C’est arrivé un 7 décembre…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Rappelons-nous :

  • le 07 décembre : saints du jour français ou en France.
    • Ste Fare, abbesse au pays de Meaux († 657)

Après avoir, pendant quarante ans, dirigé le monastère d'Evoriacum, qui fut ensuite appelé de son nom Faremoutier, elle décède au pays de Meaux, en 657, alors qu'elle est abbesse.

  • St Charles Garnier, prêtre s.j. et martyr et martyr au Canada, surnommé Ouracha par les Indiens (1606-1649)

Charles Garnier naît à Paris en 1606 et est baptisé à la paroisse Saint-Gervais le 25 mai. Il est le second fils de Jean Garnier, sous-secrétaire du cabinet d'Henri III puis maître des comptes en Normandie, et d'Anne de Garault, issue d'une famille noble d'Orléans.

Après avoir fréquenté le collège jésuite de Clermont, à Paris, il entre au noviciat de la Compagnie de Jésus en 1624.

Ordonné prêtre en 1635, il est désigné pour les missions de la Nouvelle-France et débarque à Québec en même temps que le gouverneur Huault de Montmagny, le 11 juin 1636. Dès le mois de juillet, accompagné du père Pierre Chastellain, il gagne le pays des Hurons. Arrivé dans la baie Georgienne, il est surnommé Ouracha par les Hurons, car sa venue coïncide avec la fin d'une longue période de sécheresse.

En 1639 et 1640, il passe l'hiver chez les Pétuns qu'il tente vainement de convertir. De 1641 à 1646, Garnier est employé à la mission de Saint-Joseph de Téanaostaiaé, auprès du clan de la Corde. Enfin, à l'automne de 1646, il est de nouveau envoyé auprès des Pétuns, sur les bords de la baie Georgienne, et y fonde une mission florissante cette fois ; c'est là qu'il trouve la mort, lors de la destruction de la Huronie. Frappé par balles sur la poitrine et l'abdomen par les Iroquois dans l'assaut du village de Saint-Jean, le 7 décembre 1649, son dernier geste est d'absoudre un Indien qui mourait auprès de lui, après quoi il reçoit un coup de tomahawk sur la tête. On retrouva son corps à quelques pas des ruines de sa chapelle.

Il avait une grande dévotion pour la Vierge Immaculée et son martyre a lieu la veille de la fête de l'Immaculée Conception (8 décembre). Les lettres qu'il écrivit à son frère, un frère carme, révèlent sa sainteté.

Charles Garnier et 7 sept autres missionnaires jésuites, ont été béatifiés le 21 juin 1925 et canonisés le 29 juin 1930, par Pie XI. Pie XII a déclaré les saints martyrs canadiens, Patrons secondaires du Canada.

La célébration liturgique des 8 saints martyrs canadiens a lieu le 26 septembre au Canada (solennité) et le 19 octobre dans l'Église universelle.

Pour un approfondissement biographique sur les martyrs, cliquer sur les noms ci-dessous :

Antoine Daniel,

Charles Garnier,

Gabriel Lalemant ,

Isaac Jogues,

Jean Brébeuf ,

Jean de La Lande,

Noël Chabanel,

René Goupil.

  • le 07 décembre 43 : assassinat de Cicéron.

Le sénateur romain, Marcus Tullius Cicero, dit "Cicéron" est égorgé près de sa villa de Formia par les hommes du nouvel homme fort de l'Empire romain, Marc-Antoine. Sa tête et ses mains sont exposées sur la tribune. Depuis son accession au pouvoir avec Octave et Lépide (triumvirat du 11 novembre), Marc-Antoine n'a de cesse de punir ceux qui ont comploté contre César. Une centaine d'orateurs seront assassinés au même titre que Cicéron.

  • le 07 décembre 283 : martyr du pape Saint Eutychien.

27ème pape il a succédé à Saint Félix 1er le 3 ou 4 janvier 275.

  • le 07 décembre 1254 : décès du pape Innocent IV.
    • le 07 décembre 1770 : Louis XV enregistre en lit de justice un édit de discipline qui provoque la démission de tout le Parlement de Paris.

L'édit amorce une réforme radicale de la justice.

  • le 07 décembre 1792 : à Bruxelles, une manifestation favorable à l'indépendance de la Belgique est sévèrement réprimée par Dumouriez et l'armée française.
  • le 07 décembre 1940 : la prière est à nouveau obligatoire à l'école, en France.
  • le 07 décembre 1941 : les Japonais attaquent Pearl Harbour.
  • le 07 décembre 1970 : Willy Brandt à genoux à Varsovie

Le chancelier allemand Willy Brandt se rend en Pologne et signe le traité de Varsovie. Par ce traité, la République Fédérale Allemande reconnaît la frontière germano-polonaise de l'Oder-Neisse, imposée par les vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale (ce traité sera confirmé et complété à Moscou le 12 septembre 1990 par le traité dit 2+4).

Après la signature, le chancelier se rend au Mémorial du résistant juif du ghetto, pour un dépôt de gerbe. Il se recueille et s'incline, puis, à la surprise générale, contre toutes les règles protocolaires, ploie les jambes et se met à genoux. Pendant de longues minutes, il demeure dans cette attitude d'humilité inhabituelle aux hommes d'État, faisant acte de contrition au nom du peuple allemand.

Laisser un commentaire