Bannière Salon Beige

Partager cet article

Histoire du christianisme

C’est arrivé un 26 mars…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 26 mars 752 : élection du pape Etienne II.

En lutte contre Lombards qui veulent dominer la péninsule italienne, et qui lui ont pris Ravenne. Ne recevant pas la protection de l'empereur Constantin V, Etienne II se tourne vers la Fille Aînée de l'Eglise et son Roi Pépin le Bref et vient en France où le Roi le reçoit magnifiquement en 754. Le Roi s'engage à intervenir. Le pape sacre de nouveau Pépin le 28 juillet ainsi que ses fils Carloman et Charles.

En 755, les Français interviennent et contraignent les Lombards à rendre au Pape les territoires qu'ils lui ont pris. C'est la fameuse « Donation de Pépin » ou traité de Quierzy, qui donne naissance aux Etats pontificaux (voir la chronique du 14 avril). La France remplit là sa vocation, telle que déjà, au VIème siècle, le Pape Pélage Il la définissait:

«Ce n'est pas en vain, ce n'est pas sans une admirable disposition que la Providence a placé la catholique France aux portes de l'Italie et non loin de Rome ; c'est un rempart qu'Elle ménageait à toutes deux».

Voir les chroniques du 14 avril et du 28 juillet.

  • le 26 mars 1807 : création par l'Empereur Napoléon Ier de l'Arme du Train.

Afin d'améliorer le ravitaillement de sa Grande Armée en campagne, Napoléon Ier signe un décret créant les équipages des TEM : train des équipages militaires. 

Jadis organisé en plusieurs escadrons autonomes (à plusieurs compagnies de transport, origine de la différence d'orthographe du grade de chef d'escadron pour les "tringlots" et chef d'escadronS pour les cavaliers.

Le train compte aujourd’hui 6 régiments, dont 1 parachutiste spécialisé en livraison par air et 1 groupement de transbordement maritime (créé en Indochine pour le transport fluvial). On parle au 19e siècle d'escadron du train des équipages militaires, ETEM, qui sont au nombre de 28 en 1939. Les "tringlots", soldats du train, tirent l'orthographe de leur surnom du premier fusil dont Bonaparte les dote : un mousqueton de cavalerie à tringle. Un baudrier de buffleterie était relié à cette tringle par un anneau. 

  • le 26 mars  1811 : l'Abbé Émery défend vigoureusement les droits du pape en présence de Napoléon à la commission ecclésiastique.

Napoléon répond : "Je ne suis pas irrité contre lui. Il a parlé comme un homme qui sait et possède son sujet. C'est ainsi que j'aime qu'on me parle.".

  • le 26 mars  1918 : nomination de Foch à la tête des armées alliées.

A Doullens, dans la Somme a lieu la Conférence anglo-française à l'issue de laquelle le maréchal Foch est nommé général en chef des armées alliées. En effet, la percée des Allemands sur l'Oise exige un commandement unique des armées alliées. Foch réussira à bloquer l'offensive allemande en Champagne au mois de juillet. Le maréchal attribuera ses victoires à l'intervention de la Sainte Vierge. Il assistait à la messe et récitait son chapelet tous les jours.

Voir les chroniques du 20 mars, du 9, du 15 et du 18 juillet.

 

  • le 26 mars 1944 : la Milice et l'armée allemande mènent une opération contre le maquis du plateau des Glières.
  • le 26 mars  1962 : fusillade de la rue d'Isly à Alger.

L'armée française ouvre le feu sur une manifestation pacifique de citoyens français, civils non armés demandant le maintien de « l'Algérie française », faisant près de qutre-vingt-dix morts et près de deux cents blessés.

La manifestation se heurte à un barrage des forces de l'ordre qui fouillent le quartier de Bab El-Oued.


La fusillade devant la grande poste de la rue d'Isly à Alger


  • le 25 mars  1971 : la SNCF peut lancer le TGV (train à grande vitesse).

Le projet C03 est accepté en comité interministériel.

  • le 26 mars  1995 : entrée en vigueur des accords de Schengen.

Ces accords suppriment le contrôle des personnes entre sept des 15 pays de l'Union européenne (France, Allemagne, Belgique, Luxembourg, Pays-Bas, Espagne, Portugal).

  • le 26 mars  1996 : Maurice Bidermann, patron du groupe textile, et Fatima Belaïd, ex-épouse de Loïk Le Floch-Prigent sont mis en examen, dans l'affaire Elf.

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

4 commentaires

  1. Comme quoi la guerre d’Algérie n’avait pas pris fin après les accords d’Evian du 19 mars 1962 dont on a commémoré l’événement.
    Un petit rappel n’était pas inutile.
    Merci.

  2. Quand l’armée française tire sur des Français, cela donne une centaine de morts et plus de deux cents blessés :
    https://www.youtube.com/watch?v=DZYh9zlZ7Tw#t=119
    ou la face cachée de de Gaulle….

  3. Comme disait Clemenceau : “Il a fallu que je fasse appel à ce fou de Foch, au lieu du sage Pétain. Et c’est pourtant lui qui nous a sorti du pétrin.”
    Foch, partisan depuis l’École de guerre de l’offensive à outrance, et qui a fait tuer des centaines de milliers de morts.

  4. Six chevaux pour traîner un char vide ? Mais où il avait la tête ce bon Bonaparte ?

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services