Bannière Salon Beige

Partager cet article

C'est arrivé un...

C’est arrivé un 8 décembre…

C’est arrivé un 8 décembre…

“A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines.” Léon XIII, Rerum Novarum

Rappelons-nous:

  • le 07 décembre : saints du jour français ou en France.
    • St Romaric, père de famille puis abbé († 653)

Romaric ou Romary ou Remiré est un père de famille, ancien courtisan du roi d’Austrasie, Théodebert, il a tenu la fonction de « leude » de la cour de Metz, ce qui signifie qu’il avait un lien personnel de servitude avec cette cour. Il voit ses biens confisqués par les partisans de la cruelle reine Brunehaut.

Revenu en grâce à la cour, il reste convaincu de l’instabilité des choses humaines et se convertit à la vie monastique sous l’influence de saint Amé, disciple de saint Colomban, venu de Grenoble.

Devenu moine à Luxeuil, dans les Vosges, il fonde avec lui à Saint-Mont un monastère double (moines au bas de la montagne, religieuses au sommet, monastère fondé par deux de ses filles) qui s’appellera « Romarici Mons » qui deviendra l’actuel Remiremont. C’est là qu’il meurt en 653.

  • St Thibaud de Marly, abbé († 1247)

Thibaud, de l’illustre famille des Montmorency, est le fils aîné de Bouchard I de Marly et de Mathilde de Châteaufort, petite-fille du Roi Louis VI. Aîné de trois garçons et d’une fille, Thibaud reçoit une éducation toute militaire, quoique chrétienne. L’enfant manifeste, dès son plus jeune âge, une grande dévotion à la sainte Vierge qu’il honore comme « sa bonne Mère et sa chère Maîtresse. » Il s’intéresse beaucoup aux monastères dont son père était un grand bienfaiteur : les Vaux-de-Cernay et Port-Royal. Il fait le métier des armes et fréquente la cour.

Un jour que Thibaud allait lutter à un célèbre tournoi, il passe devant une église à l’heure où sonne la messe ; il descend de cheval, entre dans l’église et entend la messe tout entière avec d’autant plus de dévotion, qu’on la célèbre en l’honneur de la sainte Vierge ; après la messe, il pique vers ses compagnons, mais il est bien surpris de les voir venir au-devant de lui, pour le complimenter de la victoire qu’il a remportée dans les jeux. Il en témoigne d’abord quelque étonnement, mais reconnaissant aussitôt, à ce qu’ils disaient, que son bon ange avait pris sa figure et qu’il avait jouté en sa place, il ne s’en explique pas davantage. Se retirant alors dans l’église d’où il venait, après avoir rendu grâces à la Mère de Dieu d’une si insigne faveur, il fait vœu de quitter le monde et de renoncer à toutes les grandeurs et aux satisfactions que le siècle lui promettait.

C’est à l’abbé Thomas des Vaux-de-Cernay qu’il confie ses désirs de vie religieuse. Prudemment l’abbé conseille au jeune homme de réfléchir en lui faisant remarquer que la vie d’un cistercien ne ressemble guère à celle d’un riche chevalier. Mais Thibaud voulait justement embrasser la règle de Cîteaux à cause de ses austérités. Il entre aux Vaux-de-Cernay en 1226. Les moines ne tardent pas à s’apercevoir de la sainteté de leur nouveau frère et, dès 1230, il est nommé prieur par l’abbé Richard qui meurt en 1235.

Thibaud se signalait tout particulièrement par sa dévotion à la Vierge Marie à qui il rapportait la gloire de tout ce qu’il disait et faisait ; lorsqu’on écrivait les livres pour le chœur, il imposât qu’on écrivît toujours en lettres rouges son nom : « Nom suave de la bienheureuse Vierge, Nom béni, Nom vénérable, Nom ineffable, Nom aimable dans toute l’éternité. » Lorsqu’on lui reprocha d’avoir trop de dévotion à la Vierge Marie, il répondit : « Sachez que je n’aime la Sainte Vierge autant que je fais, que parce qu’elle est la Mère de mon Seigneur Jésus-Christ ; que si elle ne l’était point, je ne l’aimerais pas plus que les autres saintes vierges. Ainsi, c’est Jésus-Christ même que j’aime, que j’honore et que je révère en elle. »

Ses prières étaient si efficaces, qu’elles obtenaient de Dieu tout ce qu’il lui demandait. Un jour, un novice de son monastère, violemment tenté, voulait renoncer à la vie religieuse : le maître des novices n’oublia rien pour lui faire connaître que c’était un artifice du démon, mais ce fut inutilement. Thibaud l’alla trouver lui-même, et lui dit tout ce qu’un père peut dire à son enfant pour l’empêcher de se perdre, mais il ne gagna rien. Enfin, il le pria d’attendre au moins jusqu’au lendemain, pour exécuter sa funeste résolution, ce qu’il n’obtint qu’avec peine. Après les Complies, Thibaud se mit en prière pour lui ; il pria jusqu’au lendemain où l’on trouva le novice si changé, si confus de sa légèreté, si résolu de persévérer dans sa vocation, qu’il protesta qu’il ne sortirait pas pour tous les trésors du monde.

L’évêque de Paris, Guillaume d’Auvergne, se lia d’amitié avec lui et lui donna la direction spirituelle des moniales de Port-Royal. Celles de Notre-Dame-du-Trésor dans le Vexin lui furent confiées par le chapitre général de 1237. Il dut aussi gouverner l’abbaye d’hommes de Breuil-Benoît, fille des Vaux-de-Cernay.

Ayant entendu parler de la sainteté de l’abbé des Vaux-de-Cernay, saint Louis le fit mander à la cour. La reine Marguerite de Provence étant stérile, les souverains firent part au saint abbé de leur chagrin, et lui demandèrent de prier pour eux. Le 11 juillet 1240, la reine Marguerite mit au monde une fille, Blanche, qui mourut à trois ans mais eut de nombreux frères et sœurs. Les prières du saint abbé avaient été exaucées. Le Roi et la Reine témoignèrent à Thibaud leur reconnaissance, et, malgré son désintéressement, l’abbaye des Vaux-de-Cernay en profita.

S’il ne joua pas un rôle de premier plan dans l’ordre de Cîteaux, Thibaud reçut cependant plusieurs missions importantes : en 1236, il fut chargé de l’inspection du monastère de la Joie près Nemours ; en 1240 il composa un office pour la fête de la sainte Couronne d’épines qui, à la demande de saint Louis, sera célébrée dans toutes les abbayes du royaume.
En 1242 et 1243, il dut défendre les intérêts de l’ordre.

Thibaud, malade depuis quelques temps, meurt le 8 décembre 1247. Il fut enterré dans le chapitre avec ses prédécesseurs, et sur sa tombe les moines posèrent une simple dalle ornée d’une crosse et de cette courte inscription disposée en équerre sur le côté droit : « Hic jacet Theobaldus abbas » (Ci-gît l’abbé Thibaud).

Les pèlerins accoururent en foule ; la reine douairière, Marguerite de Provence, et son fils, le Roi Philippe III le Hardi, vinrent plusieurs fois visiter le tombeau. Comme ils ne pouvaient entrer au chapitre voir la tombe du saint, on transféra ses restes en 1261 dans la chapelle de l’infirmerie.

Le 8 juillet 1270, après sa canonisation, ses reliques furent portées dans l’église et placées dans un sarcophage de pierre porté sur quatre colonnes. A la Révolution, l’abbaye fut supprimée et les reliques dispersées à l’exception d’une petite partie qui est actuellement conservée dans l’église de Cernay-la-Ville.

  • St Noël Chabanel, prêtre s.j. et martyr (1613-1649)

Noël Chabanel naît à Saugues en Haute-Loire, le 2 février 1613. Il entre au noviciat de Toulouse le 9 février 1630. Il enseigne au collège de cette même ville et y étudie la théologie.

  Après avoir été professeur de rhétorique au collège de Rodez, il arrive à Québec le 15 août 1643, y reste un an, puis monte en Huronie. Des huit Martyrs canadiens, il est le seul qui n’avait pas de facilité pour l’étude des langues.

Brillant professeur de rhétorique en France, il éprouvait une indicible répugnance pour les us et coutumes des Amérindiens. « Jamais pour tout cela, écrit le père Ragueneau, il n’a voulu se détacher de la Croix où Dieu l’avait mis ; jamais il n’a demandé d’en sortir. Mais au contraire, pour s’y attacher plus inviolablement, il s’obligea par vœu d’y demeurer jusqu’à la mort, afin de mourir sur la Croix ». La Relation de 1650 nous a conservé le texte de ce vœu héroïque.

Au début de décembre 1649, il est à la mission Saint-Jean, chez les Pétuns, quand il reçoit l’ordre de se rendre à la résidence centrale Sainte-Marie II de l’île Saint-Joseph. Parti le 7 décembre, il est le lendemain traîtreusement assassiné par un Huron apostat. La Relation de 1650 raconte la mort de Chabanel, mais ignore les motifs de l’assassinat. Dans le « Manuscrit de 1652 », le père Ragueneau est mieux renseigné : il fait état de l’aveu du meurtrier, Louis Honarreennha, qui a déclaré avoir tué Chabanel en haine de la foi.

Noël Chabanel et 7 sept autres missionnaires jésuites, ont été béatifiés le 21 juin 1925 et canonisés le 29 juin 1930, par Pie XI Pie XII a déclaré les saints martyrs canadiens, Patrons secondaires du Canada.

La célébration liturgique des 8 saints martyrs canadiens a lieu le 26 septembre au Canada (solennité) et le 19 octobre dans l’Église universelle.

  • le 8 décembre 324 : création de Constantinople.

L’empereur Constantin Ier pose la première pierre de la ville qui doit succéder à Rome comme capitale de l’Empire romain d’Orient. Constantinople connaît sa plus belle période sous le règne de Justinien de 527 à 565). Elle tombe le 29 mai 1453 aux mains des Turcs et, est rebaptisée Istanbul, elle devient ensuite la capitale de l’Empire ottoman. Le 13 octobre 1923, elle perd sa 1ère place au profit d’Ankara, capitale de la nouvelle Turquie.

  • le 8 décembre 877 : Louis II est couronné et sacré Roi de France occidentale, par l’archevêque Hincmar de Reims, dans la chapelle palatine de l’abbaye St-Corneille de Compiègne.

Surnommé le Bègue ou le Fainéant, le fils de Charles le Chauve et d’Ermentrude, naît le 1er novembre 846. Il est sacré roi d’Aquitaine par son père, en 867, et lui succède comme Roi de France en 877 ; mais non sans éprouver beaucoup de difficultés.

Louis II le Bègue (877-879)

L’impératrice Richilde, s’étant aperçue que les mécontents ne la flattaient que pour l’éloigner du Roi, montre le testament par lequel Charles le Chauve appelle son fils Louis à lui succéder, et elle lui remet l’épée de Charlemagne, la couronne, le sceptre, le manteau royal. Il est sacré à Compiègne par Hincmar, archevêque de Reims, au commencement de décembre 877.Louis le Bègue, apprenant à la fois la mort de son père et les dangers qui menacent le trône, part d’Orreville, maison de plaisance entre Arras et Amiens ; il dispose des places et des trésors de son père en faveur de ceux qu’il rencontre, et prodigue l’argent et les grâces pour se faire des partisans. Cette conduite devient le premier grief des seigneurs, convaincus qu’il ne peut rien accorder sans leur consentement.

De nombreuses concessions seront faites par ce Roi aux grands seigneurs, et son règne est l’époque où s’établissent beaucoup de seigneuries, de duchés et de comtés aux dépens de l’unité nationale. Il est pour beaucoup dans la chute de la lignée carolingienne. Voir les chroniques du 10 avril et du 1er novembre.

  • le 8 décembre 1554 : Ambroise Paré, docteur en chirurgie.

Sur les instances du Roi de France, Henri II, la Faculté de Paris, qui y est pourtant hostile, coiffe Ambroise Paré du bonnet de docteur en chirurgie.

Ambroise Paré est l’une des personnalités marquantes du XVIème siècle. Né à Laval en 1509, apprenti barbier, Ambroise Paré quitte tôt sa ville natale pour chercher fortune à Paris. Ignorant le latin et le grec, mais curieux de tout, il exerce divers métiers avant de faire un long stage de barbier à l’Hôtel-Dieu de Paris.

Autodidacte, ce dernier a appris la chirurgie sur les champs de bataille. Il est célèbre tant pour ses qualités humaines que pour son habileté de praticien. Considéré comme l’un des fondateurs de la chirurgie moderne, Ambroise Paré est notamment le premier à pratiquer la ligature des artères avant une amputation.

A l’époque, les chirurgiens, aspirant à élever leur spécialité au rang des médecins, avaient décidé de ne plus pratiquer d’interventions “déshonorantes” et avaient abandonné la petite chirurgie aux barbiers. Ceux-ci ne se contentaient pas de tailler les barbes; ils pansaient les plaies, incisaient les abcès, soignaient excroissances et ulcères. Ils n’étaient plus de simples boutiquiers, la Faculté de Médecine avait consenti dès le début du XVIe siècle à organiser certains cours à leur intention. Fort de sa première expérience de barbier à l’Hôtel-Dieu, Ambroise Paré entame une carrière de chirurgien barbier militaire en 1537. Il parcourt la France en tous sens avec les armées en campagne. En 1540, son statut évolue; il est maître-barbier chirurgien.

Une dizaine d’années plus tard, le Collège de Saint-Côme lui confère le titre de maître en chirurgie. Cette reconnaissance académique n’empêche nullement une ascension sociale d’un autre ordre. Remarqué pour les services qu’il rend aux grands capitaines des armées, Paré est appelé aux côtés du Roi Henri II à partir de 1551. Il reste pendant près de trente ans le chirurgien ordinaire, puis le premier chirurgien de quatre Rois de France : Henri II, François II, Charles IX et Henri III.

Lorsqu’Ambroise Paré envoyé par le Roi Henri II, pénètre dans Metz assiégée par les troupes impériales de Charles Quint, il jouit déjà d’un grand prestige ; ses interventions chirurgicales permettent de diviser par deux le nombre de morts et de redonner du courage aux troupes françaises.

Père de la chirurgie moderne, humaniste et contemporain d’Erasme et de Vésale, Ambroise Paré s’illustre dans la région de Mons. Lors d’un long séjour à Havré en 1569, il soigne et guérit le jeune marquis de Croix, atteint d’un méchant coup d’arquebuse, qui lui avait lacéré le genou. Il en profite pour visiter et décrire la région, pour panser et soigner les notables comme les plus pauvres. Profondément chrétien il ne tient pas compte de la puissance ou de la richesse de ses patients. Il souligne souvent, avec une grande humilité, combien sa science est pauvre malgré l’admiration que lui portent ses contemporains : «je le pansay, Dieu le guarist ».

 

C’est à lui qu’on doit l’abandon de la cautérisation à l’huile bouillante des plaies de guerre. C’est lui aussi qui a introduit la ligature des artères lors des amputations. Sa devise était : ” Labor improbus omnia vincit ” (“Un travail acharné vient à bout de tout”)

  • le 8 décembre 1593 : St François de Sale est sacré évêque.

Au cours de la cérémonie et devant tout le peuple, la Sainte trinité apparait à saint François de sale. (*)

(*)Ceux qui croyaient au Ciel de Geneviève Esquier (Ed. de l’Escalade, Page 201)

  • le 8 décembre 1710 : bataille de Brihuega.

La bataille de Brihuega est un épisode de la guerre de Succession d’Espagne qui se déroule les 8 et 9 décembre 1710. Après les défaites d’Almenar (27 juillet) et de Saragosse (20 août), les troupes franco-espagnoles dirigées par le duc de Vendôme, attaquent les troupes britanniques de James Stanhope, quittant Madrid pour la Catalogne. Après un premier combat gagné contre un détachement anglais. Le 10 décembre, une autre bataille éclate alors à Villaviciosa où le gros des Anglais commandé par Starhemberg est écrasé. les anglo-impériaux fuient vers Barcelone.

  • le 8 décembre 1854 : le Pape Pie IX dans la bulle Ineffabilis Deus, définit le dogme de l’Immaculée Conception.

L’Immaculée Conception ou encore la Conception Immaculée de Marie, fête chrétienne depuis le Moyen Âge, est un dogme de l’Église catholique défini le 8 décembre 1854 par le Pape Pie IX dans la bulle Ineffabilis Deus:

Exposé du sentiment de l’Eglise : Marie fut toujours sans aucune tache.

« Dieu ineffable, dont les voies sont miséricorde et vérité, dont la volonté est toute‑puissante, dont la sagesse atteint d’une extrémité jusqu’à l’autre avec une force souveraine et dispose tout avec une merveilleuse douceur, avait prévu de toute éternité la déplorable ruine en laquelle la transgression d’Adam devait entraîner tout le genre humain ; et dans les profonds secrets d’un dessein caché à tous les siècles, il avait résolu d’accomplir, dans un mystère encore plus profond, par l’incarnation du Verbe, le premier ouvrage de sa bonté, afin que l’homme, qui avait été poussé au péché par la malice et la ruse du démon, ne pérît pas, contrairement au dessein miséricordieux de son Créateur, et que la chute de notre nature, dans le premier Adam, fût réparée avec avantage dans le second. Il destina donc, dès le commencement et avant tous les siècles, à son Fils unique, la Mère de laquelle, s’étant incarné, il naîtrait, dans la bienheureuse plénitude des temps ; il la choisit, il lui marqua sa place dans l’ordre de ses desseins ; il l’aima pardessus toutes les créatures, d’un tel amour de prédilection, qu’il mit en elle, d’une manière singulière, toutes ses plus grandes complaisances. C’est pourquoi, puisant dans les trésors de sa divinité, il la combla, bien plus que tous les esprits angéliques, bien plus que tous les saints, de l’abondance de toutes les grâces célestes, et l’enrichit avec une profusion merveilleuse, afin qu’elle fût toujours sans aucune tache, entièrement exempte de l’esclavage du péché, toute belle, toute parfaite et dans une telle plénitude d’innocence et de sainteté qu’on ne peut, au-dessous de Dieu, en concevoir une plus grande, et que nulle autre pensée que celle de Dieu même ne peut en mesurer la grandeur. »

Raison suprême de ce privilège : la maternité divine.

Et certes, il convenait bien qu’il en fût ainsi, il convenait qu’elle resplendît toujours de l’éclat de la sainteté la plus parfaite, qu’elle fût entièrement préservée, même de la tache du péché originel, et qu’elle remportât ainsi le plus complet triomphe sur l’ancien serpent, cette Mère si vénérable, elle à qui Dieu le Père avait résolu de donner son Fils unique, Celui qu’il engendre de son propre sein, qui lui est égal en toutes choses et qu’il aime comme lui-même, et de le lui donner de telle manière qu’il fût naturellement un même unique et commun Fils de Dieu et de la Vierge ; elle que le Fils de Dieu lui-même avait choisie pour en faire substantiellement sa Mère ; elle enfin, dans le sein de laquelle le Saint-Esprit avait voulu que, par son opération divine, fût conçu et naquît Celui dont il procède lui-même.

La suite ici :

http://www.icrsp.org/Saints-Patrons/Christ-Roi-Immaculee-Conception/Ineffabilis_Deus_Pie_IX.htm

  • le 8 décembre 1856: naissance de la Société des missions africaines de Lyon.
  • le 8 décembre 1869 : ouverture du concile Vatican I.
  • le 8 décembre 1918 : le général Philippe Pétain reçoit le bâton de maréchal.
  • le 8 décembre 1940 : Charles De Gaulle déchu de sa nationalité.

Le général De Gaulle est échu de sa nationalité le 8 décembre, par décret. Il a été en plus condamné à mort par contumace par un tribunal militaire, du gouvernement de Vichy, pour atteinte à la sûreté de l’État et désertion le 02 août précédent.

  • le 8 décembre 1947: Notre Dame apparaît à l’ile bouchard : « Dites aux petits enfants de prier pour la France, car elle en a grand besoin

La chronique du 01 décembre rappelle les événements tragiques qui secouent la France après la seconde guerre mondiale. Aujourd’hui intéressons-nous aux messages de la Vierge Marie.

Paroisses & Sanctuaire Marial de l’Ile-Bouchard

Mettre le lien ci-dessus dans le texte ci dessous

Que fut le message de la Sainte Vierge?

On peut le résumer ainsi :

  • Trois demandes : prier pour la France, prier pour les pécheurs et construire une grotte.

La prière pour la France : Marie intervient avant tout pour sauver la France, ces jours-là « en grand danger » de guerre civile. A la prière des petits enfants, la situation se dénoue le mardi, la reprise du travail est effective le vendredi. Mais la France est toujours « en grand besoin », moral et spirituel : prier pour elle aujourd’hui reste une nécessité. Plus largement, on vient aussi de plus en plus de l’étranger prier à Saint Gilles pour son propre pays.

La prière pour les pécheurs : Marie, Immaculée, demande, comme dans bien d’autres lieux d’apparition, que l’on prie pour les pécheurs. Elle indique qu’il faut pour cela également « faire des sacrifices » : pensons en particulier aux petits sacrifices quotidiens de notre orgueil, de nos énervements, de nos critiques. Elle propose aux fillettes d’embrasser la croix de son chapelet, geste par lequel elle nous invite à notre tour à accepter et à offrir nos épreuves ; en les associant au sacrifice de la Croix pour le salut du monde. Elle demande aussi à la foule le dernier jour de réciter une dizaine de chapelet les bras en croix.

La grotte de l’Annonciation : Toute la semaine a pour cadre la scène de l’Annonciation, rappelée par la présence constante de l’ange Gabriel et de la grotte (de Nazareth) et à présent fixée par les statues. Marie a tenu à nous mettre ainsi en relation permanente avec son oui au plan du salut, pour nous aider à notre tour à dire oui au Seigneur dans toute notre vie. Laissons aussi la phrase de l’ange Gabriel à la fin de l’Annonciation : « car rien n’est impossible à Dieu » retentir à nos oreilles et nous redonner confiance en la toute-puissance du Seigneur dans nos vies.

  • Une promesse : le bonheur dans les familles

Marie déclare : « Je donnerai du bonheur dans les familles ». C’est un engagement personnel de sa part (« Je ») et une promesse pour l’avenir (l’emploi du futur). Aujourd’hui, plus encore qu’à l’époque, les personnes sont en quête d’un bonheur familial qui n’est plus évident ni naturel. Elles viennent à L’Île-Bouchard rechercher paix, consolation, guérisons, solutions auprès de Marie qui a promis de veiller sur chacune de nos familles humaines. Plus largement aussi, Marie promet le bonheur pour nos familles spirituelles (communautés, mouvements, paroisses, diocèses).

La Vierge Marie apprend progressivement aux enfants et à la foule à prier : le signe de croix, lent et majestueux; le Je vous salue récité ou chanté; le chapelet peu à peu, l’invocation O Marie conçue sans péché, le Magnificat. Marie a comme institué une véritable école de prière durant toute la semaine des événements. L’adoration eucharistique est également mise en valeur quand la Vierge et l’ange s’effacent devant le Saint Sacrement exposé. Et la louange, avec le Magnificat brodé sur sa robe; et chanté à sa demande par la foule le dimanche.

Voir les chroniques du 10, 11, 12, 13 et 14 décembre.

  • 8 décembre 1955: adoption du drapeau européen.

Explication que l’on trouve sur les sites de l’UE, à la date du 08 décembre 1955 :

« Le Comité des ministres adopte le drapeau des douze étoiles sur fond azur comme emblème du Conseil de l’Europe. La Communauté européenne choisira le même drapeau en 1986. Les étoiles forment un cercle illustrant la solidarité entre les différents peuples d’Europe ; elles sont au nombre invariable de douze, symbole de la perfection et de la plénitude. ».

Quand on se penche sur les événements que découvre-t-on ?

Il suffit d’écouter le dessinateur Arsène Heitz, travaillant au service du courrier du Conseil de l’Europe, déclarer lui-même qu’il avait conçu le drapeau sur le modèle de la médaille dite miraculeuse de la Chapelle de la rue du Bac, à Paris. Il lui a ajouté un fond bleu de la couleur traditionnelle du manteau de la Vierge. Et il faut ajouter à cela que la date à laquelle a été décidée l’adoption du drapeau en 1955, le 8 décembre, coïncide avec celle choisie en 1854 par Pie IX pour célébrer le culte de l’Immaculée Conception de Marie.

Enfin le chapitre 12 de l’Apocalypse décrit : “Un grand signe apparut dans le ciel, une femme vêtue de soleil avec la lune sous ses pieds et sur sa tête, une couronne de douze étoiles”.

  • 8 décembre 1965: le Concile Vatican II s’achève.
  • 8 décembre 1991: création de la CEI

A Brest-Litovsk, Boris Eltsine, récent converti au christianisme, l’Ukrainien Leonid Kravtchouk et le Biélorusse Stanislas Choutchkevitch créent entre leurs trois républiques slaves une Communauté d’Etats Indépendants.

  • 8 décembre 1993: le Conseil constitutionnel prononce l’inéligibilité pour 1 an de Lang, député PS.

Un an seulement !

Partager cet article

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services