Bannière Salon Beige

Partager cet article

Histoire du christianisme

C’est arrivé un 4 janvier…

Puisque l'Etat socialiste veut nous couper de nos racines et qu'Otto de Habsbourg-Lorraine a écrit :

« Celui qui ne sait pas d'où il vient ne peut savoir où il va car il ne sait pas où il est. En ce sens, le passé est la rampe de lancement vers l'avenir »

Rappelons-nous :

  • le 4 janvier 1536 : début du séjour du roi d'Écosse Jacques V au château de Fontainebleau, où il demeurera jusqu'au 27 décembre, avant son mariage avec la fille de François Ier, Madeleine.
  • le 4 janvier 1695 : décès de François-Henri de Montmorency-Luxembourg, général français.

Il combattit à la bataille de Rocroi, en 1643, au siège de Thionville, à Fribourg, à Spire, Philisbourg, Mayence, en 1644. Il combattit à la bataille d'Alerheim, en 1645, participa à la prise de Furnes et de Dunkerque en 1646; à la levée du siège de Lérida par les Français, le 17 juin 1647; à la prise d'Ypres et à la bataille de Lens en 1648. S'étant déclaré contre la cour, après la détention du prince de Condé, il servit dans l'armée espagnole, et fut pris à la bataille de Rethel, le 15 décembre 1650.

Il rentra en France à la paix de Pyrénées, le 7 novembre 1659.

En 1672, pendant la guerre de Hollande il est nommé gouverneur de Hollande. Il défait le prince d'Orange à Woerde et ravage la Hollande, et en 1673 il protège la retraite de Utrecht jusqu'à Maastricht avec seulement 20 000 hommes face à une armée de 70 000 hommes. Cet exploit le place au premier rang des généraux et est fait capitaine des gardes du roi l'année suivante, et en 1675, maréchal de France. En 1678 il a d,éfait le prince d'Orange à Saint-Denis le 14 août 1678, combat inutile puisque gagné au lendemain de la signature du traité de Nimègue (10 août 1678).

Sa réputation est au plus haut et fait des envieux. Lorsque survient l'affaire des poisons, Louvois prétexte les anciennes expériences d'alchimiste de Montmorency pour l'accuser d'assassinat et de pacte avec le diable; il est emprisonné à la Bastille en janvier 1680. Rapidement libéré, il est condamné à l'exil sur ses terres pendant un an.

Il ne retrouve grâce aux yeux de Louis XIV qu'en 1688, avec la guerre de la Ligue d'Augsbourg, car le roi et Louvois estiment qu'il est le seul à pouvoir faire face au prince d'Orange, et lui donne le commandement de l'armée de Flandre. Le 1er juillet 1690 il remporte une grande victoire sur le prince de Waldeck à la bataille de Fleurus.

L'année suivante, le 18 septembre 1691, il remporte la victoire de Leuze. Puis il défait une nouvelle fois le prince d'Orange à la bataille de Steinkerque en 1692, et à la bataille de Neerwinden en 1693. Il est surnommé le tapissier de Notre-Dame en raison du grand nombre de drapeaux ennemis, qu'il prend sur les champs de bataille et que l'on suspend dans le cœur de la cathédrale. Il tombe malade et meurt le 4 janvier 1695 à  66 ans.

  •  le 4 janvier 1797 : victoire de Napoléon Bonaparte sur les Autrichiens dans la ville de Rivoli en Italie.
  •  Bonaparte à la bataille de Rivoli, tableau de Félix Philippoteaux, 1844.
  • le 4 janvier 1798 : réunion de la république de Mulhouse à la France.
  • le 4 janvier 1809 : naissance de Louis Braille.

Créateur du système Braille permettant aux aveugles de pouvoir lire. À l'âge de trois ans, alors qu'il joue avec une serpette servant à couper le cuir, il se blesse gravement à un œil. Au bout de quelques mois, Louis Braille perd complètement la vue par ophtalmie de sympathie. À dix ans, il est admis à l'Institution Royale des Jeunes Aveugles de Paris, où Il passe 24 ans de sa vie, d'abord comme élève, puis comme professeur. Il y met au point son alphabet qui est encore en vigueur aujourd'hui.

  • le 4 janvier 1813 : offre de paix des Alliés dissociant l'avenir de la France de celui de l'empereur.

Les coalisés, un moment désunis sur l'attitude à adopter vis-à-vis de Napoléon, publient une déclaration par laquelle ils offrent la paix, sans toutefois mentionner les frontières naturelles de la France et en dissociant le sort du pays de celui de l'empereur. Auparavant, Metternich s'était heurté à la volonté politique de ses alliés anglais, prussiens et russes d'infliger une défaite totale à la France.

  • le 4 janvier 1883 : décès de Antoine Alfred Eugène Chanzy, général français.
  • le 4 janvier 1894 : alliance franco-russe est signée secrètement.
  • le 4 janvier 1930 : adoption de la loi Maginot en France.

Présentée en décembre 1929 par le ministre de la Guerre André Maginot, la loi décidant la construction d'une ligne de fortifications allant des bords de la Méditerranée jusqu'à la frontière belge est votée. La construction commencera le 14 janvier. Outre le non sens de ne pas aller jusqu'à la mer, c'est une entreprise allemande qui mettra en place une partie du système électrique. La ligne fortifiée s'étendra sur les frontières orientales de la France sauf sur le massif des Ardennes jugé par les autorités militaires infranchissable. Après avoir débloqué un crédit de 3,3 milliards de francs la "ligne Maginot" sera achevée 5 ans plus tard.

  • le 4 janvier 1944 : offensive des Alliés au Mont-Cassin, en Italie.
  • le 4 janvier 1999 : pour la première fois, la Bourse de Paris, les cotations sont affichées en euros.
  • le 4 janvier 2000 : la Commission européenne saisit la Cour de justice européenne contre la France après le refus de Paris de lever l'embargo sur les exportations de viande bovine britannique.
  • le 4 janvier 2001 : le ministère de la Défense annonce que quatre soldats français ayant servi dans les Balkans sont en cours de traitement pour leucémie dans des hôpitaux militaires. En cause, l'utilisation par les forces américaines de munitions à uranium appauvri durant les conflits en Bosnie-Herzégovine et au Kosovo.

Partager cet article

2 commentaires

  1. le 4 janvier 2014 on fait mieux que la ligne Maginot avec la dissuasion nucléaire : nous sommes envahis et colonisés par les immigrés mais qu’on se rassure nous pouvons réduire en cendres toutes les capitales du monde !!!

  2. Le “tapissier de Notre-Dame” était aussi le fils posthume de Montmorency-Bouteville, duelliste impénitent, décapité pour avoir enfreint l’édit royal de 1626 interdisant les duels.
    Au demeurant, il y eut six ou sept édits de ce genre au long du Grand Siècle, preuve que l’autorité royale était souvent bafouée.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services