Bannière Salon Beige

Partager cet article

C'est arrivé un...

C’est arrivé un 28 avril…

C’est arrivé un 28 avril…

“A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines.” Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • 28 avril en France : fête de saint louis marie grignon de Montfort.

Voir plus bas.

  • le 28 avril : saints du jour français ou en France.
    • St Aphrodise, Ier évêque de Béziers († 65)

À Béziers, saint Aphrodise, vénéré comme le premier évêque de la ville.

  • St Louis-Marie Grignion de M., prêtre et fondateur d’ordres religieux, Docteur de la médiation de Marie (1716)

Louis-Marie Grignion de La Bacheleraie naît à Montfort-la-Cane, alors du diocèse de Saint-Malo, aujourd’hui de celui de Rennes, le 31 janvier 1673. Par esprit de religion et d’humilité, il abandonna plus tard le nom de sa famille, pour prendre celui du lieu de sa naissance et de son baptême. Sa première éducation fut pieuse et forte ; il la compléta chez les Jésuites de Rennes, où il acquit la réputation d’un saint Louis de Gonzague.

La Providence le conduisit ensuite à Paris, pour y étudier en diverses maisons tenues par les Sulpiciens, et à Saint-Sulpice même. Dans ce séminaire, où il brilla par son intelligence et sa profonde piété, on ne comprit pas assez les vues de Dieu sur lui. Dieu le permit ainsi pour le former à l’amour de la Croix, dont il devait être l’apôtre passionné. C’est à l’école de Saint-Sulpice qu’il puisa toutefois son merveilleux amour de Marie et qu’il se prépara à devenir son apôtre et son docteur.

Jeune prêtre, ordonné en juin 1700, il fut d’abord aumônier à l’hôpital de Poitiers, où il opéra une réforme aussi prompte qu’étonnante. Ballotté ensuite pendant quelques temps par les persécutions que lui suscitaient les Jansénistes, il se rendit à Rome en vue de s’offrir au Pape pour les missions étrangères, et il reçut du Souverain Pontife l’ordre de travailler à l’évangélisation de la France.

Dès lors, pendant dix ans, il va de missions en missions, dans plusieurs diocèses de l’Ouest, qu’il remue et transforme par sa parole puissante, par la flamme de son zèle et par ses miracles. Il alimente sa vie spirituelle dans une prière continuelle et dans des retraites prolongées, il est l’objet des visites fréquentes de la Sainte Vierge. Ses cantiques populaires complètent les fruits étonnants de sa prédication ; il plante partout la Croix ; il sème partout la dévotion au Rosaire : il prépare providentiellement les peuples de l’Ouest à leur résistance héroïque au flot destructeur de la Révolution, qui surgira en moins d’un siècle.

Les cinq années d’avant sa mort, en 1716, furent pour Louis-Marie des années d’activité intense. Il était constamment occupé à prêcher des missions et se rendait de l’une à l’autre à pied. Il trouva pourtant le temps d’écrire: le « Traité de la Vraie Dévotion à la Sainte Vierge », « Le Secret de Marie », les « Règles des Filles de la Sagesse (ou de la Providence) », et de nombreux Cantiques qu’il utilisait dans ses missions en les faisant chanter sur des airs de danse de l’époque. Il entreprit deux longs voyages, l’un à Paris et l’autre à Rouen, pour essayer de trouver des recrues pour sa Compagnie de Marie dont il rêvait de plus en plus alors que sa vie tirait à sa fin. De temps à autre aussi il éprouvait le besoin de se retirer dans un endroit paisible et isolé, tel que la Forêt de Mervent ou son petit ermitage  de Saint-Eloi près de La Rochelle.

Ses missions ont exercé une grande influence, surtout en Vendée. On a dit que l’une des raisons pour lesquelles les habitants de cette région sont restés fortement opposés aux tendances antireligieuses et anticatholiques de la Révolution Française 80 ans plus tard, était que leur foi avait été affermie par la prédication de saint Louis-Marie. Il eut pourtant beaucoup de difficulté à persuader d’autres prêtres de s’adjoindre à lui et de travailler avec lui comme membres de la Compagnie de Marie. Finalement, au cours de sa dernière année, deux prêtres, les Abbés René Mulot et Adrien Vatel, s’adjoignirent à lui, et il réunit aussi autour de lui un certain nombre de Frères qui l’aidaient dans sa tâche.

L’évêque de La Rochelle, Mgr. Etienne de Champflour, resta pour lui un grand ami, même si d’autres continuaient de s’opposer à lui et même attentaient à sa vie. Avec l’appui de l’évêque, il fonda des écoles charitables pour les enfants pauvres de La Rochelle, et invita Marie-Louise Trichet et Catherine Brunet, qui attendaient patiemment à Poitiers depuis dix ans, à venir l’aider. Elles firent enfin leur profession religieuse et c’est ainsi que naquit la congrégation des « Filles de la Sagesse ». Bientôt d’autres se joignirent à elles.

En avril 1716, épuisé par le travail et la maladie, Louis-Marie se rendit finalement à Saint-Laurent-sur-Sèvre pour commencer à prêcher la mission qui devait être la dernière. Il tomba malade au cours de la mission et mourut le 28 avril.

Des milliers de personnes assistèrent à ses funérailles dans l’église paroissiale, et peu de temps après le bruit se répandit que des miracles avaient eu lieu à son tombeau.

Louis-Marie Grignion de Montfort fut béatifié le 22 janvier 1888, par le pape Léon XIII (Vincenzo Gioacchino Pecci, 1878-1903), et canonisé le 20 juillet 1947, par le Vénérable Pie XII.

Les congrégations qu’il a données à l’Église, la « Compagnie de Marie », les « Filles de la Sagesse », et les « Frères de Saint Gabriel » (congrégation qui se développa à partir du groupe de Frères réunis par saint Louis-Marie), se sont développées et propagées, en France d’abord et ensuite dans le monde entier. Elles continuent de témoigner du charisme de saint Louis-Marie, et prolongent sa mission, qui est d’établir le Royaume de Dieu, le Règne de Jésus par Marie.

>>> Télécharger gratuitement les oeuvres complètes du Saint  

Traité de la Vraie Dévotion à la Sainte Vierge 

Le Secret admirable du très saint Rosaire 

L’Amour de la Sagesse éternelle 

Lettre circulaire aux amis de la Croix 

Maximes et leçons de la Divine Sagesse 

Le Secret de Marie sur l’esclavage de la Sainte Vierge 

Aux Associés de la Compagnie de Marie 

Contrat d’alliance avec Dieu 

Lettre ouverte aux Habitants de Montbernage 

Prière embrasée 

Les Règlements 

Règles des prêtres missionnaires de la Compagnie de Marie 

Règles des Filles de la Sagesse (ou de la Providence) 

Le testament de Louis-Marie Grignion de Montfort

  • St Pierre Chanel, prêtre mariste et premier martyr en Océanie Patron de l’Océanie (1803-1841)

Pierre-Louis-Marie Chanel naît le 12 juillet 1803, à Cuet dans l’Ain, village du diocèse de Lyon. Il était le cinquième d’une famille de huit enfants. De sept à douze ans, il travailla comme berger. Un jour, un prêtre le remarqua et se chargea de le faire instruire.

Après ses humanités au séminaire de Meximieux et ses études théologiques au grand séminaire de Brou, il reçut l’onction sacerdotale, le 15 juillet 1827. Il exerça d’abord le ministère pastoral à Ambérieu, comme vicaire, puis à Crozet, en qualité de curé. Mû par un désir de plus grande perfection, il entra dans la Société de Marie en 1831 et enseigna pendant cinq ans au petit séminaire de Belley.

En 1836, il sollicita la faveur d’être appliqué à l’apostolat des missions d’Océanie. Le 24 décembre, il s’embarquait au Havre avec Mgr Pompallier et au bout de dix mois de navigation, ils abordaient à l’île de Futuna.

Pendant que l’évêque continuait sa route vers la Nouvelle-Zélande, le Père Chanel s’établissait à Futuna avec deux compagnons. Pendant les deux premières années de leur installation, ce fut le chef de la peuplade, le roitelet Niuliki, qui les hébergea et leur fournit des vivres. Les missionnaires employèrent ce temps à apprendre la langue du pays et se bornèrent à baptiser les enfants moribonds. Dès qu’il se sentit capable de prêcher, le Père Chanel commença le travail d’évangélisation.

Après de très durs débuts, l’apôtre réussit à répandre l’Évangile chez les indigènes où régnait encore l’anthropophagie. Il rendait tous les services possibles, soignait les blessés, empêchait souvent la guerre entre les idolâtres ; on l’appelait : l’homme à l’excellent cœur. Lorsque Niuliki, roi et pontife à la fois, vit le mouvement des conversions au christianisme prendre de l’ampleur, il cessa d’envoyer des vivres aux missionnaires et alla s’établir dans un autre village.

Pour subsister, les missionnaires furent réduits à défricher un champ de manioc. Pour les forcer à fuir le pays, on mangeait leurs fruits et leur récolte. Réduits à la plus extrême pauvreté, les Pères durent manger leur chien pour ne pas mourir de faim. Menacé de mort, le Père Chanel répond : « La religion est implantée dans l’île, elle ne s’y perdra point par ma mort, car elle n’est pas l’ouvrage des hommes, mais elle vient de Dieu. »

Les zélés missionnaires continuèrent à réunir leurs catéchumènes tous les dimanches et malgré tout, le petit groupe ne cessa de s’accroître. Le propre fils du roi, touché par la grâce et par les enseignements des missionnaires se déclara publiquement chrétien. Cette conversion acheva d’exaspérer Niuliki et le décida à en finir avec la religion chrétienne à Futuna.

Le 28 avril 1841, à la pointe du jour, une horde sauvage, conduite par le gendre de Niuliki et armée de lances, de massues, de haches, envahit la maison des missionnaires en un moment où le Père Chanel était seul. Les indigènes pénétrèrent dans le jardin où se trouvait le missionnaire, l’assommèrent à coups de bâton et de massue, puis se livrèrent au pillage. Leur carnage terminé, voyant que le Père respirait encore, Musumusu, le gendre du roi, l’acheva d’un coup de hachette sur la nuque. C’est ainsi que, sans une plainte, sans un soupir, le Père Chanel rend son âme à Dieu.

Peu d’années après ce drame, toute l’île de Futuna était chrétienne, y compris les assassins du saint martyr. Pierre-Louis-Marie Chanel a été canonisé le 13 juin 1954, par le Vénérable Pie XII.

  • le 28 avril 1393 : trêve de Leulinghem.

Cette trêve de Leulinghem signée entre la France et l’Angleterre en pleine guerre de Cent Ans quelques années plus tôt est prorogée une première fois jusqu’au 29 septembre 1394. Elle prévoit l’obligation de ne construire ni ville ni forteresse à la distance de sept lieues d’une ville de l’autre camp. Elle était au départ prévue pour durer trois ans. Voir la chronique du 19 janvier

  • le 28 avril 1448 : création du corps des francs-archers.

Pour pallier les insuffisances de l’armée royale en termes d’archerie face aux Anglais, le Roi Charles VII promulgue la petite ordonnance, qui impose à chaque paroisse ou groupe de cinquante ou quatre-vingts feux de fournir un homme équipé (arc ou arbalète, épée, dague). Il doit s’entraîner chaque dimanche au tir à l’arc et est donc dispensé de la Taille (impôt justifié par la non-participation des roturiers à l’activité militaire) d’où le nom de francs-archers. Il reçoit, en outre, 4 francs de paye par mois de service effectif.

  • le 28 avril 1684 : début du siège de Luxembourg par Louis XIV.

Le siège s’achève le 4 juin par la conquête de la ville.

  • 28 avril 1716 : mort de saint Louis-Marie Grignion de Montfort.

C’est à saint Louis-Marie Grignion de Montfort que le pape Jean Paul II emprunte sa devise « Totus Tuus ». Ce saint prêtre breton chassé de la plupart des diocèses de France a poussé l’humilité et l’obéissance à un degré extrêmement élevé. Son traité de la Dévotion à la Sainte Vierge, écrit au début du XVIII siècle, oublié et redécouvert 150 ans plus tard a guidé et éclairé toute la spiritualité de Saint Jean Paul II.

Il est l’aîné d’une famille de 18 enfants, d’une piété et d’une pureté extraordinaires, qui font l’admiration de ses camarades d’études à Rennes, c’est un artiste qui sculpte et peint, mais aussi une force de la nature. Ainsi il transporte seul une pierre tombale que quatre hommes n’arrivaient qu’à soulever !

Inscrit au séminaire de Saint Sulpice à Paris, il fait le voyage à pied et y arrive en mendiant ayant tout distribué aux pauvres y compris ses vêtements. Il est ordonné prêtre le 5 juin 1700 à l’âge de 27 ans. Rejeté des diocèses de Nantes, Poitiers, Paris dont l’esprit gallican et trop administrateur ne convient pas à son désir d’évangéliser, monsieur de Montfort part à pied pour Rome où il demande au pape la permission d’évangéliser en terre étrangère. Le pape lui rétorque : « Vous avez, un assez grand champ en France.  […] N’allez point ailleurs ». Il revient avec le titre de »missionnaire apostolique ».

Bretagne, Vendée, Normandie sont alors le terrain de 30 voyages de missions pour saint Louis-Marie Grignion de Montfort. Il y combat les méfaits du Jansénisme ; pousse à la confession et la communion fréquentes ; redonne toute sa place à la responsabilité individuelle et au sens du péché. Dans son livre, Ceux qui croyaient au Ciel de (Ed. de l’Escalade, page 297) Geneviève Esquier note :

« On n’écoute pas seulement Montfort parce qu’il est un des orateurs les plus talentueux que la France ait connu ; on le suit parce que Dieu l’habite et qu’il le laisse passer. »

Or son message est à l’opposé de celui de son siècle qui ne parle que de liberté, de raison et de plaisir. Lui prône un « esclavage d’amour » et la croix. Il fonde deux congrégations : les pères montfortains ou Compagnie de Marie et les filles de la Sagesse.

Le 28 avril 1716 il meurt à Saint Laurent sur Sèvre.

Tout son message peut se résumer dans sa consécration à Notre Dame :

« Je vous choisis aujourd’hui ô Marie, en présence de toute la cour céleste, pour ma Mère et ma Reine. Je vous livre et consacre en qualité d’esclave perpétuel, mon âme, mon corps, mes biens intérieurs et extérieurs et la valeur même de mes bonnes actions passées, présentes et futures, vous laissant un entier et plein droit de disposer de moi et de tout ce qui m’appartient, sans exception selon votre bon plaisir, à la plus grande gloire de Dieu, dans le temps et dans l’éternité. »

  • 28 Avril 1738 : l’encyclique In Eminenti du pape Clément XII condamne la maçonnerie.

«Quiconque fait le mal, hait la lumière et ne vient pas à la lumière, de peur que ses œuvres ne soient dévoilées ; mais celui qui agit dans la vérité vient à la lumière, pour qu’il apparaisse au grand jour que ses œuvres sont faites en Dieu. » (Jean III, 20-21)

  • le 28 avril 1760 : bataille de Sainte-Foy.

le chevalier François Gaston de Lévis haranguant l’armée française.

Cette bataille a lieu dans la cadre de la guerre de 7 ans. L’armée française dirigée par le chevalier François Gaston de Lévis remporte sa dernière grande victoire au Canada, contre les Britanniques du général Murray, lors de la bataille de Sainte-Foy. Les Français mettent le siège devant Québec. Malheureusement, en 1763, lors du traité de Paris, Choiseul préfère conserver les îles des Antilles au détriment du Canada, pourtant offert par l’Angleterre.

La bataille de Sainte-Foy, illustration tirée de l’édition de 1925 du livre Les anciens canadiens, d’Aubert de Gaspé

  • le 28 avril 1816 : création de la Caisse des dépôts et consignations.

Par une loi visant à rétablir le crédit de l’État, après les désordres financiers du Premier Empire le gouvernement cherche à lancer des emprunts après la défaite de Waterloo.

  • le 28 avril 1862 : bataille de Las Cumbres, au Mexique.

La bataille de Las Cumbres a lieu dans le cadre de l’expédition du Mexique. Les Français cherchent à gagner l’intérieur du pays, mais ils ne peuvent y accéder que par quelques cols qui sont tenus par les Mexicains. Le général Zaragoza décide de défendre l’accès à Puebla sur ces cols. A Las Cumbres sont massés 4 000 soldats et trois batteries de montagne. 6 000 Français menés par le général Lorencez tentent de forcer le passage grâce aux zouaves et des chasseurs à pied qui réussissent à contourner la position.

  •  le 28 avril 1912 : le général Lyautey est nommé Résident général du protectorat du Maroc.

Il est imposé par le ministre de la Guerre Millerand, suite au traité qui garantit au Maroc le Protectorat de la France. Son influence bénéfique et civilisatrice se fait encore sentir aujourd’hui dans la vie intérieure de ce pays.

  • le 28 avril 1969 : Charles De Gaulle démissionne de son mandat de Président de la République.

De Gaulle fait publier, de Colombey, le communiqué suivant:

“Je cesse d’exercer mes fonctions de président de la République. Cette décision prend effet aujourd’hui à midi”.

Il travaillera alors sur ses Mémoires et rencontrera notamment le général Franco. L’intérim est assuré par le président du Sénat Poher.

Partager cet article

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services