C’est arrivé un 7 octobre…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 7 octobre : fête de Notre Dame du Rosaire.

Cette fête, propre à l'Église d'Occident, est instituée par saint Pie V pour commémorer la victoire de Lépante, qui met un terme à l'expansion ottomane et remercier l'intercession de la mère du Sauveur au cours de la bataille. Cette fête s'appelait auparavant la fête de Notre Dame de la Victoire. La basilique Notre Dame de la Victoire de Saint Raphael dans le Var porte ce nom en honneur et souvenir du 7 octobre 1571.

  • le 7 octobre 336 : décès du pape Marc.

Voir la chronique du 18 janvier.

  • le 7 octobre 929 : mort du Roi de France Charles III le Simple.

Le Roi de France meurt à Péronne prisonnier d'Herbert de Vermandois. Son successeur est Robert 1er. Voir les chroniques du 28 janvier et du 17 septembre.

  • le 7 octobre 1337 : début de la Guerre de Cent Ans (1337 – 1453).

Édouard III, roi d'Angleterre, dénonce l'hommage prêté à Philippe VI de Valois et revendique la couronne de France. Le 7 octobre 1337, un archevêque est envoyé à Paris pour jeter le gant à « Philippe, qui se dit Roi de France ». La guerre commence.

A l'abbaye de Westminster, le roi d'Angleterre, Édouard III revendique officiellement le trône de France en tant que petit fils du dernier Roi de France Philippe IV le Bel par sa mère Isabelle. Edouard III entend appliquer à la France les règles de succession anglaises et non les lois fondamentales du Royaume. Cette guerre de Cent Ans couvre une période de 138 ans (1337 à 1475); elle est entrecoupée de trêves plus ou moins longues.

Le traité de paix définitif est signé le 29 août 1475 à Picquigny en Picardie. Cependant beaucoup d'historiens considèrent l'année 1453, date à laquelle les Anglais sont totalement chassés de France (sauf Calais) comme la fin de cette guerre.

  • le 7 octobre 1452: bulle Cum Nulla du pape Nicolas V qui introduit des carmélites en France.

Les carmélites appartiennent à un ordre religieux catholique, l'Ordre du Mont Carmel, dont le fondement est la contemplation et la prière.

  • le 7 octobre 1535 : Jacques Cartier plante une croix à l'embouchure de la rivière Fouez.


Cette gravure représente Jacques-Cartier lors de son premier voyage à Gaspé

Le 2 octobre (voir la chronique du jour), Jacques Cartier arrive à Hochelaga. Sans s'attarder davantage, il visite le saut qui, à l'ouest, bloque la navigation (rapides de Lachine). Il rebrousse chemin et plante une croix à l'embouchure de la rivière qu'il nomme St-Maurice de Fouez en l'honneur de la maison de Foix. La croix a une double signification: un sens religieux et une prise de possession du territoire.

  • le 7 octobre 1571 : bataille de Lépante, les flottes espagnole et vénitienne anéantissent la flotte turque.

Bataille navale de Lépante, à proximité du golfe de Patras en Grèce.

La Sainte Ligue composée de l'Espagne, de Venise et des états pontificaux du pape Pie V, et à une échelle moindre de Gênes et de d'autres États italiens, ainsi que des chevaliers de Malte, bat les turcs à Lépante, près de Corinthe. La flotte de plus de 200 navires est sous le commandement de Don Juan d'Autriche, frère du roi d'Espagne Philippe II et fils naturel de Charles Quint. Ce sont près de 100 000 hommes qui s'affrontent dans les deux camps. Les Turcs du Sultan d'Istanbul, Selim II Mast, sont écrasés. L'amiral Ali Pacha est fait prisonnier et décapité. Cette défaite marque un coup d'arrêt à l'avancée turque sur la Méditerranée. Un jeune soldat espagnol est blessé au combat et perd sa main gauche. Il s'agit d'un certain Cervantès. La France ne participe pas à la bataille. Cela n'empêche de Français de se couvrir de gloire comme Louis des Balbes de Berton de Crillon, dit Crillon le brave. Sa bravoure est telle que don Juan d'Autriche le charge d'annoncer la victoire au pape PieV.

Cette bataille marque un tournant dans la stratégie navale. En effet, c'est la première fois que les galères sont opposées (à grande échelle) à une flotte plus manœuvrante et armée de canons. La démesure de l'affrontement en fait un événement inouï : on dénombre 7 500 morts chez les chrétiens, 30 000 morts ou blessés et 8 000 prisonniers chez les Turcs, 15 000 forçats chrétiens libérés de leurs fers ; 117 navires, 450 canons et 39 étendards sont pris aux Turcs.

Bataille de Lépante, vue par Paul Véronèse

  • le 7 octobre 1793 : destruction de la Sainte Ampoule, par la haine des révolutionnaires contre la foi catholique.

La Sainte Ampoule était une fiole contenant une huile sacrée qui a servi lors du baptême de Clovis. Une portion de ce baume était mélangée à du saint chrême pour servir à l'onction des Rois de France lors de la cérémonie du sacre. Elle était conservée à l'abbaye Saint-Remi de Reims.

Elle a été brisée « solennellement » pendant la Révolution française le 7 octobre 1793 à Reims sur l'actuelle place Royale, par le conventionnel Philippe Rühl sur le socle de la statue de Louis XV préalablement déboulonnée, cassée et destinée à être livrée à une fonderie de canons.

La veille, le curé constitutionnel Jules-Armand Seraine et un officier municipal, Philippe Hourelle, ont retiré ce qu'ils pouvaient du contenu de la sainte Ampoule et l'ont caché, pour en donner une partie respectivement à Messieurs Bouré, curé de Berry-au-Bac, et Lecomte, juge au tribunal de Reims. De plus, lors de la destruction du reliquaire, un dénommé Louis Champagne Prévoteau recueille deux fragments de verre de l'ampoule sur lesquels subsistaient des restes du baume. Le 22 mai 1825, l'archevêque de Reims procède au transvasement de tous ces fragments, à l'exception de ceux de Philippe Hourelle perdus par ses héritiers, dans du saint chrême, puis dans un nouveau reliquaire prêt à temps pour le sacre de Charles X quatre jours plus tard. Le baume du sacre est toujours conservé à l'archevêché de Reims.

« Un procès-verbal, lequel a été déposé au greffe du Tribunal de Reims, ne laisse aucun doute sur la fidèle conservation de ce précieux monument du sacre de Clovis." Clausel de Coussergues. "Du Sacre des Rois de France", mai 1825, p. 127.)

 

La sainte ampoule reconstituée pour le sacre de Charles X- Trésor du palais du Tau

Il est indispensable de rappeler l'origine de cette Sainte Ampoule, pour cela autant reprendre ce que Saint Pie X déclare le 19 décembre 1907, à l'Archevêque de Reims, Monseigneur Luçon, nouvellement promu Cardinal (voir le Bulletin du Diocèse de Reims, 28 déc. 1907, p. 621.):

"Reims conserve la source baptismale d'où est sortie toute la France Chrétienne, et elle est justement appelée pour cela le Diadème du Royaume. C'était une heure ténébreuse pour l'Eglise de Jésus-Christ. Elle était d'un côté combattue par les Ariens, de l'autre assaillie par les Barbares; elle n'avait plus d'autre refuge que la prière pour invoquer l'heure de Dieu. Et l'heure de Dieu sonna à Reims, en la fête de Noël 496. Le baptême de Clovis marqua la naissance d'une grande nation: la tribu de Juda de l'ère nouvelle, qui prospéra toujours tant qu'elle fut fidèle à l'orthodoxie, tant qu'elle maintint l'alliance du Sacerdoce et du Pouvoir public, tant qu'elle se montra, non en paroles, mais en actes, la Fille aînée de l'Eglise." […] Dans la nuit de Noël 496, à minuit, "Soudain, raconte Hincmar, Archevêque de Reims (Migne. Patr. lat. Tome CXXV, p. 1159 et 1160. Hincmar. Vita Sancti Remigii, Cap. XXXVI et suivants. Bibl. Nat. A. 112 à 329.), UNE LUMIERE PLUS ÉCLATANTE QUE LE SOLEIL, INONDE L'EGLISE! LE VISAGE DE L'EVÊQUE EN EST IRRADIÉ! EN MÊME TEMPS RETENTIT UNE VOIX: "LA PAIX SOIT AVEC VOUS! C'EST MOI! N'AVEZ POINT PEUR! PERSÉVÉREZ EN MA DILECTION!"

Quand la voix eut parlé, ce fut une odeur céleste qui embauma l'atmosphère. Le Roi, la Reine, toute l'assistance épouvantés, se jetèrent aux pieds de Saint Rémi qui les rassura et leur déclara que c'est le propre de Dieu d'étonner au commencement de ses visites et de réjouir à la fin. »

Poursuivons avec Hincmar ("Vita Sancti Remigii", cap. XXXVIII (Migne t. 125, p. 1160).) :

"Dès qu'on fut arrivé au baptistère, le clerc qui portait le chrême, séparé par la foule de l'officiant, ne put arriver à le rejoindre. Le saint Chrême fit défaut. Le Pontife alors lève au ciel ses yeux en larmes et supplie le Seigneur de le secourir en cette nécessité pressante.

SOUDAIN APPARAIT, VOLTIGEANT À PORTÉE DE SA MAIN, AUX YEUX RAVIS ET ÉTONNÉS DE L'IMMENSE FOULE, UNE BLANCHE COLOMBE TENANT EN SON BEC UNE AMPOULE D'HUILE SAINTE DONT LE PARFUM D'UNE INEXPRIMABLE SUAVITÉ EMBAUMA TOUTE L'ASSISTANCE. DÈS QUE LE PRÉLAT EUT REÇU L'AMPOULE, LA COLOMBE DISPARUT!"

C'est avec le saint chrême contenu dans cette ampoule, qu'ont été sacrés tous nos Rois. « Comme au baptême du Christ, c'est "le Saint Esprit qui par l'effet d'une grâce singulière apparut sous la forme d'une colombe et donna ce baume divin au pontife" (Cérémonial du Sacre des Rois de France. Prière à Saint Rémi.)

Ainsi, pour le Sacre de nos Rois, Dieu a voulu non d'une huile terrestre, mais d'une huile céleste afin que le Roi de France fût "l'oint" du Seigneur. Ce privilège était reconnu dans le monde entier car dans toutes les cérémonies diplomatiques, l'ambassadeur du Roi de France avait le pas sur ceux de tous les autres Souverains parce que son Maître était "sacré d'une huile apportée du ciel". Comme le reconnaît un décret de la République de Venise daté de 1558.

Le bénédictin, Dom Besse, expose la signification du sacre :

"Le Roi prenait possession de son trône le jour du sacre. Jésus-Christ lui conférait dans la basilique de Reims l'investiture du Royaume. Il recevait du prélat consécrateur, avec le caractère royal, les aptitudes au gouvernement. Nous les appelons, dans la langue chrétienne, les grâces d'état. Un caractère sacré s'imprimait sur toute sa personne, il en faisait un être à part, un consacré. Le Peuple Chrétien le prenait pour l'Elu de Dieu, l'Oint du Seigneur; il voyait en Dieu la source des droits qui lui arrivaient par la naissance. De son côté, le Souverain acceptait sa fonction comme un mandat. Il régnait au nom du Tout-Puissant, en vertu d'une délégation officielle.

Il y avait plus encore: un lien religieux se formait entre le Roi et son Royaume pour s'adjoindre à celui que le droit héréditaire avait déjà formé. Leur union devenait ainsi plus forte et plus féconde. LE ROI APPARTENAIT A LA FRANCE ET LA FRANCE APPARTENAIT AU ROI. Le Roi lui devait le service d'un Gouvernement ferme, sage et chrétien. La France lui donnait toute sa fidélité et son dévouement. L'Eglise en consacrant cette union lui donnait un nouveau droit au respect public, ceux qui auraient tenté de le rompre se seraient rendus coupables d'un sacrilège. Le sacre faisait du prince un homme ecclésiastique, sa souveraineté apparaissait comme une fonction sainte.

Dom Besse: "Eglise et Monarchie", ch. VIII, p. 240 et 255.

  • le 7 octobre 1800 : prise du Kent, énorme navire anglais, par Robert Surcouf.

Le " Kent " est un navire anglais dont le tonnage est presque le triple de celui de la Confiance, bateau de Surcouf, soit 1200 tonneaux. Il possède 38 canons aux calibres divers, contre 18 canons pour la Confiance ; 400 hommes Anglais contre 160 Français.

La manœuvre du Français permet l'abordage de l'Anglais. En dix minutes le bateau est conquis. Les deux bateaux arrivent le 16 novembre à l'île de France.

  • le 7 octobre 1870 : Gambetta quitte Paris en ballon.

Alors ministre de l'Intérieur, Gambetta quitte Paris en ballon et atterrit à Montdidier dans la Somme. Le gouvernement le charge d'aller à Tours afin d'organiser la résistance. Il est accompagné de deux autres membres du gouvernement. Il devient alors ministre de la Guerre et organise de nouvelles armées pour délivrer Paris.

  • le 7 octobre 1896 : pose de la 1ère pierre du Pont Alexandre III, à Paris.

La cérémonie a lieu en présence de Félix Faure, président de la république et du tsar Nicolas II.

  • le 7 octobre 1933 : inauguration d'Air France au Bourget.
  • le 7 octobre 1947 : début de l'opération Léa pendant la guerre d'Indochine.

Le général Salan, commandant des troupes françaises d'Indochine, lance l'opération Léa contre les forces Viêt Minh du général Vo Nguyen Giap, dans le nord du Tonkin, pour leur porter un coup fatal en attaquant directement son gouvernement installé dans la région. L'offensive, qui prend fin en décembre, se révèle être un succès, même si l'objectif initial n'est pas atteint

  • le 7 octobre 1948: Citroën présente la 2CV au salon de Paris.

Après la présentation de la TPV en 1939, Citroën présente son projet de voiture économique, aujourd'hui appelée 2 Chevaux, en référence à la puissance fiscale voulue sur le cahier des charges. Le succès est immédiat et Citroën ne peut pas suivre le rythme ; l'attente pour avoir sa voiture atteint rapidement les trois à cinq ans.

  • le 7 octobre 1950 : fondation de l'ordre des Missionnaires de la Charité par Mère Teresa.
  • le 7 octobre 1952 : naissance de Vladimir Poutine, président de la Russie.

Laisser un commentaire