C’est arrivé un 6 juillet…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines."Léon XIII, RerumNovarum

Alors rappelons-nous :

  • le 6 juillet : saints catholiques du jour, sainte Maria Goretti, vierge et martyre.

Extrait du Message du pape Jean-Paul II à l'évêque d'Albano à l'occasion du centenaire de la mort de Sainte Maria Goretti :

« A mon Vénéré frère Mgr Agostino VALLINI, Evêque d'Albano

Il y a cent ans, le 6 juillet 1902, à l'hôpital de Nettuno, mourait Maria Goretti, sauvagement poignardée le jour précédent dans le petit village de Le Ferriere, dans l'Agro Pontino. En raison de son histoire spirituelle, de la force de sa foi, de sa capacité à pardonner son bourreau, elle figure parmi les saintes les plus aimées du XXème siècle. […]

Sainte Maria Goretti fut une jeune fille à laquelle l'Esprit de Dieu accorda le courage de rester fidèle à la vocation chrétienne, jusqu'au sacrifice suprême de la vie. Son jeune âge, le manque d'instruction scolaire et la pauvreté du milieu dans lequel elle vivait n'empêchèrent pas à la grâce de manifester ses prodiges en elle. […]

Maria Goretti, née à Corinaldo, dans les Marches, le 16 octobre 1890, dut très tôt prendre la route de l'émigration avec sa famille, arrivant, après plusieurs étapes, à Le Ferriere di Conca, dans l'Agro Pontino. Malgré les problèmes liés à la pauvreté, qui ne lui permirent pas d'aller à l'école, la petite Marie vivait dans un milieu familial serein et uni, animé par la foi chrétienne, où les enfants se sentaient accueillis comme un don et étaient éduqués par  leurs  parents  au respect d'eux-mêmes et des autres, ainsi qu'au sens du devoir accompli par amour de Dieu. Cela permit à la petite fille de grandir de façon sereine en nourrissant en elle une foi simple, mais profonde. L'Eglise a toujours reconnu à la famille le rôle primordial et fondamental de lieu de sanctification pour ceux qui en font partie, à commencer par les enfants.

Dans l'homélie pour sa canonisation, le Pape Pie XII, de vénérée mémoire, indiqua Maria Goretti comme "la petite et douce martyre de la pureté" (cf. Discours et radio-messages, XII [1950-1951], 121), car malgré la menace de mort, elle ne manqua pas au commandement de Dieu.

Quel exemple lumineux pour la jeunesse! La mentalité privée d'engagements, qui envahit une grande partie de la société et de la culture de notre temps, a parfois du mal à comprendre la beauté et la valeur de la chasteté. Il ressort du comportement de cette jeune sainte une perception élevée et noble de sa propre dignité et de celle d'autrui, qui se reflétait dans les choix quotidiens, en leur conférant pleinement leur sens humain. N'y a-t-il pas en tout cela une leçon d'une grande actualité? Face à une culture qui accorde trop d'importance à l'aspect physique de la relation entre homme et femme, l'Eglise continue à défendre et à promouvoir la valeur de la sexualité comme un élément qui touche chaque aspect de la personne et qui doit donc être vécu selon une attitude intérieure de liberté et de respect réciproque, à la lumière du dessein originel de Dieu. Dans cette perspective, la personne se découvre être à la fois la destinataire d'un don et appelée à devenir, à son tour, un don pour l'autre. […]

Il est indéniable que l'unité et la stabilité de la famille humaine doivent aujourd'hui faire face à de nombreuses menaces. Mais, heureusement, à côté de celles-ci, on constate une conscience renouvelée des droits des enfants à être élevés dans l'amour, protégés de tous les types de dangers et formés de façon à pouvoir, à leur tour, affronter la vie avec force et confiance.

Dans le témoignage héroïque de la sainte de Le Ferriere, le pardon offert à l'assassin et le désir de pouvoir le retrouver, un jour, au paradis est également digne d'une attention particulière. Il s'agit d'un message spirituel et social d'une importance extraordinaire pour notre temps.

[…] Puisse l'humanité avancer de façon décidée sur la voie de la miséricorde et du pardon! L'assassin de Maria Goretti reconnut la faute commise, il demanda pardon à Dieu et à la famille de la martyre, il expia avec conviction son crime et garda pendant toute sa vie cette disposition d'esprit. La mère de la sainte, pour sa part, lui offrit sans réticence le pardon de la famille, dans la salle du tribunal où se tint le procès. Nous ne savons pas si ce fut la mère qui enseigna le pardon à sa fille ou le pardon offert par la martyre sur son lit de mort qui détermina le comportement de sa mère. Il est toutefois certain que l'esprit de pardon animait les relations au sein de toute la famille Goretti, et c'est pourquoi il put s'exprimer avec tant de spontanéité chez la martyre et sa mère.

Ceux qui connaissaient la petite Maria, dirent le jour de ses funérailles:  "Une sainte est morte!". Son culte s'est diffusé sur tous les continents, suscitant partout l'admiration et la soif de Dieu. […]

Je montre l'exemple de cette sainte en particulier aux jeunes, qui sont l'espérance de l'Eglise et de l'humanité. A la veille, désormais, de la XVIIème Journée mondiale de la Jeunesse, je désire leur rappeler ce que j'ai écrit dans le Message qui leur était adressé en préparation à cet événement ecclésial tant attendu:  « Au plus fort de la nuit, on peut se sentir apeuré et peu sûr, et l'on attend alors avec impatience l'arrivée de la lumière de l'aurore. Chers jeunes, il vous appartient d'être les sentinelles du matin (cf. Is 21, 11-12) qui annoncent l'arrivée du soleil qui est le Christ ressuscité!" (n. 3).[…]

Du Vatican, le 6 juillet 2002

  • le 6 juillet 1203 : prise de la tour de Galata par les croisés lors du siège de Constantinople.
    • le 6 juillet 1274 : session du IIe concile de Lyon.

Ouvert le 7 mai 1274,il compte cinq sessions additionnelles les 18 mai, 7 juin, 6 juillet, 16 juillet et 17 juillet. Ce concile traite de:

  • la conquête de la terre sainte,
  • l'union des églises d'Orient et d'Occident,
  • l'élection pontificale.
  • le 6 juillet 1495 : bataille de Fornoue.

Le Roi de France Charles VIII défait la Ligue de Venise à Fornoue.C'est à l'issue de cette bataille que naît l'expression « Furia Francese ».

Alors que ses armées partent vers le nord pour revenir en France, Charles VIII se voit attendu et pris au piège par la Ligue de Venise commandée par le condottiere Francesco II da Gonzaga, lors du passage de la rivière Taro. Heureusement, le Roi de France mène lui-même la charge qui va libérer ses troupes et écraser les Italiens en moins d'une heure. Bilan, les 8 000 français déchaînés mirent en fuite leurs 26 000 ennemis.

  • le 6 juillet 1535 : exécution de Thomas More.

Hostile au schisme entre l'Église catholique et l'Église anglicane, Thomas More est décapité à la Tour de Londres sur ordre du roi Henry VIII. Il est jugé coupable de trahison pour avoir désavoué le divorce du roi. Thomas More a été béatifié en 1886, et canonisé en 1935. En 2000, il est fait patron des responsables de gouvernement et d'hommes politiques par Jean-Paul II.

  • le 6 juillet 1632 : Pacte de Turin, la France conserve Pignerol.

Cette place-forte hautement stratégique, lui ouvre la porte vers la plaine du Pô; elle a été conquise le 29 mars 1630.

  • le 6 juillet 1641 : bataille de la Marfée

Alors que les armées de Louis XIII sont pleinement engagées dans les combats de la Guerre de Trente Ans entre le Roussillon, le Pays Basque, les Alpes, la Lorraine, l'Alsace et le nord du Royaume, une armée de conjurés hostiles auRoi et au Cardinal de Richelieu, menée par Frédéric de la Tour d'Auvergne repoussent sans ménagement l'armée de Gaspard de Coligny. La Tour d'Auvergne dirige en 1640 la principauté de Sedan et reçoit les protestants qui fuient la France ainsi que Richelieu. De toutes les révoltes qui troublent le ministère du cardinal de Richelieu, celle du comte de Soissons est la plus dangereuse car elle bénéficie de l'appui du duc de Bouillon, de l'argent du roi d'Espagne, et des troupes des Pays-Bas. Les grands féodaux se soumettront malgré ce premier succès.

  • le 6 juillet 1686 : naissance du botaniste Antoine de Jussieu.

Antoine de Jussieu, botaniste et médecin d'origine française, est né le 6 juillet 1686. Après avoir étudié la théologie, il se découvre une passion pour la botanique et se lance dans des études de médecine. Ses recherches en botanique lui permettent de se faire remarquer par Guy Fagon, surintendant du Jardin du Roi. En 1711, il est accepté à l'Académie des sciences, Fagon lui attribue une mission en Espagne et au Portugal pour y recueillir des plantes. Dès son retour, il publie «les Mémoires de l'Académie des sciences».C'est lui qui introduit le caféier dans les Antilles.

  • le 6 juillet 1746 : victoire navale de Mahé de la Bourdonnais à Negapatam (Inde).

Cette victoire française, par duel au canon, sur la Navy s'inscrit dans le contexte de la Guerre de Succession d'Autriche. Elle va permettre aux Français de contrôler des eaux de la côte de Coromandel, lieu stratégique, où se situent les comptoirs de Pondichéry et de Madras et donc de s'emparer de Madras quelques mois plus tard. Madras servira de monnaie d'échange lors du traité d'Aix-la-Chapelle de 1748.

  • le 6 juillet 1758 : élection de Clément XIII.

Carlo della Torre Rezzonico, né à Venise le 7 mars 1693 et décédé à Rome le 2 février 1769, est élu pape sous le nom de Clément XIII. Malgré l'humilité et l'affabilité de son caractère droit et modéré, et généreux avec sa vaste fortune personnelle, le pontificat de Clément XIII est troublé par les pressions continuelles que tentent de faire sur lui les milieux français, pour qu'il supprime les Jésuites. Choiseul, Ministre de Louis XV, à la botte des philosophes maçonniques alliés pour l'occasion aux jansénistes français, va tout faire pour obtenir du pape, la dissolution de la Compagnie de Jésus, considérée par les frères ***, comme le rempart le plus sûr de la foi catholique.

Le pape va résister aux assauts des cours européennes infestées par « l'esprit des lumières ». Malgré les pressions de la France et de ses idées libertaires, il fait mettre à l'index « l'Encyclopédie » de d'Alembert et de Diderot,n'approuvant pas les opinions des philosophes des Lumières. Il suit par là les sages conseils du premier ministre qui servit Louis XV, le cardinal de Fleury, dont le Roi oublia trop vite les sages conseils… La France en paie encore aujourd'hui les conséquences.

  • le 6 juillet 1779 : bataille de la Grenade.

Seconde victoire navale française, de l'amiral français Charles Henri d'Estaing à la bataille de la Grenade contre l'amiral britannique John Byron, pendant la guerre d'indépendance des États-Unis d'Amérique.Les français humilient Byron qui croyait la victoire facile compte-tenu de sa supériorité matérielle. Les canonniers français font merveille en expédiant aux Anglais 21 000 boulets de canons. Cependant Suffren,qui lui a apporté un appui décisif, commente ainsi le résultat :

«Le général [d'Estaing] s'est conduit, par terre et par mer, avec beaucoup de valeur. La victoire ne peut lui être disputée ; mais s'il avait été aussi marin que brave, nous n'aurions pas laissé échapper 4 vaisseaux anglais démâtés».

  • le 6 juillet 1782 : bataille navale de Négapatam.

C'est la seconde bataille navale de Négapatam, encore entre les flottes française et britannique au large de Madras en Inde, mais cette fois dans le cadre de la guerre d'indépendance des États-Unis d'Amérique. Suffren embarque la 3e légion de volontaires étrangers de la Marine, la poignée de volontaires de l'île Bourbon et un détachement du régiment d'Austrasie. M. de l'Espinassy dirige l'artillerie. Ces troupes et cette artillerie contribuent à la victoire de Suffren sur mer.

  • le 6 juillet 1809 : bataille de Wagram.

Cette victoire de la France sur l'Autriche met fin à la guerre de la cinquième coalition des Guerres napoléoniennes, avec plus de 70 000 morts et blessésaprès deux jours de combats.

  • le 6 juillet 1815 : Davout évacue la capitale et démissionne de son poste de ministre de la Guerre.

Le Maréchal Louis Nicolas Davout, ministre de la Guerre durant les Cent-Jours, commandant général de l'armée de Paris après la bataille de Waterloo a signé un armistice avec les coalisés le 3 juillet. Il évacue la capitale et démissionne de son poste de ministre de la Guerre 3 jours plus tard.

  • le 6 juillet 1833 : mort de Pierre-Narcisse Guérin, peintre français.

Pierre-Narcisse Guérin est un peintre français né en 1774. Il fréquente l'Académie royale de peinture et de sculpture, il obtient le prix de Rome à 23 ans. Il peint de nombreux tableaux aux thèmes principalement historiques dans un style néo-classique. Il meurt en 1833.


Henri du Vergier, comte de La Rochejaquelein par Pierre-Narcisse Guérin

  • le 6 juillet 1885 : Louis Pasteur pratique la première vaccination contre la rage sur le jeune Joseph Meister.

Louis Pasteur vaccine pour la première fois contre la rage un petit berger alsacien de 9 ans prénommé Joseph Meister. L'enfant est sauvé. Fort de son succès, le biologiste réalise plus de 350 inoculations dans l'année. Il profite de sa renommée pour lancée une souscription qui permet de créer l'institut qui porte son nom

 

  • le 6 juillet 1962 : le général Weygand lance un appel en faveur des harkis.

« Depuis la proclamation officielle du cessez le feu en Algérie des milliers de Français musulmans ont péris de la façon la plus horrible pour avoir voulu demeurer jusqu'au bout fidèles à la France. […] Si nous abandonnons sans dire un mot à leur sort affreux les Musulmans d'Algérie qui ont fait foi à la parole donnée au nom de la France, l'honneur de notre pays sera perdu. »

Cité par l'ouvrage collectif Weygand témoignages et documents inédits, éditions Résiac, page 188.

  • le 6 juillet 1974 : le diocèse du Havre est fondé, sur décision du pape Paul VI.
  • le 6 juillet 1985 : le pape Pie IX est déclaré Vénérable.

En 1956, son corps est exhumé et trouvé intact. A cette époque 134 miracles sont déjà reconnus pour ce grand saint pape.

  • le 6 juillet 2003 : les Corses rejettent par référendum un projet pour l'autonomie accrue de l'île par rapport à la France.

Laisser un commentaire