 1891, elle fit sa Première communion : en ce jour, elle commença une rude lutte pour “se vaincre par amour”, apprenant à dominer son tempérament volontaire, ardent  et impétueux.

Toujours plus intimement attirée par le Christ, en 1894, elle émit de façon privée le vœu de virginité. Se sentant appelée à la vie religieuse, elle demanda à sa mère la permission d’entrer au Carmel de Dijon ; obéissante à celle-ci qui s’y opposait en lui interdisant de fréquenter le monastère, elle put le faire seulement le 2 août 1901.

Pianiste douée et primée, joyeuse et active dans la vie paroissiale et sociale de sa ville, elle vécut le temps qui la séparait de son entrée au Carmel en apprenant à trouver le Christ aimé en chaque chose, lui donnant, et seulement à Lui, son cœur, même en étant engagée dans différentes activités, participant à des fêtes dansantes, étant impliquée dans des amitiés.

Au monastère, où le 8 décembre 1901 elle revêtit l’habit en prenant le nom d’Élisabeth de la Trinité, son union avec la Sainte Trinité grandit dans les profondeurs de son âme. Regardant Marie, elle apprit à garder toujours plus la présence du Dieu vivant et à faire chaque jour avec générosité la volonté du Seigneur, contemplant le “trop grand amour” manifesté en Jésus Crucifié.

Peu de mois après sa profession religieuse, célébrée le 11 janvier 1903, se manifestèrent les premiers symptômes de la maladie d’Addison, qui la conduisit à la mort dans d’atroces souffrances. Elle accepta tout avec des sentiments de paix et d’abandon confiant à la miséricorde de Dieu, comme une occasion propice de se conformer à l’Époux crucifié, dans l’attente ardente de s’enfoncer dans la joie trinitaire de la communion des saints.
Elle meurt à 26 ans, le 9 novembre 1906.

Le 9 novembre étant la fête de la Dédicace de la basilique du Latran, l’ordre du Carmel a déplacé la mémoire au 8 novembre.

Élisabeth de la Trinité (Élisabeth Catez) a été canonisé le 16 octobre 2016, avec 6 autres Bienheureux, par le Saint Père François (Jorge Mario Bergoglio, 2013-) :
– José Luis Sánchez del Río (1926-1939), jeune martyr mexicain de la guerre civile des « Cristeros » ;
– José Gabriel del Rosario Brochero (1840-1914), prêtre argentin, surnommé le « curé gaucho » ;
– Lodovico Pavoni (1784-1849), prêtre et fondateur des ‘Fils de Marie Immaculée’ ;
– Alfonso Maria Fusco (1839-1910), prêtre et fondateur des ‘Sœurs de Saint Jean-Baptiste’ ;
– Manuel Gonzalez y García (1877-1940), évêque espagnol, fondateur des ‘Missionnaires Eucharistiques de Nazareth’, surnommé « l’Apôtre des tabernacles abandonnés » ;
– Salomon Leclercq, frère des écoles chrétiennes, mort en martyr de la Révolution française en 1792.

  • le 09 novembre 1399 : début du règne de Jean V.

Ce jour débute le règne de Jean V, duc de Bretagne, fils du duc Jean IV. Jean V n’a que 10 ans lorsque son père décède, et c’est donc sous la tutelle de Philippe le Hardi, duc de Bourgogne, que Jean V commence à exercer sa fonction de duc de Bretagne. Aux côtés des Français pendant la guerre de Cent Ans, Jean V défie à de nombreuses reprises les Anglais, et ce, tout au long de ses 42 années de règne. Il décède en 1442.

  • 22 août – 9 novembre 1621 : fin du siège de Montauban.

Pour comprendre comment le Roi Louis XIII et le cardinal de Richelieu ont restauré l’unité de l’Etat en France il faut voir la chronique du 22 août sur le début du siège, du 28 octobre sur le siège de La Rochelle, des 19 et 28 mai sur le siège de Privas.

  • le 09 novembre 1630 : Louis XIII, de retour à Paris après avoir pacifié le Royaume, ne s’installe pas au Louvre qui est en travaux, mais à l’hôtel des Ambassadeurs.
  • le 09 novembre 1729 : signature du Traité de Séville entre la France, la Grande-Bretagne et l’Espagne

Le traité de Séville du 9 novembre 1729 met fin à la guerre entre l’Angleterre, la France et l’Espagne de 1727 à 1729. Il est également signé par les Pays-Bas, mais plus tard. La Grande-Bretagne conserve le contrôle de Minorque et de Gibraltar, ainsi que le monopole des échanges commerciaux. En contrepartie, la reine d’Espagne, Elisabeth Farnèse, 1692 obtient le soutien de la Grande-Bretagne pour la succession du duché de Parme et la Toscane.

  • le 09 novembre 1799 : coup d’état du 18 brumaire préparé par Sieyès, Talleyrand, Fouché, Ducos et Bonaparte.

La Convention est devenue le Directoire entre 1795 et 1799, puis le Consulat, de 1799 à 1804, deux dénominations qui ne changent rien à l’anarchie permanente dans laquelle vit la France. Il s’agit de la même république, des mêmes hommes sous un autre nom. L’anarchie débouche sur le coup d’Etat des 18 et 19 Brumaire (9 et 10 novembre 1799) qui feront, in fine, Bonaparte Consul.

L’Eglise est forcée, en échange de la liberté de culte, à abandonner les biens du clergé devenus nationaux, à accepter la démission de tous les évêques. Le Concordat est suivi d’Articles organiques qui le contredisent, et s’ingèrent dans la discipline ecclésiastique et le dogme. Bonaparte reconnaît et organise les cultes protestant et Israélite.

Bonaparte au Conseil des Cinq-Cents, à Saint Cloud. 10 novembre 1799 par François Bouchot.

  • le 09 novembre 1804 : Joseph Bonaparte est nommé Grand Maître du GODF.
  • le 09 novembre 1846 : Pie IX publie la lettre encyclique “Qui Pluribus“, sur le rationalisme et l’infaillibilité.

Le pape affirme qu’il n’y a pas d’opposition entre la foi et la raison, toutes les deux étant issues de Dieu.

  • le 09 novembre 1882 : un condominium franco-britannique est institué en Égypte.
  • le 09 novembre 1918 : révolution an Allemagne et proclamation de la République de Weimar.
  • le 09 novembre 1938 : la “Nuit de Cristal” en Allemagne.

Goebbels, ministre Allemand de la propagande, dénonce un complot juif contre l’Allemagne et incite les nazis à se soulever contre les juifs. Dans la nuit dans toutes les grandes villes des milliers de militants nazis s’attaquent aux synagogues, magasins et maisons des juifs. Les affrontements font 91 morts et plus de 10 000 prisonniers juifs. Hitler donne, par la suite, à ces forfaits le nom de “Nuit de Cristal”. La communauté juive est taxée d’une amende d’un milliard de marks pour cause de tapage nocturne.

  • le 09 novembre 1940 : dissolution des syndicats.
  • le 09 novembre 1943 : De Gaulle reconnu président unique du CFLN (Comité français de la libération nationale).
  • le 09 novembre 1970 : mort de Charles De Gaulle.

Charles De Gaulle meurt « paisiblement », au cours d’une réussite, dans sa maison de La Boisserie, à Colombey-les-Deux-Eglises. Certains de ses proches n’ont pas la même version. Sa mort n’aurait pas été aussi paisible ; loin s’en faut, selon eux.

  • le 09 novembre 1972 : le Cardinal Daniélou est élu à l’Académie Française.
  • le 09 novembre 1989 : chute du Mur de Berlin.

Les autorités est-allemandes annoncent que les personnes désirant se rendre à l’ouest peuvent “passer par tous les postes frontières entre la RDA et la RFA ou par Berlin-Ouest.” A partir de 22h00 des milliers de Berlinois massés près du Mur ouvrent un à un les postes frontières. Déjà le 7 novembre, un million de manifestants à Berlin-Est avait entraîné la démission collective du gouvernement communiste. Après 28 ans de séparation entre l’est et l’ouest, le mur de la honte s’écroule entraînant bientôt dans sa chute le communisme soviétique.

Voir la chronique du 25 mars sur la consécration du monde et de la Russie au Cœur immaculé de Marie par le pape saint Jean Paul II.

Partager cet article

1 commentaire

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services