Bannière Salon Beige

Partager cet article

C'est arrivé un...

C’est arrivé un 3 octobre…

C’est arrivé un 3 octobre…

“A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines.” Léon XIII, Rerum Novarum.

  • le 3 octobre : saints du jour français ou en France.
    • St Gérard, Ier abbé et fondateur de l’abbaye de Brogne († 959)

Né à Namur (Belgique), il refusa tôt la vie aisée qui lui était promise, pour entrer chez les bénédictins de Saint-Denis près de Paris. Poursuivant ses études, il devint prêtre.

Envoyé fonder, en 931, un monastère à Brogne et s’étant acquitté à merveille de sa tâche, on le chargea de réformer certaines communautés où on avait constaté quelque relâchement. Il visita ainsi les monastères de Flandres, de Champagne et de Lorraine où sa sainteté et sa fermeté opérèrent les redressements nécessaires. Il revint enfin à Brogne où il finit paisiblement sa vie.

  • St Cyprien, évêque de Toulon († après 543)

À Toulon, après 543, saint Cyprien, évêque. Disciple de saint Césaire d’Arles, il défendit dans plusieurs conciles la doctrine catholique sur la grâce, soutenant que personne ne peut, par soi-même, faire le moindre progrès dans la connaissance des réalités divines s’il n’est appelé dès le début par une grâce prévenante de Dieu.

  • le 3 octobre 1226 : mort de saint François d’Assise.

François d’Assise naît à Assise en 1181 ou 1182.Il est l’aîné des 7 enfants d’une riche famille marchande, il est l’un des sept enfants de Pietro Bernadone dei Moriconi, très riche drapier de la ville et de Dona Joanna Pica de Bourlémont, femme pieuse de la noblesse provençale française, alors sous domination du Saint-Empire romain

Ayant eu une jeunesse dissipée, François se convertit au cours d’une longue maladie qui l’immobilise une grande partie de l’année 1204. Comme Saint Ignace, en Espagne, il a rêvé d’acquérir renommée et haut rang dans la noblesse par de hauts faits d’armes.

A 23 ans, alors qu’il est en prière devant le crucifix de la Chapelle Saint-Damien, François entend une voix lui demandant de « réparer son Église en ruines ». Il prend d’abord cet appel au pied de la lettre et restaure la vieille chapelle délabrée. Ses larges aumônes rendent son père furieux qui le renie ; François se réfugie sous l’autorité de l’évêque.

François d’Assise prêchant aux oiseaux (d’après les Fioretti) par Giotto

Il restaure ainsi plusieurs chapelles : les chapelles de San Damiano, de San Pietro, et de la Portioncule, avant de comprendre enfin ce que Dieu attend de François (voir la chronique du 24 février 1209. Il épouse « Dame Pauvreté », se consacre à la prédication et vit en ermite. Son mode de vie attire de plus en plus de personnes et finit par rédiger une règle de vie commune ; cela va devenir l’ordre franciscain. En 1210 le pape Innocent III valide la règle de l’ordre après avoir vu saint François en songe en train de soutenir la basilique Saint-Jean de Latran en ruines.

En août 1224, saint François reçoit les stigmates.

François d’Assise recevant les stigmates par Giotto. Ce dernier a peint les fresques de sa vie (église supérieure de la basilique d’Assise).

Il meurt le 3 octobre 1226, les Franciscains sont alors entre 3000 et 5000 frères selon les sources. Il est canonisé dès 1228 par le pape Grégoire IX. Il est le Saint Patron des animaux, et est fêté le 4 octobre.

  • le 3 octobre 1569 : victoire de Moncontour.

Le Duc d’Anjou, dans le cadre de la troisième guerre de religion, futur Henri III, écrase les huguenots français de Coligny à la tête de l’armée royale de Charles IX, son frère. Particulièrement bien commandée l’armée royale ne perd pas 600 hommes quand elle cause près de 10 000 morts et prisonniers aux huguenots.

Les pourparlers précédant la bataille de Moncontour, gravure issue de l’ouvrage Histoire de France, par François GUIZOT, France, 1875.

  • le 3 octobre 1610 : naissance du père Gabriel Lalemant.

Originaire de Paris, ce prêtre Jésuite arrive à convaincre son provincial de l’envoyer en mission au Canada. Il y rejoint Jean de Brébeuf et évangélise avec lui les indiens Hurons. En 1649, les tribus indiennes des Iroquois reprennent le sentier de la guerre contre les Hurons et les deux religieux jésuites sont faits prisonniers, torturés, avec d’autres prisonniers chrétiens. Les souffrances sont insoutenables à décrire. Ils entrent dans la paix de Dieu en 1649. Il a été canonisé par le pape Pie XI en 1930.

  • le 3 octobre 1766 : Pierre Poivre est nommé intendant des iles de France et de Bourbon.

Tout d’abord missionnaire en Extrême-Orient à la suite de ses études de théologie, Poivre est aussi botaniste, horticulteur et agronome. C’est ainsi qu’il découvre en Extrême-Orient les épices ; il parvient à développer l’Isle de France grâce à l’introduction de nouveaux végétaux. Il devient administrateur colonial en étant nommé Intendant des Isles de France et de Bourbon. Il reçoit ses lettres de noblesses du Roi Louis XV au mois de décembre suivant.

  • le 3 octobre 1794 : naissance de Jean-Maurice Catroux, prêtre français, fondateur des Filles de la Charité du Sacré-Cœur de Jésus.

Jean-Maurice Catroux est le fondateur, le 18 décembre 1823, de la Congrégation des Filles de la Charité du Sacré-Cœur de Jésus. Il meurt le 14 avril.

  • le 3 octobre 1853 : décès de George Onslow, compositeur français.
  • le 3 octobre 1886 : naissance d’Alain-Fournier, écrivain français et soldat.

Alain-Fournier, écrivain français, naît le 3 octobre 1886 dans le Cher. Après des études de lettres, il devient secrétaire de Claude Casimir-Périer, avant de rédiger son unique roman en 1913, le “Grand Meaulnes”. Lieutenant de réserve, il est mobilisé lors de la Première Guerre mondiale, et meurt lors d’une mission de reconnaissance le 22 septembre 1914. Un recueil de plusieurs de ses poèmes, “Miracles“, sera publié à titre posthume en 1924. Voir la chronique du 22 septembre.

  • le 3 octobre 1914 : Joseph Déchelette, archéologue français, précurseur de la céramologie antique, meurt au Champ d’Honneur.
  • le 3 octobre 1928 : disparition du Ondine.

Le sous-marin Ondine est porté disparu, avec les 43 membres de l’équipage aux abords de Vigo après une collision avec un navire grec. C’est le 5ème sous-marin français coulé en temps de paix.

  • le 3 octobre 1940 : la loi exclue les Juifs de la fonction publique.

Les juifs étaient deux fois plus nombreux en Allemagne qu’en France avant 1939. A l’armistice, ils sont environ 320 000 présents en France, dont la moitié d’étrangers, venant de l’est de l’Europe et fuyant le nazisme, un quart naturalisé de fraiche date et un quart de juifs Français intégrés depuis longtemps.

Marc Bloch, en 1941, n’hésite pas à écrire : « Leur cause n’est pas exactement la nôtre. Nous avons le droit de le dire puisque c’est vrai. » L’étrange défaite, Lettre du 2-4-41).

La loi du 03 octobre 1940 exclue les Juifs de la fonction publique, de la radio, de la presse, du cinéma, du théâtre. Des dérogations sont prévues pour les anciens combattants et tous ceux qui ont rendu des services au pays. Un numerus clausus est imposé pour les professions libérales à 2%, et pour les étudiants de l’enseignement supérieur, à 3%. Ce plafond est largement supérieur à la capacité de la communauté juive et ne sera jamais atteint. Le port de l’étoile jaune est rendu obligatoire.

Quand les Allemands imposent « l’aryanisation des biens des juifs » en zone occupée, Vichy lutte pour éviter un maximum de spoliation, en mettant à la tête des entreprises un séquestre français ou une direction temporaire non juive. Quand Vichy ne peut éviter cette spoliation, le gouvernement fait verser à la Caisse des dépôts une indemnité convenable au nom du propriétaire volé. Pour les biens privés, lutter est beaucoup plus difficile. L’amiral Auphan donne deux exemples célèbres : la compagnie d’armement Dreyfus change de nom et continue son activité ; les collections d’œuvres d’art des Rothschild sont prises en charge par l’administration des Musées nationaux.

Il est vrai que les juifs non français n’ont pas bénéficié de la même protection venant de Vichy, en particulier ceux venant d’Allemagne. Vichy, pour protéger les français d’origine juive, n’hésite pas à satisfaire les Allemands en leur livrant les juifs étrangers. Ces marchandages sont condamnés en chaire, le 23 août 1942, par Monseigneur Saliège, archevêque de Toulouse, qui fait lire un communiqué dans toutes les églises de son diocèse. Le maréchal approuve ce communiqué, P. Laval convoque le prélat pour le tancer.

En novembre 1942, le grand rabbin Hirschler reconnaît lors de sa visite à Vichy, que la politique du gouvernement a permis de sauver la plus grande partie des Juifs français. L’amiral écrit : «…Sur un total présumé d’environ cent mille déportés juifs sous l’occupation allemande, cinq ou six pour cent seulement étaient des citoyens français. » Il est vrai que le gouvernement a tout fait pour les inciter à partir dans l’Empire, que l’armistice protège des Allemands, puisque le document leur interdit d’y mettre les pieds. Les chiffres annoncés par l’amiral seront revus par la Commission d’enquête américaine sur la question palestinienne, après-guerre, qui estimera que 76 000 Juifs, dont 24000 de nationalité française, ont été déportés ; seuls 3% d’entre eux ont survécus.

Cité par l’amiral Auphan dans Histoire élémentaire de Vichy (Nouvelles Editions Latines, pages 151 à 158).

  • le 3 octobre 1950 : désastre de la RC4.

L’évacuation de Cao Bang est inespérée pour Giap. En effet la position pouvait tenir des semaines, les Viêts trouvent Lang-Son abandonnée et tous les dépôts intacts. Cadeau du colonel Constans de la Légion qui permet à Giap d’équiper cinq régiments !

Le corps expéditionnaire sur la R.C. 4 perd sept bataillons, un armement et un matériel considérables. Et les communistes vont faire mourir, deux mille des trois mille prisonniers au cours des premiers mois de captivité. Le 6 décembre le général de Lattre est nommé Haut-commissaire et commandant supérieur des forces françaises.

  • le 3 octobre 1987 : décès de Jean Anouilh, écrivain, auteur dramatique et metteur en scène.
  • le 3 octobre 2004 : béatification du dernier empereur d’Autriche-Hongrie.

Charles de Habsbourg-Lorraine (1887-1922), empereur d’Autriche, roi de Hongrie et roi de Bohême est béatifié par le Pape Jean-Paul II. Le procès de béatification de Zita, son épouse, est en cours. Il faut lire la magnifique biographie du couple, Zita impératrice courage, de Jean Sévilla.

  • le 3 octobre 2004 : béatification de Catherine Emmerich.

Cette religieuse allemande (1774-1824), qui portait les stigmates et recevait des visions sur la création, le salut, la vie de la Vierge Marie, ou celle du Christ et sa passion est proclamée bienheureuse par le pape Jean Paul II.

Le Salon Beige est visité chaque jour par plusieurs dizaines de milliers personnes qui veulent participer au combat contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme.

Je ne souhaite pas que le Salon Beige devienne une galerie commerciale avec des publicités voyantes, mais au contraire qu’il reste un outil de combat culturel.

Le Salon Beige est un lieu où chacun trouve les informations et les argumentaires dont il a besoin pour sa réflexion personnelle. C’est un lieu gratuit et une bibliothèque de référence vivante.

Si chaque personne lisant ce message donnait, notre levée de fonds serait achevée en une heure.

Aujourd’hui, je vous remercie de faire un don de 5€, 20€, 50€ ou de tout autre montant à votre portée, afin que le Salon Beige puisse poursuivre son combat.

Merci,

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services