Bannière Salon Beige

Partager cet article

C'est arrivé un...

C’est arrivé un 27 mai …

C’est arrivé un 27 mai …

“A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines.” Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 27 mai : saints du jour français ou en France.
    • St Eutrope, évêque d’Orange († v. 475)

À Orange en Provence, vers 475, saint Eutrope, évêque, qui travaillait de ses mains avec ardeur malgré la rigueur des saisons et, pendant le carême, prolongeait l’office divin par la prière personnelle et le jeûne.

  • St Brunon, évêque à Wurzbourg († 1045)

À Wurzbourg en Franconie, l’an 1045, saint Brunon, évêque, qui reconstruisit la cathédrale, réorganisa l’école épiscopale et écrivit pour le peuple des commentaires des saintes Écritures.

  • St Gaubert,  prêtre et ermite († 1079)

Au monastère de Montsalvy en Auvergne, l’an 1079, saint Gaubert, prêtre et ermite, grâce à qui ce lieu, auparavant sauvage et affreux, devint un hospice pour accueillir les pèlerins.

  • le 27 mai 1234 : mariage du Roi Louis IX et de Marguerite de Provence à Sens.

Tous les Rois de France, jusqu’à Charles x descendent de cette union. Sur leurs alliances est gravé : « hors cest annel, point n’ay d’amour » Le lendemain Marguerite est sacrée reine de France. Louis IX et Marguerite de Provence passent leurs trois premières nuits à genoux, et en prières, comme le firent Tobie et son épouse.

  • le 27 mai 1498 : Louis XII est sacré Roi en la Cathédrale de Reims.

Sacre de Louis XII, Cathédrale Notre-Dame d’Amiens peinture en polychromie de 1502

Comme le veut la tradition, le Roi prononce les quatre serments traditionnels :

  • Il jure de défendre l’Eglise,
  • de faire régner la paix en son royaume, par paix on entend que le Roi s’engage à préserver l’ordre social voulu par Dieu et à rendre la justice,
  • d’empêcher ses sujets, quel que soit leur rang, de commettre des iniquités,
  • de chasser les hérétiques de France.

Puis dans un silence solennel, l’archevêque de Reims, Guillaume Briçonnet, l’oint sur la tête, sur la poitrine, entre et sur les épaules, ainsi qu’à la jointure des bras. Au rite de « l’unctio » succède celui du « coronatio », du couronnement, tout aussi essentiel. Désormais paré de la robe royale et du grand manteau fleurdelisé, le souverain reçoit la couronne d’or rehaussée de quatre fleurs de lys et de pierres précieuses. Puis, après lui avoir donné le baiser de paix, le prélat s’exclame par trois fois :

 “Vive le Roi! Vive le Roi éternellement!”

Dans les jours qui suivent, selon la coutume, il se rend à l’abbaye de Saint Marcoul à Corbeny, à quelques lieues de Reims, pour y faire ses dévotions et y toucher les écrouelles, en prononçant les paroles rituelles : “Le Roi te touche, Dieu te guérit”. Louis XII guérit ainsi “plus de quinze” des quelque vingt scrofuleux qui lui sont présentés. Voir les chroniques des 1er et 8 janvier, du 29 avril, du 27 juin et du 18 novembre.

  • le 27 mai 1689 : déclaration de guerre de Guillaume III d’Angleterre.

Cette déclaration de guerre a lieu dans le cadre de la guerre de la ligue d’Augsbourg, de 1688 à 1697. Guillaume III, dans sa lutte qui l’oppose à Jacques II Stuart, a été couronné roi d’Angleterre le 23 février. Le 22 mars, une escadre française, partie de Brest, débarque Jacques II Stuart, qui est accueilli avec enthousiasme par la population catholique du sud de l’Irlande. Le 11 mai, Une escadre aux ordres de Châteaurenault, qui vient de convoyer des renforts en Irlande, est attaquée par l’amiral Herbert en baie de Bantry. Après quatre heures de combat, la victoire est française (cf. la chronique du jour). Bantry sert de prétexte au nouveau roi, anglais dont l’objectif est d’empêcher les avancées françaises en Flandre.

Le traité de Ryswick (cf. la chronique du le 20 septembre) met un terme à cette guerre: reconnaissance par la France de Guillaume III d’Orange-Nassau comme roi d’Angleterre sous le nom de Guillaume III ; cette dernière rend la plus grande partie des Pays-Bas espagnols, la Catalogne et Barcelone à Charles II d’Espagne. Louis XIV prépare ainsi la succession d’Espagne. La France annexe définitivement la Sarre, les quatre cinquièmes de l’Alsace, et quelques places-fortes stratégiques telle Phalsbourg. En outre, la France obtient une compensation financière pour ses droits sur le Palatinat. De l’autre côté de l’Atlantique, l’Espagne reconnaît l’occupation par la France de l’ouest de Saint-Domingue ce qui permet à la France de devenir le premier producteur mondial de sucre dès les années 1740 (denrée fort chère et exportable).

  • le 27 mai 1703 : Philippe de Rigaud de Vaudreuil devient gouverneur général de Nouvelle-France.

Philippe de Rigaud de Vaudreuil est nommé gouverneur général de Nouvelle-France et conserve ce poste jusqu’en 1725. Il se lance dans une politique d’expansion de la colonie, et traite avec les Iroquois, afin de limiter l’influence des britanniques. Avec la poussée de la colonie de New York vers le Nord-Ouest, il prépare la construction d’un fort à Niagara, mais il meurt avant de voir se réaliser ce projet, en 1725.

  • le 27 mai 1834 : Prosper Mérimée devient inspecteur général des Monuments historiques.

C’est à son patient travail de mise en garde que toute la société française prendra peu à peu conscience de la richesse patrimoniale que nos pères nous ont léguée. Grâce à lui un travail de protection, de préservation et de restauration des héritages architecturaux de notre passé est entrepris

  • le 27 mai 1906 : baptême du futur général Weygand, à l’âge de dix ans.

Voir aussi les chroniques des 2 juillet, 18 août, du 6 novembre.

  • le 27 mai 1906 : les Carmélites de Compiègne sont béatifiées par le pape Pie X.

Ce sont seize religieuses carmélites (cloîtrées) condamnées à mort en juillet 1794 par le Tribunal révolutionnaire pour motif de « fanatisme et de sédition ». Arrêtées et condamnées pendant la Terreur, elles avaient, deux ans auparavant, fait le vœu de donner leur vie pour « apaiser la colère de Dieu et que cette divine paix que son cher Fils était venu apporter au monde fût rendue à l’Église et à l’État ». Leur mort paisible sur l’échafaud impressionne les foules. C’est en pleine période de séparation de l’Église et de l’État, alors que l’Etat saisit les biens de l’Église et expulse les congrégations religieuses de France qu’elles sont béatifiées par le pape Pie X. Par ailleurs, leur martyre va inspirer Francis Poulenc pour écrire son opéra : Dialogues des Carmélites.

  • le 27 mai 1916 : décès de Joseph Gallieni, militaire français, maréchal de France à titre posthume.

(Voir la chronique du 24 avril)

  • le 27 mai 1918 : déclenchement de l’offensive allemande du « Chemin des Dames».

C’est à 1 heure du matin que l’artillerie allemande déclenche un tir d’une extrême violence sur les premières lignes françaises, en même temps que son artillerie lourde exécute un tir d’interdiction très puissant sur nos arrières. Quatre mille pièces de tous calibres crachent la mort. Les gaz toxiques empestent à cause des obus à ypérite. La ligne de défense est anéantie; les quelques petits réduits de la première ligne qui ont survécu se sacrifient. L’état-major allemand est surpris de la facilité avec laquelle la percée se fait. Il jette toutes ses réserves pour exploiter la percée.

  • le 27 mai 1921 : création du Code de la route.

Un décret institue le premier Code de la route, bientôt suivi du permis de conduire. C’est la transformation d’un code de bons usages en un code administratif. La circulation automobile est d’abord soumise à la loi de 1851 concernant “la police du roulage et des messageries”. En 1899, un décret limite la vitesse des véhicules à moteur à 30 km/h en rase campagne. Le contenu du Code est modifié à de nombreuses reprises selon l’évolution des véhicules et des routes.

  • le 27 mai 1943 : création du CNR, Conseil national de la résistance.

Le 15 octobre de la même année, le CNR explicite sa politique et donne des consignes d’insurrection fondée sur l’assassinat des autorités adverses.

Tiré de Gaullisme et gaulchévisme (édition Godefroy de Bouillon page 54), cité par François Marie Algoud dans Histoire de la volonté de perversion de l’intelligence et des mœurs (Editions de Chiré page 216)

  • le 27 mai 1952 : traité de la Communauté européenne de Défense (CED).

A l’initiative de la France, les Etats français, italien, belge, luxembourgeois et néerlandais signent le traité de Paris instituant la Communauté européenne de Défense (CED). Celle-ci permettrait de reconstituer l’armée allemande tout en la plaçant sous une autorité commune aux Etats membres. Mais l’opinion française est contre, notamment communistes et gaullistes. Finalement, le traité est rejeté par l’Assemblée nationale française en 1954.

Partager cet article

1 commentaire

  1. Comment le futur Général Weygand, né le 21 janvier 1867, a-t-il pu être baptisé en “1906 à l’âge de 10 ans” et être général 10 ans plus tard pour être chef d’État-major du Maréchal Foch à la fin de la Grande guerre ?
    ?????

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services