Bannière Salon Beige

Partager cet article

Histoire du christianisme

C’est arrivé un 8 avril…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 8 avril 1364 : décès de Jean II le Bon, Roi de France.

Battu et fait prisonnier à la bataille de Poitiers, le 19 septembre 1356, Jean le Bon peut regagner la France en 1360, après la signature du Traité de Brétigny qui lui rend la liberté, mais cède une immense partie du pays et doit une énorme rançon à Édouard III. Un de ses fils retenus en otage pour garantir le paiement de sa rançon, s'enfuit en 1363. Jean le Bon, obéissant aux lois de l'honneur, retourne se constituer prisonnier à Londres, où il meurt en 1364 à l'âge de 45 ans en pleine négociation des accords de Brétigny. En effet, les lois fondamentales du Royaume interdisent au Roi de se séparer d'une partie du territoire. Sa signature du Traité n'a pas été entérinée par le parlement de Paris. Le fils de Jean II le Bon, Charles V le Sage est proclamé Roi de France ; il récupère tous les territoires perdus par ses prédécesseurs, et relève le Royaume.

Son fils, le futur Charles V, doit affronter, pendant la captivité de son père, la révolte d'Etienne Marcel et la Jacquerie, mais aussi des aux États-Généraux qui essaient d'imposer la Monarchie parlementaire, contre l'énorme rançon à payer aux Anglais.

Voir les chroniques du 26 avril sur sa naissance du 5 décembre sur la naissance du franc, du 19 septembre sur la bataille de Poitier, du 8 mai sur le Traité de Brétigny, et du 26 septembre sur son sacre.

  • le 8 avril 1378 : Urbain VI est élu pape.

Né en 1318 à Naples Bartolemeo Prignano devient le 202e pape de l'Église catholique romaine sous le nom d'Urbain VI. Il est aussi le premier pape italien, élu à Rome, depuis le retour du Saint-Siège dans la ville éternelle le 17 janvier 1377 (voir la chronique de ce jour sur Grégoire). Élu pape le 8 avril 1378, et malgré les avertissements de sainte Catherine de Sienne qui lui demande de la retenue, il se rend tellement odieux auprès des cardinaux français que ceux-ci, six mois plus tard, élisent un autre pape, Clément VII qui s'installe à Avignon. Ce sera le début du Grand Schisme d'Occident. Urbain VI meurt à Rome le 15 octobre 1389. Voir les chroniques du 17 janvier, du 8 avril du 20 septembre, du 15 octobre.

  • le 8 avril 1455 : élection du pape Calixte III.

Alfonso Borgia est élu pape sous le nom de Calixte III. Son action principale est de lutter contre l'Empire ottoman qui détient la ville de Constantinople depuis 1453. Tout au long de son pontificat, qui se termine en 1458, il appelle à la croisade sans être vraiment entendu. Il donne à une commission ecclésiastique les pouvoirs de réviser le procès de Jeanne d'Arc. Le jugement solennel, qui intervient le 7 juillet 1456, déclare qu'elle est morte martyre pour la défense de sa religion, de sa patrie et de son Roi. Cependant le pape ne la canonise pas ; mais autorise les expiations religieuses qui ont lieu à Rouen.

Le pape Calixte III, par Joan de Joanes y taller (1510-1579)

Musée de la cathédrale de Valence.

  • le 8 avril 1632 : Louis XIII achète la Seigneurie de Versailles à Jean-François de Gondi, archevêque de Paris.

Le château de Versailles en 1722, Pierre-Denis Martin, dit Martin le Jeune (Musée national du château de Versailles et des Trianon)

Louis XIII achète la totalité de la seigneurie de Versailles à son dernier seigneur, Jean-François de Gondi, archevêque de Paris pour la somme de 66 000 livres. Il souhaite en faire un domaine de chasse. C'est le tournant décisif dans l'installation de la royauté à Versailles.

  • le 8 avril 1691 : prise de Mons.

Dans le cadre de la guerre de la ligue d'Augsbourg, qui oppose, de 1688 à 1697, la France à une coalition des puissances européennes (Provinces-Unies, Angleterre, Savoie, Saint Empire romain germanique, Espagne et Suède), la capitale de Hainaut, est conquise par Louis XIV, le 8 avril 1691. En mars 1691, les armées de Louis XIV déploient de très importants moyens pour s'emparer de la ville, une des places-fortes les plus importantes des Pays-Bas du Sud. Vauban dirige les travaux de siège. La ville tombe et Louis XIV nomme gouverneur Nicolas de La Brousse, comte de Verteillac. Vauban est alors chargé d'améliorer le système défensif de la ville.

  • le 8 avril 1802 : promulgation du Concordat signé par Napoléon Bonaparte, premier Consul, et le pape Pie VII.

     

  • le 8 avril 1904 : la France et le Royaume-Uni signent l'Entente Cordiale.

Face à la situation de plus en plus tendue en Europe et à la Triple-Alliance, le Royaume-Uni et la France parviennent à s'entendre pour régler leurs différends coloniaux : la pêche à Terre-Neuve, l'Egypte, le Maroc pour l'autre, les deux puissances inaugurent un rapprochement qui avec la Russie finira par devenir la Triple-Entente.

  • le 8 avril 1962 : les Français approuvent les accords d'Évian.

Les accords de cessez-le-feu signés le 18 mars entre la France et le FLN sont ratifiés par le peuple français.

  • le 8 avril 1994 : la chapelle Sixtine restaurée est inaugurée.

Le pape Jean-Paul II inaugure la chapelle Sixtine restaurée au terme de 14 ans de travaux qui ont permis de redécouvrir les couleurs chaudes et éclatantes du Jugement dernier de Michel-Ange. C'est l'un des plus fameux trésors de l'art de la Renaissance italienne; c'est aussi le lieu où les cardinaux se réunissent en conclave pour élire un nouveau pape.


Le jugement dernier

  • le 8 avril 2005 : funérailles du pape Jean-Paul II.

Plus d'un million de personnes et de dirigeants venus du monde entier assistent place Saint-Pierre et dans tout Rome à des funérailles grandioses célébrées pour le pape Jean Paul II, avant son inhumation dans la crypte de la basilique. Des fidèles brandissent des banderoles portant l'inscription "Santo subito", réclamant sa canonisation immédiate.

Partager cet article

2 commentaires

  1. J’avais regardé, avec beaucoup d’émotion comme tant d’autres, les funérailles de St Jean-Paul II… Mais je n’avais pas du tout apprécié ces banderoles réclamant sa canonisation immédiate ; c’était se laisser aller à cette ridicule et mauvaise mentalité actuelle qui est de laisser l’émotion prendre une place exhorbitante et déplacée, car je pense que l’émotion, comme la colère, est mauvaise conseillère…
    Et puis il y a des règles, fixées par l’Eglise, pour procéder à une canonisation : délai (25 ans je crois ?), enquête, réflexion, approbation, béatification et enfin canonisation.
    Et je maintiens qu’il fallait respecter cette procédure, même s’il s’agissait de Karol Wojtyla, pour moi l’un des plus grands papes qu’il nous a été permis de connaître.

  2. Le chef-d’œuvre incomparable de la Sixtine, c’est le plafond, non le jugement dernier.

Publier une réponse