Bannière Salon Beige

Partager cet article

Histoire du christianisme

C’est arrivé un 31 octobre…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Rappelons-nous:

  • le 31 octobre 657: le Roi Clovis II meurt et est inhumé à St-Denis.

Son fils aîné Clotaire III lui succède sous la régence de sa mère Bathilde.

Gisants de Clovis II, basilique Saint-Denis

  • le 31 octobre 1472 : le Roi Louis XI et le pape Sixte IV signent un concordat à Amboise.

Trois ans plus tard le Roi va signer la paix avec le duché de Bretagne à Senlis (voir la chronique du 29 septembre). Souvent moqué par les historiens post révolutionnaires, pour sa piété légendaire et un soi-disant esprit retors, ce Roi a eu une action pacificatrice durant son règne et a su préparer l'union de la Bretagne et de la France.

  • le 31 octobre 1512 : inauguration de la fresque de la Chapelle Sixtine.

L'œuvre gigantesque de Michel Ange est inaugurée à Rome. La critique est en admiration devant une telle grandeur. La fresque qui décore la voûte de la chapelle Sixtine mesure 40 mètres de long sur 13 mètres de large. Elle fut commandée à Michel-Ange par le pape Jules II.

  • le 31 octobre 1517 : les 95 thèses de Martin Luther.

Sur la porte de l'église de Wittenberg en Saxe, le prêtre Martin Luther affiche ses 95 thèses. Il dénonce beaucoup d'abus du clergé de l'époque. Il affirme aussi que les prêtres peuvent se marier et il condamne la fonction cléricale. Les bases du protestantisme sont ainsi jetées. Les thèses de Luther se diffusent à travers l'Allemagne. Elles finissent brûlées par le pape Léon X en juin 1520.

L'orgueil démesuré et le manque d'obéissance de Luther en feront la source, avec Calvin, de bien des guerres et bien des souffrances, sans compter leur responsabilité dans l'avènement du marxisme et de toutes ses horreurs.

  • le 31 octobre 1589 : Henri IV revient mettre le siège devant Paris.

La capitale, à l'image de tout le Royaume, lui résiste, car la France ne veut pas d'un huguenot sur le trône. Les lois fondamentales du Royaume l'interdisent.

  • le 31 octobre 1705 : naissance du futur pape Clément XIV.

Giovanni Vincenzo Ganganelli naît près de Rimini. Cardinal en 1759, il succède à Clément XIII en 1769, après un conclave de trois mois. A cette époque, l'Eglise est affaiblie par le jansénisme et les idées philosophiques qui attaquent la religion. Ayant moins de caractère que son prédécesseur, il supprime la Compagnie de Jésus, le 21 juillet 1773, cédant aux assauts des maçons et de Choiseul alors ministre de Louis XV. Voir la chronique du 19 mai.

  • le 31 octobre 1807 : le cardinal Lattier de Bayane, que Pie VII a accepté de désigner comme négociateur pour toutes les questions religieuses, arrive à Fontainebleau.

Bien que signé en 1801, le concordat a fait l'objet de nombreuses négociations ultérieures  pour permettre aux catholiques de retrouver leurs libertés. On juge l'arbre à ses fruits ; et le sarment, coupé du cep, ne produit que du bois mort !

  • le 31 octobre 1825 : naissance de Charles Martial Lavigerie, cardinal français, archevêque de Carthage.
  • le 31 octobre 1956 : intervention Franco-britannique contre l'Egypte

Les Anglais et les Français occupent la zone du canal de Suez mécontents de la décision du chef d'état égyptien, Gamal Abdel Nasser de nationaliser le canal (le 26 juillet 1956). Ils attaquent donc l'Égypte pour assurer le libre passage à travers le canal de Suez. Israël a déjà envahi le Sinaï le 29 octobre. Le conflit prend fin le 6 novembre sous la pression des Etats-Unis et de l'URSS. C'est la fin des empires coloniaux qui se dessine.

  • le 31 octobre 1992 : le Vatican réhabilite Galilée.

Le Vatican décide de réhabiliter le physicien et astronome italien Galileo Galilée qui avait affirmé avoir démontré au début du dix-septième siècle que la terre tourne autour du soleil et non le contraire.

L'Eglise ne révise que les aspects scientifiques du procès. Les condamnations des conclusions philosophiques et des mensonges de Galilée ainsi que le reproche de n'avoir rien démontré, mais seulement affirmé, demeurent. (Voir les chroniques des 12 et 24 avril, du 22 juin en particulier où est rappelé par Jean Sévillia le mensonge de Galilée qui demande l'imprimatur au Saint Office pour un livre et le publie avec l'imprimatur, mais en en ayant totalement changé le texte !

Partager cet article

7 commentaires

  1. Il n’empêche que c’est Galilée qui avait raison sur le plan scientifique.

  2. Personne n’a jamais démontré que la Terre tournerait autour du Soleil, pas plus que l’inverse. Encore que les multiples expériences de Michelson invitent à se poser de sérieuses questions sur l’héliocentrisme.
    Je ne comprends pas sur quoi peut bien porter la « réhabilitation »…

  3. « Galileo Galilée qui avait démontré au début du dix-septième siècle que la terre tourne autour du soleil et non le contraire.  »
    Galilée n’a rien démontré du tout. Et encore aujourd’hui on ne peut pas trancher entre géocentrisme et héliocentrisme parce que nous, observateurs, sommes situés sur l’objet dont on veut démontrer le mouvement (postulat de Ernst Mach). Demandez donc à la NASA et à l’Agence Spatiale Européenne pourquoi tous leurs calculs de trajectoire de leurs engins spatiaux sont faits dans un repère fixe géocentré (Terre immobile)

  4. L’article est contradictoire :
    dans le premier paragraphe il est affirmé que « Galilée avait démontré … que la terre tourne autour du soleil et non le contraire ».
    Dans le second paragraphe, il est dit que « …le reproche de n’avoir rien démontré, mais seulement affirmé, demeurent ».
    C’est la seconde affirmation qui est exacte. Galilée n’a rien démontré sur cette théorie, il faudra attende 2 siècles pour avoir la preuve scientifique formelle et définitive de l’héliocentrisme.

  5. Donc Louis XIV en détruisant Port-Royal n’avait pas mis fin au jansénisme, loin de là. Il survivra longtemps.
    En réalité il ne fut anéanti que par le Concile Vatican I, qui définit l’infaillibilité pontificale.

  6. [voir : la vérité sur les mensonges historiques dont l’Eglise est victime :]
    La gloire de Galilée repose surtout sur des découvertes qu’il n’a jamais faites et sur des exploits qu’il n’a jamais accomplis.
    Contrairement aux affirmations de nombreux manuels, même récents, d’histoire des sciences, Galilée n’a pas inventé le télescope. Ni le microscope. Ni le thermomètre. Ni l’horloge à balancier. Il n’a pas découvert la loi d’inertie ; ni les taches du soleil.
    Il n’a apporté aucune contribution à l’astronomie théorique. Il n’a pas laissé tomber de poids du haut de la tour de Pise ; et il n’a pas démontré la vérité du système de Copernic.
    Il n’a pas été torturé par l’Inquisition, ni excommunié, il n’a pas dit « Eppur si muove » (« Et pourtant elle tourne ») ; il n’a pas été un martyr de la science.
    Arthur Koestler, Prix Nobel

  7. Luther et le protestantisme sont un châtiment divin en rapport à l’orgueil de l’Eglise et de ses membres petits ou grands, clercs ou laïcs: à nous, dans la prière, de refonder le monde pour après les « événements »…
    Rien que la chapelle Sixtine avec ses nus antiques est une honte mémorable et Michel-Ange avait des moeurs … bien bizarres !

Publier une réponse