C’est arrivé un 26 septembre…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 26 septembre 46 av. J.-C. : triomphe de Jules César et assassinat de Vercingétorix.

Vercingétorix est le fils du chef gaulois de la tribu des Arvernes. Il réussit à unifier les nombreuses tribus gauloises contre l'envahisseur romain. Battu à Alésia, Vercingétorix se rend à César. Il se constitue prisonnier et offre sa vie en échange de celle des 80 000 habitants, hommes, femmes et enfants d'Alésia. Jules César l'emmène comme trophée de sa longue guerre des Gaules, pour son triomphe à Rome

Au dernier jour de la célébration de son triomphe, César procède à la dédicace du Forum Julium et du temple de Vénus Genitrix. Il donne aussi l'ordre d'étrangler le chef gaulois Vercingétorix dans la prison Mamertine.

  • le 26 septembre 1143 : élection du pape, Célestin II, 165e pape de l'Église catholique.

Célestin II succède à Innocent II en 1143 et est pape de 1143 au 8 mars 1144. Il met fin aux querelles intérieures de l'Église. Le nom de Célestin II a déjà été choisi le 15 décembre 1124 par un pape nouvellement élu, mais celui-ci dut renoncer sous la contrainte dès le lendemain et, pour cette raison, il n'apparaît pas dans les listes de papes. C'est Célestin II qui relève la France de l'interdit de trois ans après l'absolution du Roi Louis VII, excommunié par Innocent II en 1141.

  • le 26 septembre 1350 : sacre à Reims de Jean II dit « Le Bon », Roi de France.

A la mort de Philippe de Valois, le roi Edouard III d'Angleterre tente de tirer profit de l'occasion pour débarquer en France et se faire couronner Roi de France, mais la flotte espagnole l'en empêche. Edouard III ne peut se faire couronner. De toute façon, il n'a aucun droit à la couronne. Les lois fondamentales du royaume désignent Jean II de France, qui est finalement sacré Roi de France avec sa femme Jeanne d'Auvergne le 26 septembre 1350.

Voir les chroniques du 26 avril sur sa naissance, du 5 décembre sur la naissance du franc, du 19 septembre sur la bataille de Poitier, du 8 mai sur le Traité de Brétigny, du 26 septembre sur son sacre et du 8 avril sur son décès.

  • le 26 septembre 1423 : victoire française sur les Anglais à la bataille de la Brossinière, aussi appelée bataille de La Gravelle.

La guerre de Cent Ans vient juste de reprendre, et les Français de Charles VII écrasent les Anglais de William de la Pole, Comte de Suffolk, lors de la bataille de la Gravelle, aussi appelée bataille de la «besoigne» de la Brossinière (Mayenne).

A la fin de la journée, 1 200 à 1 400 cadavres d'Anglais jonchent le sol, dont William de la Pole. Peu de pertes sont à dénombrer du côté français.

  • le 26 septembre 1525 : naissance de Jacques II de Goyon de Matignon, Maréchal de France, Gouverneur de Guyenne, maire de Bordeaux.

Jacques II de Goyon, seigneur de Matignon, militaire et un homme politique français, qui naît à Lonrai, en Normandie, et meurt le 27 juillet 1598 au château de Lesparre, dans le Médoc. Il devient Maréchal de France suite à sa capture de Gabriel de Montgomery à l'occasion du complot des Malcontents de 1579, Chevalier de l'Ordre du Saint-Esprit, lieutenant-général de Normandie, puis maire de Bordeaux, où il succède à son ami Michel de Montaigne, et gouverneur de Guyenne.

Il réussit, lors des guerres de Religion, à maintenir l'autorité royale de Charles IX, tout en se faisant apprécier tant des catholiques que des protestants qu'il combat avec succès. Il rétablit la paix en Normandie, y bat les Anglais se distingue à Jarnac et à Moncontour en 1569. C'et un des rares gouverneurs royaux qui exécute parfaitement les ordres de Charles IX en protégeant les protestants à Saint-Lô et à Alençon pendant la Saint-Barthélemy. En 1586 et 1587 il bat à plusieurs reprises le Huguenots avant de se rallier au Roi Henri IV.

  • le 26 septembre 1653 : Turenne prend Mouzon [Pont-à-Mousson], au nom du Roi de France.

C'est la fin d'un siège commencé le 9 septembre.

  • le 26 septembre 1791 : naissance de Théodore Géricault, peintre français.

Le Radeau de la Méduse (1819, musée du Louvre).

Né le 26 septembre 1791 à Paris, Théodore Géricault grandit dans le milieu équestre normand. Le cheval inspire constamment ses peintures. Son œuvre la plus célèbre est le "Radeau de la Méduse", représentant le naufrage d'une frégate française, La Méduse, au large des côtes sénégalaises. Toute sa carrière, Géricault choisit en effet de privilégier les thèmes de la vie quotidienne qu'il porte au rang de hauts faits héroïques. Il voyage en Angleterre, appréciant les tableaux de Turner et Constable. Il meurt en janvier 1824, à la suite d'une chute de cheval. Il est l'un des chefs de file des peintres romantiques.

  • le 26 septembre 1792 : le Roi de France Louis XVI est interné à la prison du Temple.
  • le 26 septembre 1799 : Masséna bat les Austro-Russes près du Lac de Zurich, évitant au Directoire une invasion de la France.
  • le 26 septembre 1809 : décret de Schönbrunn.

Ce décret supprime les sociétés missionnaires : Lazaristes, Missions étrangères, Missionnaires du Saint-Esprit. Le 24 septembre 1809 : Napoléon a écrit à Fouché :

"Je veux la religion chez moi, mais je n'ai envie de convertir personne. Je viens d'effacer du budget des cultes les fonds que j'avais accordés pour les missions étrangères".

  • le 26 septembre  1815 : création de la Sainte Alliance.

L'Autriche, la Prusse et la Russie forment la Sainte Alliance pour sauvegarder le traité de Vienne, qui a modifié la carte de l'Europe. Après la chute de Napoléon, les grandes puissances européennes se réunissent à Paris pour signer le "pacte de la Sainte Alliance". Elles se protègent ainsi de toute nouvelle offensive révolutionnaire ou libérale, au nom de "la Très Sainte et Indivisible Trinité des trois puissances orthodoxe, catholique et protestante". Le pacte va devenir une quadruple alliance après ralliement de l'Angleterre. En 1818, la France y est incorporée. Grâce à cette entente, l'Europe va pouvoir vivre dans une paix relative pendant près de 50 ans.

  • le 26 septembre 1850 : limitation de la liberté de la presse en France.

Il faut rappeler ce qu'écrira, plus tard, l'écrivain soviétique Kuzmichev dans Problème du journalisme :

« Toutes les dissertations sur « l'information objective et complète » sont de l'hypocrisie libérale. Le but de l'information ne consiste pas à commercialiser les nouvelles, mais à éduquer la grande masse des travailleurs, à les organiser sous la direction exclusive du Parti pour des buts nettement définis. Cet objectif ne sera pas atteint par un compte rendu objectif des événements. La liberté et l'objectivité de la presse ce sont des fictions. L'information est un moyen de lutte des classes, non pas un miroir pour refléter objectivement les événements ».

Remplacez « Parti » par « maçonnerie » et « lutte des classes » par déchristianisation et vous avez le même schéma d'action.

Par ailleurs, François Marie Algoud dans Histoire de la volonté de perversion de l'intelligence et des mœurs (Editions de Chiré, page 376) rapporte les propos de John Swinton, rédacteur en chef du New York Time lors d'un banquet donné en son honneur au dernier semestre 1991, à l'occasion de son départ en retraite, alors qu'un des convives propose de porter un toast à la liberté de la presse :

«  Quelle folie de porter un toast à la presse indépendante ! Tous ceux qui sont ici ce soir savent qu'il n'y a pas de presse indépendante. Vous le savez. Je le sais. Personne parmi vous n'oserait publier ses vraies opinions et, s'il était tenté de le faire, vous savez à l'avance qu'elles ne seraient jamais imprimées. On me paie 250 dollars par semaine pour tenir mes vraies opinions en dehors du journal. Certains parmi vous reçoivent la même somme pour le même travail. Si j'autorisais la publication d'une opinion sincère sur n'importe quel numéro de mon journal je perdrais ma place dans les 24h00 comme Othello. Un homme assez fou pour publier une opinion sincère se trouverait vite à la rue, à la recherche d'un autre emploi.

Le rôle d'un journal de New York est de détruire la vérité de mentir radicalement, de perverti, d'avilir, de ramper aux pieds de Mammon, de se vendre, de vendre son pays et son peuple pour son pain quotidien. Vous savez cela et moi aussi. Alors quelle folie de porter un toast à la presse indépendante. Nous sommes des ustensiles et les vassaux d'hommes riches qui commandent dans la coulisse. Nous sommes leurs pantins : ils tirent les fils et nous dansons. Notre temps, nos talents, nos vies sont la propriété de ces hommes. Nous sommes des « prostituées intellectuelles ».

  • le 26 septembre 1897: naissance du pape Paul Vl, futur 260ème pape.

Giovanni Battista Montini, alors archevêque de Milan, succède à Jean XXIII sur le trône de Saint Pierre. Paul VI est le premier pape de l'époque contemporaine à voyager hors d'Italie. Son premier voyage est pour Jérusalem, en janvier 1964 (Voir la chronique du 5 janvier). Sa béatification a lieu le 19 octobre 2014. Voir aussi les chroniques du 6 aout, 26 septembre et du 21 juin.

  • le 26 septembre 1939 : dissolution du PCF.

En riposte au pacte germano-soviétique, le président du Conseil Édouard Daladier dissout le Parti communiste français.

  • le 26 septembre 1963 : le Maroc reprend les terres des colons français.
  • le 26 septembre 2000 : la France laïque et anti chrétienne à l'œuvre en Europe…

A la demande de la France, le préambule de la Charte européenne des droits fondamentaux est modifié : le "patrimoine religieux" devient le "patrimoine spirituel et moral".

  • le 26 septembre 2003 : assassinat de Vincent Humbert.

Le Français, Vincent Humbert, tétraplégique, aveugle et muet depuis trois ans, est décédé après que sa mère Marie Humbert a versé un produit toxique dans sa perfusion, deux jours plus tôt. Un débat national s'ensuit sur l'euthanasie. Ce débat continue aujourd'hui.

  • le 26 septembre 2003 : la France honore du bout des lèvres ses Morts des guerres coloniales.

Un décret institue une journée nationale d'hommage aux "Morts pour la France" pendant la guerre d'Algérie et des combats du Maroc et de la Tunisie, le 5 septembre de chaque année.

Laisser un commentaire