Bannière Salon Beige

Partager cet article

Histoire du christianisme

C’est arrivé un 8 juin…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum.

Alors rappelons-nous :

  • le 8 juin, en France : journée nationale d'hommage aux « Morts pour la France » en Indochine.

Cette journée a été instituée par le décret du 26 mai 2005. Ce 8 juin est la date officielle de commémoration des victimes de la bataille de Diên Biên Phu.

  • le 1er ou le 8 juin 536: Silvère devient pape.

Silvère est le fils légitime du pape Hormisdas, né avant que son père ne fût entré dans les ordres. Il est élu le 1er ou le 8 juin 536.

  • le 8 juin 1442 : le Roi Charles VII fait son entrée solennelle à Toulouse.

La reconquête de la Guyenne s'achève cette terre retourne dans le giron français.

  • le 8 juin 1637 : René Descartes publie le Discours de la méthode à Leyde.

Descartes cherche à jeter les bases d'une révolution intellectuelle ; il prône le doute méthodique et le recours à la raison. Sa première certitude étant l'existence du sujet pensant : "cogito ergo sum" ("je pense donc je suis"). Voici ce qu'en écrit François Maris Algoud :

« La foi, la grande doctrine de vérité à la quelle les sociétés chrétiennes ont alimenté pendant des siècles leur énergie, leur activité, leur puissance créatrice, a reçu son premier « coup d'arrêt » d'un savoir qui prétendit «  changer le monde », et qui effectivement l'a changé. Ce n'est pas par hasard que Descartes appelait sa philosophie son Monde. A dater de Descartes, nous n'assistons à rien de moins qu'à une transformation du monde, et l'on peut dire que le « monde moderne » a eu René Descartes pour démiurge et pour créateur. C'est lui qui a semé presque tous les germes dont l'Homme faustien n'a cessé depuis trois siècles, de récolter les fruits.

Que la Science établisse donc son règne (c'est une affaire de deux ou trois siècle disait Descartes), et la Béatitude est au bout. »(*)

(*)Histoire de la volonté de perversion de l'intelligence et des mœurs aux éditions de Chiré page 53

Il peut être considéré comme un des pères de toutes les grandes erreurs modernes. Sa devise était : « Larvata prodeo » (L'esprit profond s'avance caché). Ce qui est bien loin de la phrase du Christ dans l'évangile de Saint Jean : «  La vérité vous rendra libre. »

  • le 8 juin 1656 : Pascal dépose devant l'official de Paris, qui enquête sur le "miracle" de la Ste-Épine.

Le 8 juin 1656 : Marguerite Périer, la nièce de Pascal, guérit d'une fistule lacrymale alors qu'elle est en train de prier devant un morceau de la Couronne d'épines du Christ, dans la chapelle de Port-Royal de Paris. Le 22 octobre de la même année le miracle de la Ste-Epine est authentifié par sentence.

  • le 8 juin 1794 : Robespierre conduit une fête en l'honneur de l'Etre suprême.

Rien ne manque pour marquer les esprits, artifice pyrotechniques, décorums grandiloquents etc. tous les artifices sont bons. Robespierre marche en tête d'un cortège magnifique ordonné par le peintre David, un bouquet de fleurs et d'épis à la main, des Tuileries au Champ-de-Mars. Cet Etre suprême auquel la république puis le Directoire rendent un culte et qu'ils donnent vénérer et prier aux foules afin de les déchristianiser plus vite est le dieu de voltaire et Rousseau, ce n'est que le singe de Dieu, l'antique serpent.

  • 8 juin 1795 : soi-disant « mort » du Dauphin dit Louis XVII.

Pour la version officielle, le Dauphin est né le 27 mars 1785, au château de Versailles ; Louis Charles duc de Normandie est le troisième enfant de Marie-Antoinette et le deuxième fils de Louis XVI. A la mort de son frère aîné Louis de France, âgé de huit ans le 4 juin 1789, il devient le dauphin de France, puis « prince royal » à partir de 1790. A la mort de Louis XVI, il est enlevé à sa mère et confié au jacobin Simon. Il meurt de maladie à la prison du Temple. Comment la révolution, dont le but est de détruire la Monarchie, bras séculier de l'Eglise catholique, aurait-elle pu arriver à ses fins en laissant mourir le Dauphin. Rendre tout futur prétendant illégitime est un bien meilleur moyen. Et le comte de Chambord lui-même refuse le trône non pas pour un simple drapeau blanc, mais parce qu'il sait qu'il n'est pas l'héritier légitime. Et le cœur déposé en 2004, dans la crypte royale de Saint Denis ne peut pas être celui de Louis XVII car :

1° le cœur analysé en 2000 mesurait 8 cm ; celui examiné en 1894, avant sa remise à don Carlos et présenté comme étant celui de l'enfant du Temple mesurait 6 cm ;

2° l'affirmation selon laquelle la technique de conservation utilisée en 1789 pour le cœur du frère aîné (supposée être l'embaumement) aurait été différente de celle utilisée en 1795 pour Louis XVII lui-même (mélange alcool/eau), est erronée. Dès début du XVIIIe siècle, l'inefficacité de la méthode employée encore au siècle précédent, pousse à utiliser la conservation par le mélange hydro-alcoolique (celle-ci impliquant, notons-le, une dessiccation complète du viscère, ainsi qu'une forte réduction de taille). Au demeurant, le cœur de Louis-Joseph, avant d'être remisé dans une boîte de plomb au Val de Grâce, puis à la bibliothèque de l'archevêché de Paris, avait été placé lui aussi dans une urne, comme le souligne Reynald Secher en 1998, ce qui confirme l'utilisation d'une solution liquide pour la conservation.

Enfin lorsqu'en 1894 furent exhumés les restes de l'enfant mort au Temple et enterré au cimetière Sainte-Marguerite à Paris, les médecins affirment qu'il s'agit d'un enfant d'au moins quatre ans plus âgé que ne l'était Louis XVII. Si le résultat des analyses ADN pratiquées en 2000 est incontestable, le cœur analysé peut donc être aussi bien celui de Louis-Joseph, frère aîné de Louis XVII, que celui de Louis-Charles, Louis XVII lui-même.

Il existe un document qui permet de clarifier ce « mystère », vérité à la quelle ont droit tous les Français : le Testament de la duchesse d'Angoulême que détient l'Etat du Vatican.

Louis XVII bébé âgé de deux ans dans « Marie Antoinette et ses enfants » peint par Élisabeth Vigée Le Brun en 1787

  • le 8 juin 1940 : le général Vuillemin lance un appel désespéré pour obtenir un appui aérien des Britanniques : sans succès.

Le général Vuillemin le commandant en chef des forces aériennes françaises. 3 jours plus tard au mépris des accords passés entre les deux pays de combattre jusqu'au bout ensemble et de ne pas signer de paix séparer Churchill refuse toute aide militaire aux troupes françaises et donne l'ordre d'évacuer.

  • le 8 juin 1941 : déclenchement de l'opération « franco »-britannique en Syrie.

Il faut préciser qu'il s'agit des FFL. Les Anglais trompés par De Gaulle vont attaquer des positions françaises pensant attaquer des Allemands. Contre toute attente, pour De Gaulle, l'armée d'armistice ne le rejoint pas, se batte, contre attaque victorieusement. Son illégitimité éclate ainsi au grand jour aux yeux des Anglais.

Un excellent livre raconte cet épisode que l'histoire officielle occulte : Syrie, 1941, la guerre occultée : vichystes contre gaullistes" d'Henri de Wailly, enseignant à Saint-Cyr-Coëtquidan, aux Editions Perrin

Il montre un armistice inévitable, mais qui permet de préserver les outils d'une victoire future, et une armée divisée sur l'attitude présente à avoir. Le ralliement aux gaullistes est inexistant : 900 hommes sur 40 000 avant l'assaut du 8 juin. Tout d'abord on fréquente les Anglais ; mais après les drames de Dakar et de Mers el-Kébir, où les Anglais attaquent leurs anciens alliés, on ne dialogue plus. Il y a deux France !

L'auteur décrit la violence de la propagande gaulliste envers Vichy. Il brosse un portrait du général De Gaulle, où ce dernier paraît méfiant à l'égard des Anglais, autant qu'il est irritant pour eux, et autoritaire (on le surnomme « Képi Ier). La propagande gaulliste finit par être contreproductive jusqu'aux Etats-Unis.

Vichy est réticent face à l'Allemagne dés 1940 ; Hitler impose des conditions très dures : chantage à la faim ou au froid. La France est étranglée. Au Levant, les Allemands soufflent sur les braises de la révolte arabe et le général Dentz fait face au désordre. Il y a des morts. Cette agitation inquiète l'Angleterre qui est favorable au maintien de l'ordre par peur de la « contamination ». De Gaulle ne pèse rien dans l'affaire. Les Allemands encouragent l'agitation arabe, il y a conjonction d'intérêts. Le grand mufti de Jérusalem adresse une lettre de félicitation à Hitler au moment de la défaite française. Les Anglais sont presque dix fois inférieurs en nombre aux Italiens. Rapidement les Italiens sont battus et ne doivent leur salut qu'à l'intervention allemande. Mais c'est l'affaire irakienne qui met le feu aux poudres.

En Irak, en avril 1941, Rachid Ali prend le pouvoir et appelle à la guerre sainte contre les Anglais. Il demande l'appui allemand. Or, le pétrole passe par l'Irak. Pour les Britanniques la menace est sérieuse. Hitler, surpris, n'a d'autre choix que d'expédier les armes saisies au Levant français par les italiens. Pour cela, il a besoin de Vichy. Il faut que des avions allemands transitent par la Syrie pour aller aider la révolte. Darlan, le dauphin de Pétain, négocie au moment précis où la France est étranglée. Contre de vagues promesses orales, il accorde l'autorisation écrite aux Allemands de faire transiter leurs avions par la Syrie. Dentz doit laisser faire et s'opposer par la force à toute intervention anglaise. Le choix est fait ! De Gaulle saute sur l'occasion pour obtenir une attaque sur la Syrie en prétendant qu'elle est livrée aux Allemands ! Les Anglais attaquent les avions allemands et les Français s'écartent. Les deux anciens alliés s'évitent. Churchill prend alors la décision d'intervenir en Syrie, à la grande satisfaction du général De Gaulle. Le général Wilson commande l'attaque. Des 34 400 combattants: une majorité d'Australiens, dont 5000 Français libres… Face à la menace Vichy demande aux Allemands de se retirer et, à sa grande surprise, Hitler obtempère. Pourtant une foule de fausses informations circule : les Allemands s'installent en Syrie !

Le 8 juin 1941 l'attaque se déclenche. Les troupes anglaises croient affronter des Allemands. Vichy ne pense pas que Dentz pourra résister plus de quatre jours, mais Darlan lui demande de résister à outrance. Les Français de Vichy se révèlent d'une opiniâtreté qui puise ses racines dans le désastre de 1940 et dans la volonté de maintenir la France en l'Afrique du Nord. Ils en arrivent même à monter des contre-offensives victorieuses. Dentz, isolé, ne demande pourtant l'arrêt des combats que le 9 juillet ! Le 12 les combats cessent. Les Français libres ne sont pas en bonne position. Les Anglais sont amers de n'avoir pas combattu des Allemands. Les Français n'ont fait que révéler leur guerre civile larvée. Les Français libres font tout pour séduire les troupes vichystes et les dissuader de demander leur rapatriement. Le succès est mitigé : 5688 ralliements sur 37000 !

  • le 8juin 1949 : publication du roman de George Orwell "1984".

Quelques mois avant sa mort précoce, l'écrivain britannique George Orwell publie son livre "1984". Cet ouvrage de science-fiction politique s'impose immédiatement comme un best-seller mondial. 400 000 exemplaires seront vendus dans l'année en Angleterre et aux Etats-Unis, Orwell fait une satire des idées totalitaires. Ce livre trouve aujourd'hui d'étranges résonnances en Europe en général et en France en particulier.

  • le 8juin 2004 : dépôt du soi-disant « cœur de Louis XVII » dans la crypte royale de la basilique Saint-Denis.
    • le 8 juin 2014 : fête de la Pentecôte.

La fête de la Pentecôte célèbre la venue de l'Esprit Saint sur les apôtres le cinquantième jour après Pâques (en grec, pentêkostê signifie "cinquantième"). Avant l'Ascension, le Christ avait annoncé aux apôtres : « Vous allez recevoir une force, celle du Saint-Esprit qui viendra sur vous. Alors vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre ».

« Ce jour-là, les apôtres se trouvaient réunis tous ensemble. Soudain, il vint du ciel un bruit pareil à celui d'un violent coup de vent : toute la maison où ils se tenaient en fut remplie. Ils virent apparaître comme une sorte de feu qui se partageait en langues et qui se posa sur chacun d'eux. Alors ils furent tous remplis de l'Esprit Saint. Ils se mirent à parler en d'autres langues, et chacun s'exprimait selon le don de l'Esprit. (…) Lorsque les gens entendirent le bruit, ils se rassemblèrent en foule. Ils étaient dans la stupéfaction parce que chacun d'eux les entendait parler sa propre langue. »

Ainsi se réalisait la promesse faite par le Christ aux apôtres au moment de son Ascension, une dizaine de jours plus tôt : « vous allez recevoir une force, celle du Saint-Esprit qui viendra sur vous. Alors vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre. »

Partager cet article

21 commentaires

  1. On ne voit pas comment l’analyse du cœur de l’enfant mort au Temple pourrait être celui du frère aîné de Louis XVII. C’est invraisemblable. Laissons dormir cette histoire.

  2. Le jour de la pâque juive de l’an 33 ayant eu lieu le samedi 4 avril 33 et la Résurrection le dimanche 5 avril 33, le jour de l’Ascension fut le jeudi 14 mai 33 et le jour de la Pentecôte le dimanche 24 mai 33.
    Le jour de la Pentecôte fut toujours célébré un dimanche dans l’Église chrétienne. Ce qui confirme que le Christ est bien mort en 33. Une autre année, la Pentecôte juive eût pu ne pas être un dimanche. Voir Arthur Loth à ce sujet.

  3. Nuit du 7 au 8 juin 1940 : en représailles au bombardement de la banlieue parisienne du 3 juin, le quadrimoteur Farman 223-4 “Jules Verne” largue 8 bombes de 250 kgs et 80 bombes incendiaires sur des bâtiments industriels de la banlieue de Berlin. Le communiqué dira : “Une formation de l’aéronautique navale a bombardé Berlin avec succès. Tous les appareils ont regagné leur base”. Ce qui fera dire au mécanicien qui avait participé à la mission : “Tu parles s’ils ont eu du pot, si on s’était fait descendre, toute la formation était foutue”.
    C’était la première mission de bombardement de l’histoire de Berlin.

  4. on ferait bien d aller déposer les reliques quelles qu elles soient alleurs que dans crypte royale de la basilique Saint-Denis.
    le jour ou st Denis sera devenu un califat tout ceci sera detruit et tout le monde le sait sauf les benets et tout le monde s en fout

  5. Allez “733” ne soyez pas pessimiste ! On nous prédit un Grand Monarque d’origine capétienne !
    https://effondrements.wordpress.com/2012/09/12/la-france-boira-la-lie-mais-un-roi-la-sauvera/

  6. Descartes : LarvatUS prodeo. J’avance caché.
    Vous allez un peu vite en besogne sur Descartes. La science expérimentale qui naît, avec Galilée, Descartes et d’autres, n’est pas antinomique avec la religion chrétienne, et elle n’a pas que des mauvais côtés. Nous ne sommes plus au Moyen-âge, Dieu merci! Seul le scientisme, qui prétend tirer des vérités ontologiques des résultats expérimentaux, l’est. Galilée n’est pas condamné pour ses résultats mais pour ce qu’il en déduit.
    Par ailleurs, il suffit de lire le grand ouvrage de Marin Mersenne, frère minime ami de Descartes, l’Harmonie universelle, pour comprendre que la science expérimentale est au contraire accueillie comme la libération du paganisme de la Renaissance : elle conforte le christianisme dans son intuition d’un Dieu transcendant et de la place centrale dans le monde de l’homme, être de passion c’est-à-dire d’union entre une substance pensante et une substance étendue.

  7. 733 , les voies du Seigneur sont impénétrables ,pour ma part j’ai confiance en lui et a bien a y regarder ,il n’y a pas de hasard comme l’ont dit souvent mai le doigt de DIEU ,on ferait bien de le remercier plu souvent dans nos prière.

  8. « le Testament de la duchesse d’Angoulême que détient l’Etat du Vatican »
    Ceci est une fable. Les archives vaticanes sont ouvertes aux chercheurs, TOUT de ce qui date d’avant le XXe siècle est communiqué. Si ce document existait, il suffirait d’aller en demander communication.
    Veillez à ne pas faire du SB l’exutoire de vos idées trop personnelles ….

  9. La philosophie de Descartes, et le bien ou le mal qu’elle a fait, est un vaste sujet. Ce qui est en dit ci-dessus est vraiment simpliste.
    Voyez plutôt comment Bossuet parle du cartésianisme (dans une lettre à un disciple de Malebranche) : “Je vois […] un grand combat se préparer contre l’Eglise sous le nom de la philosophie cartésienne. Je vois naître de son sein et de ses principes, à mon avis mal entendus, plus d’une hérésie ; et je prévois que les conséquences qu’on en tire contre les dogmes que nos pères ont tenus, la vont rendre odieuse, et feront perdre à l’Eglise tout le fruit qu’elle en pouvait espérer pour établir dans l’esprit des philosophes la divinité et l’immortalité de l’âme.” (Œuvres complètes de Bossuet, Louis Vivès, volume XXVI, p.395.)

  10. Ce qui en est dit

  11. Personne ne s’en fout, mais que ce soit le coeur de l’enfant du Temple ou non, il est certain qu’il est mort sans descendance et donc que n’importe quel prétendant n’est pas issu de Louis XVI.
    De toute façon les révolutionnaires ont profané tous les corps et je crois qu’on n’est sûr de rien en ce qui concerne Saint-Denis. C’est un simple lieu de souvenir.

  12. Encore une des “explications” de la mort de Louis XVII… On a déjà eu la fausse tête d’Henri IV, maintenant voici le vrai-faux dauphin. Et si ce n’est lui, c’est donc son frère ! Il y a quelques semaines, on nous a refait le coup de Naundorff, probablement un imposteur (qui en plus renia le catholicisme pour se faire huguenot), à la façon de la fausse grande-duchesse Anastasia au XXe siècle.
    Toutes ces thèses “survivantistes” mêlées de fièvre complotiste – se contredisent. Leurs partisans, les historiens, les journalistes, même animés des meilleures intentions, ont ont fait un salmigondis en voulant jouer à Mme de Thèbes. Ce dont on est sûr, c’est qu’on n’en sait rien en l’état actuel de nos connaissances.

  13. Descartes utilise le doute systématique, ce qui est une malhonnêteté , pourquoi utiliser un doute là où tout est simple et clair.
    C’est par sa faute que Ernest Renan a perdu la foi, dans une lettre à sa mère il disait :
    ”Tout l’effet produit sur moi par ce que nous avons vu jusqu’ici n’a été que de trouver des difficultés partout, là-même où auparavant je n’en voyais pas l’ombre….j’en riais de tout mon coeur autrefois…..maintenant je ne ris plus…les jugements qui paraissaient certains, sont mis au rang des problèmes ”
    Bossuet avait dénoncé la perversité du cartésianisme, et avec raison.

  14. En ce qui concerne le roi Louis XVII, je suis consterné des commentaires surréalistes de ce post. Je ne ferai pas d’argumentaire par respect pour cette victime de la barbarie terroriste de la république dite française.

  15. Commentaire général sur la rubrique ‘c’est arrivé …’. Très apprécié car elle nous remémore des faits historiques essentiels. Il faut éviter d’en faire une tribune polémique sur des sujets controversés par manque de certitude historique établie (masque de fer et autres légendes survivantistes…).

  16. “le 8juin 2004 : dépôt du soi-disant « cœur de Louis XVII »”
    Non, un cœur, d’autant plus un cœur mort, ne peut “dire” ; il est “prétendu” et non “soi-disant”.
    C’était la petite note de français du jour, pour la sauvegarde de notre patrimoine linguistique 🙂

  17. 1662: Le Pape met toutes les œuvres de Descartes à l’index.

  18. Louis XX, descendant direct de Saint Louis et de Louis XIV…capétien…

  19. Votre jugement sur la survie de Louis XVII est un peu rapide. Les arguments avancés en faveur de cette thèse restent faibles, au regard des éléments que nous avons aujourd’hui. Sur le fond, cette thèse n’aboutit qu’à délégitimer toute velléité d’action royaliste dans l’attente d’une hypothétique résurgence d’un héritier caché. Une présentation plus objective aurait été de ne faire état que des faits : ce qui est avancé par les uns, ce qui est défendu par d’autres.

  20. Quel dommage de priver les Français du culte rendu à une innocente victime, un agneau sans tâche, nouveau Christ en terre martyrisé en haine de la foi catholique et royale – c’est tout un -, offert en sacrifice expiatoire pour le rachat des fautes de ses aïeux infidèles au Sacré Coeur – car Louis XIV a bien eu connaissance des demandes du SC, lire à ce sujet les mémoires de Soeur Lucie de Fatima – et de son peuple (nous autres !)!
    Les théories survivantistes occultent les témoignages contemporains, recueillis par Beauchesne, tel celui du brave Gomin, qui recueillit le dernier souffle du petit Roi et assista à son extase. Ah ! Quel dommage de passer à côté d’un tel sacrifice de rédemption qui nous méritera une renaissance prochaine. Courez peuple de France, accourez vénérer ce coeur de Louis XVII exposé à St Denis !
    ” « Que je suis malheureux de vous voir souffrir comme ça ! lui dit enfin Gomin.
    – Consolez-vous,je ne souffrirai pas toujours.»
    Gomin se mit à genoux pour être plus près de lui. Louis-Charles lui prit la main et la porta à ses lèvres. Le cœur religieux du bonhomme se fondit en une prière ardente pendant que l’enfant, tenant toujours sa main, regardait le Ciel.
    « J’espère que vous ne souffrez pas dans ce moment ?
    – Oh, si ! je souffre encore, mais beaucoup moins : la musique est si belle ! »
    Or, on ne faisait aucune musique, ni dans la tour, ni dans les environs ; aucun bruit du dehors n’arrivait alors dans la chambre.
    «De quel côté entendez-vous cette musique ?
    -Delà-haut !
    – Y a-t-il longtemps ?
    – Depuis que vous êtes à genoux. Est-ce que vous n’avez pas entendu ? Écoutez ! Écoutez ! »
    Et l’enfant, d’un geste vif, indiquait le ciel en ouvrant ses grands yeux illuminés par l’extase. Gomin fit mine d’écouter, d’entendre… Après quelques instants, l’enfant tressaillit de nouveau, ses yeux étincelèrent, et il s’écria dans un transport indicible :
    « Au milieu de toutes les voix, j’ai reconnu celle de ma mère ! »
    On se souvient du petit Prince de quatre ans qui aimait tant écouter sa Maman-Reine dans le salon de Trianon. Il est permis de penser que la divine Providence accorda à l’enfant cette ultime consolation qui devait l’introduire au bonheur du Ciel…
    Ses traits s’étaient détendus comme s’il ne sentait plus la douleur, son regard fixait un spectacle invisible et tout son être était absorbé dans le concert lointain. Un instant après, l’éclat de ce regard s’éteignit. L’enfant croisa les mains sur sa poitrine et son visage se couvrit d’une expression de découragement. Son œil errait distraitement et revenait souvent vers la fenêtre. Il ne sembla pas comprendre lorsque Gomin lui demanda ce qui l’occupait de ce côté.
    Lasne arriva pour relayer Gomin qui disparut, le coeur serré. Il s’assit à son tour près du lit, demanda à l’enfant comment il se trouvait et ce qu’il désirait.
    « Crois-tu que ma soeur ait pu entendre la musique? Comme cela lui aurait fait du bien ! »
    L’oubli de soi était une vertu native de cet enfant. On se souvient de ce qu’écrivit jadis Marie-Antoinette à Madame de Tourzel : «Il aime sa sœur beaucoup et a bon cœur ; toutes les fois qu’une chose lui fait plaisir, son premier mouvement est toujours de demander pour sa sœur de même.»
    Au moment suprême, c’est la marque de la vertu héroïque des saints.
    Et il jetait encore des regards avides vers la fenêtre. Lasne ne put répondre.
    Alors, une exclamation de bonheur s’échappa des lèvres du mourant puis, regardant son gardien :
    « J’ai une chose à te dire… »
    Lasne s’approcha et lui prit la main. La petite tête royale se pencha sur la poitrine de son ami qui écouta, … mais en vain. Tout était dit. Dieu gardait pour lui seul cette dernière confidence. Lasne mit la main sur le cœur de l’enfant : le cœur de Louis XVII avait cessé de battre. Il était 2 heures un quart de l’après-midi.

  21. Mais quelle honte de contester encore la survie de Louis XVII et de nous jeter -en plus- les grands principes moraux dans les jambes !
    Le descendant de “Naundorff”, Hugues de Bourbon est bel et bien un Bourbon de par son ADN.
    Ceci a été établi dernièrement par le Pr Lucotte !
    Il s’ensuit que Naundorff était bien Louis XVII !!!

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services