Bannière Salon Beige

Partager cet article

Histoire du christianisme

C’est arrivé un 27 décembre…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Rappelons-nous :

  • le 27 décembre 537 : l'empereur Justinien inaugure la basilique Sainte-Sophie à Constantinople, chef-d'œuvre.

Chef d'œuvre de l'architecture byzantine, réalisé par les architectes Anthémios de Tralles et Isidore de Milet, elle est élaborée avec des matériaux précieux et des éléments pris aux temples de Grèce ou d'Egypte. Sainte-Sophie est transformée une mosquée à la conquête de la ville par les Ottomans du sultan Mehmet II en 1453. Elle est ensuite transformée en musée par Atatürk.

  • le 27 décembre 1146 : prédication de la deuxième croisade, à Spire par Saint Bernard, devant l'empereur Conrad III.

L'empereur, séduit par l'homme et son discours, se croise aussitôt.

  • le 27 décembre 1373 : Jean de Vienne, nommé amiral de France par le Roi Charles V, prête serment.

Fils de Guillaume et Claudine de Chaudeney, il commence sa carrière militaire à l'âge de 9 ans et est fait chevalier à 21 ans. En 1373, Charles V le nomme amiral de France. Il réorganise alors la marine, met en place un important programme de construction, crée les gardes-côtes, organise des surveillances sur les côtes et délivre des licences pour construire et vendre des bateaux.

Jean de Vienne est le premier à comprendre que les opérations navales peuvent porter atteinte à l'Angleterre et il conduit plusieurs expéditions contre les côtes sud anglaises de Plymouth en passant par l'île de Wight jusqu'à Rye.

De 1381 à 1385, il se bat contre les flamands, notamment à la bataille de Rosbec. En 1385, sur sa demande, il débarque en Écosse, avec 180 navires, afin d'envahir l'Angleterre mais, son expédition finit en désastre, son armée étant abandonnée par les Écossais.

Buste de Jean de Vienne (Galerie des Bataille à Versailles)

Charles VI succédant à son père Charles V, sur le trône de France, la marine décline car le Roi ne partage pas l'intérêt qu'y portait son père. Jean de Vienne rejoint alors la croisade du roi Sigismond de Hongrie contre l'empire ottoman. Il est tué lors de la bataille de Nicopolis en Bulgarie.

Jean de Vienne est le premier marin français à avoir conçu et mis en œuvre une véritable stratégie navale. De nombreux bâtiments de la marine française ont porté son nom.

  • le 27 décembre 1556 : naissance de Jeanne de Lestonnac, religieuse française, fondatrice de la Compagnie de Marie Notre-Dame.

Sainte Jeanne de Lestonnac, née le 27 décembre 1556 à Bordeaux et décédée le 2 février 1640, est une religieuse française du XVIIe siècle. Mère de famille nombreuse, devenue très tôt veuve, elle se consacre à l'éducation des jeunes filles et fonde une congrégation religieuse féminine de spiritualité ignacienne, la Compagnie de Marie-Notre-Dame.

Béatifiée en 1900 par le pape Léon XIII et canonisée le 15 mai 1949 par le pape Pie XII, elle est liturgiquement commémorée le 2 février.

Elle est la nièce de l'écrivain français Montaigne, qui parle d'elle en ces termes :

"Très pieuse, d'humeur joyeuse, intelligente et belle, la nature en avait fait un chef d'œuvre, alliant une si belle âme à un si beau corps et logeant une princesse en un magnifique palais."

  • le 27 décembre 1585: mort de Pierre de Ronsard, poète fondateur du groupe de la Pléiade.

« Prince des poètes et poète des princes », Pierre de Ronsard, est une figure majeure de la littérature poétique de la Renaissance. En plus de trente ans, son œuvre comporte des poésies officielles avec Les Hymnes et les Discours, l'épopée avec La Franciade ; la poésie lyrique avec des recueils tels que Les Odes. De sa rencontre avec Jean Dorat, naît la Pléiade. En 1552, il publie les Amours de Cassandre qui provoquent alors une vive polémique littéraire.

Il a été page du Dauphin François III, duc de Bretagne, puis à la mort de celui-ci en août 1536, de son frère Charles, duc d'Orléans troisième fils de François 1er . Voir la chronique du 10 septembre.

  • le 27 décembre 1594 : assassinat manqué sur Henri IV.

« Le 27 décembre 1594, une nouvelle tentative d'assassinat fut dirigée contre Henri IV. De retour d'un voyage en Picardie, le Roi rentrait au Louvre lorsqu'un jeune homme de 19 ans, nommé Jean Châtel, qui le servait depuis quelque temps, lui porta un coup de couteau qui ayant été détourné, le blessa aux lèvres. Dès qu'on apprit que le meurtrier avait été élève des Jésuites au collège de Clermont, on fit courir le bruit qu'il avait été l'instrument de ses anciens maîtres, les vrais auteurs et instigateurs de l'attentat. Le Parlement fit faire aussitôt au collège de Clermont une perquisition qui amena l'arrestation du P. Guéret, ancien professeur de Châtel, du P. Guignard, chez lequel on avait trouvé des manuscrits et des livres sur la question du tyrannicide, et la saisie de ces livres. Dès lors, on impliqua dans le procès le P. Guéret et le P. Guignard ; le premier fut remis en liberté, après avoir été cruellement torturé ; le second fut condamné à mort et brûlé le 10 janvier 1595. Cette exécution ne suffit pas à la haine du Parlement ; rendant la Compagnie tout entière responsable de l'attentat, il prononça contre elle un arrêt ordonnant la confiscation de ses biens, la dispersion et l'exil de ses membres. Enfin, on éleva sur l'emplacement de la maison détruite de Châtel, une pyramide mentionnant l'attentat, sa répression et la complicité de la Compagnie. Depuis, la pyramide a été détruite, le Parlement a été convaincu d'irrégularité et d'injustice ; mais on continue à enseigner que Châtel ne fut que l'instrument des Jésuites et on répète les diatribes d'Arnauld et de tous ceux qui mirent sur pied, contre les Jésuites, ce formidable procès plus odieux encore que ceux de Calas, de Sirven et de Labarre. »

Tiré de Histoire Partiale – Histoire Vraie, tome 4_volume 2 page 74 de Jean Guiraud aux Edition Beau Chêne Croît

Voir les chroniques du 29 décembre et du 7 janvier.

  • le 27 décembre 1707 : décès de Jean Mabillon, moine bénédictin, paléographe et diplomate français.

Dom Jean Mabillon, naît le 23 novembre 1632 à Saint-Pierremont, dans les Ardennes et meurt le 27 décembre 1707 à Saint-Germain-des-Prés. Membre de l'abbaye bénédictine réformée (revenue à la règle de saint Benoit) de Saint-Maur, Jean Mabillon a eu un rôle déterminant dans la transmission des savoirs au XVIIe siècle par ses méthodes d'analyse de documents. Son livre discours de la méthode est une référence. Jean Mabillon est considéré comme le fondateur de la diplomatique, science définissant les règles pour établir la date, la provenance, la nature, l'authenticité et les versions successives d'un document écrit. Il a grandement aidé à développer la critique historique.

Il est aussi très connu pour son livre De Re Diplomatica. Ce livre propose des règles permettant d'établir la date, la provenance, la nature et l'authenticité d'un document écrit, d'en analyser le style, d'en repérer les transcriptions successives, d'en d'identifier les institutions qui le créent puis le diffusent, de s'intéresser au support de l'écrit. Ces règles ont été universellement adoptées. Elles sont enseignées à l'École des chartes dès sa création.

Devenu le protégé de Colbert, il effectue pour lui deux voyages, en Bourgogne en 1682, puis en Suisse et en Allemagne en 1683, pour rechercher des renseignements et authentifier des documents sur l'histoire de la couronne de France, et sur l'histoire de l'Église en France. Le Roi l'envoie ensuite visiter les principales bibliothèques d'Italie pour y acquérir des livres et des manuscrits pour la Bibliothèque royale.

En 1701, il est nommé membre de l'Académie royale des Inscriptions et Médailles par le Roi. A partir de, 1703 il rédige 5 volumes consacrés à l'histoire de son ordre, les Annales de l'Ordre de Saint-Benoît. Le dernier est publié après sa mort.

Il meurt en 1707 à Saint-Germain-des-Prés. Une station de métro porte son nom depuis 1925.

Jean Mabillon, gravure d'Alexis Loir, Bibliothèque Nationale de France

  • le 27 décembre 1774 : la Grande-Loge prend le titre de "seul et unique Grand-Orient de France".
  • le 27 décembre 1792 : Salles dépose une motion demandant que ce soit le peuple qui rende le jugement du Roi.

Saint-Just prononce un discours devant la Convention, pour s'y opposer.

  • le 27 décembre 1822 : naissance de Louis Pasteur, chimiste et biologiste français, inventeur de la pasteurisation et du vaccin contre la rage.

Louis Pasteur naît le 27 décembre 1822 à Dole. Il est très célèbre pour ses activités de scientifique, de chimiste, de physicien mais aussi de microbiologiste. Détenteur de deux baccalauréats, un en lettres et un second en sciences mathématiques, il est reçu quatrième à l'Ecole normale. Il poursuit ses études au Conservatoire national des arts et métiers. En 1856, il prend la direction des études de l'Ecole normale supérieure. En 1878, il est nommé grand-officier de la Légion d'honneur. En 1881, il fabrique le premier vaccin contre la maladie du charbon pour le mouton, puis un vaccin pour lutter contre la rage. Ce n'est qu'en 1885 qu'il débute ses premiers tests sur des êtres humains. Après une carrière très célèbre, Louis Pasteur meurt le 28 septembre 1895, à l'âge de 72 ans.

  • le 27 décembre 1893 : à Saint-Pétersbourg, la convention militaire secrète qui avait été signée au mois d'août 1892 par la France et la Russie est enfin ratifiée par le Tsar Alexandre III.
    • le 27 décembre 1893 : la France et la Russie signent une alliance.
    • le 27 décembre 1911 : la France achète le palais Farnèse à Rome, à la Maison Bourbon des Deux-Siciles, et en fait son ambassade.
    • le 27 décembre 1923 : décès de Gustave Eiffel.
    • le 27 décembre 1958 : naissance du nouveau franc valant cent anciens francs et dévaluation de la monnaie de 17,5%.

Le Conseil des ministres adopte le Plan Rueff-Pinay qui prévoit la création du nouveau franc. L'ancien franc est divisé par 100. Cette mesure vise à assainir le budget. Le nouveau franc est mis en circulation à partir du 1er janvier 1960.

  • le 27 décembre 1983 : Jean-Paul II visite le terroriste turc Agca, dans sa prison de Rebibbia, à Rome.

C'est l'homme qui l'avait grièvement blessé en 1981.

  • le 27 décembre 1991 : l'Unesco classe sur sa Liste du patrimoine mondial les quais de la Seine à Paris et la cathédrale de Reims.
  • le 27 décembre 1995 : cinquième essai nucléaire français à Moruroa.

Nous vivons un changement civilisationnel dont le moteur est culturel. La famille dite traditionnelle - qui est simplement la famille naturelle - diminue massivement en nombre et en influence sociale. Le politique est de plus en plus centré sur la promotion de l’individualisme a-culturel, a-religieux et a-national. L’économique accroît des inégalités devenues stratosphériques et accélère et amplifie le cycle des crises. L'Église est pourfendue; clercs et laïcs sont atterrés.

Une culture nouvelle jaillira inévitablement de ces craquements historiques.
Avec le Salon Beige voulez-vous participer à cette émergence ?

Le Salon Beige se bat chaque jour pour la dignité de l’homme et pour une culture de Vie.

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

1 commentaire

  1. Ce n’est pas Grand Oorient que la Grande Loge devrait revendiquer mais grand Cloaque !
    Crasseux !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services