Bannière Salon Beige

Partager cet article

Histoire du christianisme

C’est arrivé un 7 mai…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 7 mai 558 : le dôme de la basilique Sainte-Sophie de Constantinople s'écroule.

Justinien Ier ordonne immédiatement de le reconstruire.

  • le 7 mai 1274 : le second Concile de Lyon commence.

Le pape Grégoire X a trois motifs qui l'ont amené à convoquer ce grand concile :

  • le premier est d'envoyer des secours aux chrétiens de la terre sainte ;
  • le second, de réunir l'Église grecque à l'Église romaine,
  • le troisième, de réformer les mœurs et la discipline, et de fixer un terme pour les élections de papes, dont le délai était toujours trop important. Il vient d'en être l'exemple.
  • le 7 mai 1342 : élection du pape Clément VI.
  • le 7 mai 1463 : grand incendie de Toulouse.

Le feu prend dans la ville médiévale, il détruit les trois quarts de la ville et ruine plusieurs églises, couvents et autres édifices publics, propagé par un vent violent à travers les rues étroites, aux d'habitations en partie construites en bois. Le Roi Louis XI alors dans le sud de la France, arrive rapidement sur les lieux et demeure trois semaines dans la ville.

  • le 7 mai 1794 : la Convention adopte une nouvelle religion, le Culte de la Raison et de l'Être suprême.

A l'initiative de Robespierre et de la maçonnerie, et afin de déchristianiser la France et d'y asseoir l'idéal républicain sur des références religieuses et morales, la Convention crée par décret le culte de l'Etre suprême, l'ange déchu. La Raison n'est rien d'autre que le rejet de Dieu par l'homme qui se fait dieu. (Relire le discours de Jaurès dans la chronique du 11 février).

  • le 7 mai 1795 : Fouquier-Tinville est guillotiné.

Cet accusateur public a signé plus de 16 000 condamnations à mort en 9 mois.

  • le 7 mai 1932 : Paul Doumer, président de la République française est assassiné.

Le président français Paul Doumer est assassiné par un homme d'origine russe, Paul Gorgulov, qui voulait condamner la passivité de la France dans le conflit contre les bolcheviks.

  • le 7 mai 1945 : les Allemands signent la reddition sans conditions à Reims.

Le général allemand Alfred Jodl signe à Reims, une reddition inconditionnelle qui termine la participation allemande à la Seconde Guerre mondiale. Le document prend effet le lendemain.

  • le 7 mai 1954 : à Dien Bien Phu, Eliane tombe.

Alors que tous les moyens militaires n'ont pas été utilisés et que la victoire est encore possible, le pouvoir politique à Paris décide l'abandon de l'Indochine. La France perd l'Indochine par lâcheté politique. Le 7 mai Eliane tombe. Cela fait 60 jours que les troupes françaises combattent dans la cuvette.

Sans munitions, ni médicaments en nombre suffisant, alors que de nombreux groupes de partisans arrivent à marche forcée pour tomber dans le dos des divisions viets, le Général René Cogny, commandant les forces du Tonkin, envoie un message au Colonel Christian de Castries dans lequel il lui demande qu'il n'y ait ni acte de capitulation, ni drapeau blanc.

Seuls, quelques derniers résistants sur Isabelle (Groupe Mobile 6, 3e REI, 1er et 7e RTA) menés par le Lieutenant-colonel André Lalande, se battent encore furieusement. Lalande tentera une sortie en force, qui échouera de peu.

Le 8 mai 1954, le camp retranché de Dien Bien Phu tombe définitivement aux mains du Viet Minh. 2 293 soldats français et supplétifs viets et thaïs blancs ont été tués, 11 721 autres partent en captivité dans les camps du Viet Minh, dont seulement 3 290 sortiront vivants. L'armée Viet Minh y a laissé ses meilleures divisions. Si l'appui américain avait été accepté le sort de la bataille aurait été tout autre.

La France a lâchement abandonné ses soldats. Pourquoi n'a-t-elle pas demandé :

« A Dien Bien Phu vous avez capturé 11721 soldats de l'Union Française, valides ou blessés, vous en avez rendu 3290, il en manque 7801 ! Que sont-ils devenus ? »

Mais jamais cette question n'a été posée.

  • le 7 mai 1990 : la France est condamnée à payer une amende de deux millions de dollars américains dans l'affaire du Rainbow Warrior.

Nous vivons un changement civilisationnel dont le moteur est culturel. La famille dite traditionnelle - qui est simplement la famille naturelle - diminue massivement en nombre et en influence sociale. Le politique est de plus en plus centré sur la promotion de l’individualisme a-culturel, a-religieux et a-national. L’économique accroît des inégalités devenues stratosphériques et accélère et amplifie le cycle des crises. L'Église est pourfendue; clercs et laïcs sont atterrés.

Une culture nouvelle jaillira inévitablement de ces craquements historiques.
Avec le Salon Beige voulez-vous participer à cette émergence ?

Le Salon Beige se bat chaque jour pour la dignité de l’homme et pour une culture de Vie.

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

5 commentaires

  1. Encore une fois, l’histoire de DBP est très ambiguë…
    Certes, l’État a lâché l’armée dans cette histoire car la France (politique) avait décidé de lâcher le conflit (attention, depuis 49, on ne battait plus pour la France mais pour un Viet-Nam indépendant libéré de l’oppression communiste).
    Mais les chiffres de DBP sont implacables aussi contre l’armée. 12 000 soldats capturés lors de la « reddition » mais à peine quelques centaines qui se battaient… Il y a un déficit de plus de 10 000 hommes que le nombre de blessés ne justifie pas.
    L’armée – en tout cas certains soldats et malheureusement l’immense majorité – ont flanché à DBP aussi… Bien sûr, l’honneur des autres a sauvé la lâcheté des premiers et le sang versé en camp a été la rédemption pour tous…
    Mais le camp ne manquait que d’hommes : l’excuse des munitions n’en est pas une (puisqu’elles tombaient partout en fait). Si tous les hommes s’étaient battus, il aurait sans doute été très difficile pour les Viet de prendre DBP…

  2. La commémoration de la chute de Diên Biên Phu me touche. Tout cela semble loin, surtout pour nos générations postérieures. Et pourtant, la lâcheté politique, l’honneur perdu et tout ce gâchis, et tous ces hommes courageux abandonnés, ces populations rejetées et trahies…
    Ayons une pensée et plus qu’une pensée.

  3. DBP : oui, on dit que 100 000 supplétifs sous le commandement d’officiers français fonçaient à travers la foret pour tomber sur les arrières de Giap et l’écraser.

  4. 7 mai anniversaire de exécution du criminel contre l’humanité Fouquier-Tinville l’emplumé sanguinaire ? Champagne!

  5. Je lis votre texte: “Le général allemand Alfred Jodl signe à Reims, une reddition inconditionnelle”. J’aurais trouvé intéressant que vous alliez un peu plus loin. Par exemple: “Le général allemand Alfred Jodl signe à Reims, une reddition inconditionnelle. Un an après, les vainqueurs le pendent.”

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services