Bannière Salon Beige

Partager cet article

C'est arrivé un...

C’est arrivé un 25 avril…

C’est arrivé un 25 avril…

« Parce qu’un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir… » (Maréchal Foch)

« Les peuples cessent de vivre quand ils cessent de se souvenir.”» (Maréchal Foch)

Alors rappelons-nous :

  • le 25 avril : saints du jour français ou en France.
    • St Phébade, évêque d’Agen 26/04 († v. 393)

À Agen, vers 393, saint Phébade, évêque, qui écrivit un ouvrage contre les ariens et protégea son peuple de l’hérésie.

  • St Clarence, évêque de Vienne au VIIe siècle
  • le 25 avril 757 : le pape Etienne II meurt.

Son frère Paul Ier lui succède, c’est un cas unique dans l’histoire de l’Eglise. En butte aux Lombards qui veulent dominer l’Italie, et lui ont pris Ravenne, n’ayant pas reçu la protection de l’empereur Constantin V, Etienne II se tourne vers la Fille Aînée de l’Eglise et son Roi Pépin le Bref. Ce dernier reçoit magnifiquement le pape en 754. En 755, les Français conquièrent Pavie et les Lombards doivent rendre au Pape les territoires qu’ils lui ont pris. C’est la fameuse « Donation de Pépin » ou traité de Quierzy, qui donne naissance aux Etats pontificaux (voir la chronique du 14 avril). La France remplit là sa vocation, telle que déjà, au VIème siècle, le Pape Pélage Il la définissait:

«Ce n’est pas en vain, ce n’est pas sans une admirable disposition que la Providence a placé la catholique France aux portes de l’Italie et non loin de Rome ; c’est un rempart qu’Elle ménageait à toutes deux».

Voir les chroniques du 26 mars, 14 avril et 28 juillet.

  • le 25 avril 799 : attentat contre le pape Léon III.

L’attentat des nobles romains est dirigé par le primicier Pascal et le patricien Campulus, neveu d’Adrien Ier, pape précédent. Le jour des Litanies majeures, le Pape, à cheval, ouvre la marche d’une longue procession. Soudain, il est « assailli, roué de coups, jeté à bas de sa monture, dépouillé de ses vêtements pontificaux ». Les conjurés l’accusent de toutes sortes de vices et de crimes, de parjure, de fornication et d’adultère et lui crèvent les yeux et lui coupent la langue. Il est enfermé dans un couvent en attendant d’être jugé. Miraculeusement, Dieu le guérit et il retrouve un vue dite « 7 fois meilleure et une langue 7 fois plus éloquente ». Il parvient à s’échapper et se réfugie chez le duc de Spolète, avant de se rendre à Paderborn, en Saxe, où se trouve alors Charlemagne. Ce dernier diligente une enquête sur les accusations. Le pape, totalement blanchi est renvoyé à Rome avec une forte escorte pour le réinstaller sur le trône de Pierre.

À Noël, en 800, Léon III couronne Charlemagne empereur dans la basilique Saint-Pierre.

Il meurt le 12 juin 816 (voir la chronique du jour).

  • le 25 avril 1214 : naissance du Roi Saint-Louis.

Né le 25 avril 1214 à Poissy, l’aîné des cinq fils de Louis VIII n’a que 12 ans lors de son avènement, le 8 novembre 1226. Blanche de Castille assure la régence du Royaume. Saint Louis est le modèle du Roi chevalier, du Roi Chrétien : chevalier sans peur et sans reproche, érudit capable de discussions théologiques avec Saint Thomas d’Aquin, symbole de la Justice personnifiée dans toute l’Histoire de France, chrétien d’une charité extraordinaire qui régulièrement vient soulager les lépreux, les pauvres et indigents. L’Eglise le canonise le 11 août 1297.

Comme l’écrit Geneviève Esquier dans Ceux qui croyaient au Ciel (Editions l’escalade page 143 et 144) : «Il est rare que le plus grand soit le plus saint. »

Et elle continue :

« Petit fils de Philippe Auguste, vainqueur de Bouvines, fils de Louis VIII le Lion, vainqueur des Albigeois, […] le fils de la reine Blanche est éduqué pour devenir Roi. Mais Roi au sens de premier serviteur du Christ Roi de France, au sens où la France est fille première née, choisie par le Père pour servir la Mère-Eglise, et qui plus de 700 ans auparavant a accepté ce choix. »

Il bénéficie dès sa jeunesse d’une éducation chrétienne avec sa mère alors Régente, auprès de qui il acquiert le goût de la Justice à travers le difficile équilibre entre Autorité et Charité. C’est encore elle qui lui enseigne qu’elle le préfèrerait mort à ses pieds plutôt que de les avoir coupable d’un seul péché mortel !

C’est à Saint Louis que l’on doit les premiers tribunaux d’instance, ouverts à tous. Il nomme dans toutes les provinces de France des représentants de la justice royale et crée le premier parlement qu’il préside lui-même à Vincennes. Il est aussi à l’origine de la libération du servage, d’une caisse d’aide pour les agriculteurs âgés, d’une multitude d’œuvres caritatives à travers tout le pays.

Saint Louis, Roi de France, par Emile Signol, Palais de Versailles

Sa sagesse et son esprit de justice sont tels que le pape, l’empereur demandent son intercession, même le roi d’Angleterre pour juger d’affaires interne à son royaume entre lui et ses barons. Cela ne l’empêche pas de prendre la tête des armées royales pour châtier des coupables, pour faire respecter le droit, si cela s’avère nécessaire, ou pour lutter pour la libération de la Terre Sainte, puisqu’il se croise par deux fois et meurt au cours de sa seconde croisade atteint par le typhus. (Voir les chroniques du 29 novembre des 11, 19 et 25 août entre autres).

  • le 25 avril 1234 : fin de la Régence de Blanche de Castille, le Roi Saint-Louis a 20 ans.

La Régente a réussi à préserver la Monarchie malgré les violentes attaques de vassaux avides de la prospérité royale. Saint Louis va rapidement consolider le travail remarquable de pacification réalisé par sa mère. Le 27 mai suivant à Sens, le Roi se marie avec Marguerite de Provence (voir la chronique du jour).

  • le 25 avril 1342 : décès du pape Benoît XII.

Pendant son pontificat il réforme l’administration pontificale, la Curie, les Ordres monastiques, dont la discipline et la ferveur dans les différents ordres religieux se sont relâchées. Dans la crainte d’une intervention armée de l’empereur Louis de Bavière, allié de l’Angleterre, le pape se fait édifier un palais fortifié à Avignon.

  • le 25 avril 1450 : assassinat de Gilles de Bretagne.

Gilles de Bretagne, frère du duc François Ier de Bretagne, est assassiné en prison alors qu’il devait être libéré depuis un an. Enfermé depuis 1446, pour avoir proposé ses services au roi d’Angleterre, il est étranglé dans sa cellule le 24 avril 1450 par Olivier de Méel. Ce dernier et ses complices sont exécutés l’année suivante sur ordre de Pierre II de Bretagne.

  • le 25 avril 1707 : bataille d’Almanza.

Cette bataille a lieu dans le cadre de la guerre de Succession d’Espagne. Une armée austro-anglo-hollando-portugaise est battue par une armée franco-espagnole près d’Almansa, en Espagne. Les coalisés perdent 5 000 hommes et 12 000 prisonniers. L’armée franco-espagnole des bourbons exploite cette victoire en conquérant les villes du royaume de Valence, hostile au règne de Philippe V sur l’Espagne.

  • le 25 avril 1747 : décès du chirurgien François Gigot de Lapeyronie.

François Gigot de Lapeyronie, de l’atelier de Hyacinthe Rigaud, 1743

François Gigot de Lapeyronie, né à Montpellier le 15 janvier 1678 et mort à Versailles le 25 avril 1747, est un chirurgien français. En 1704, il participe comme chirurgien militaire à la campagne du maréchal de Villars contre les camisards. À la mort de Mareschal en 1736, Lapeyronie devient le premier chirurgien et confident du Roi Louis XV, et chef de la chirurgie du Royaume. Il est ainsi sans doute à l’origine de l’ordonnance royale du 23 avril 1743, qui sépare définitivement les chirurgiens des barbiers. Il est également élu membre de l’Académie royale des sciences en 1731, puis président de l’Académie royale de chirurgie de 1736 à 1747.L’hôtel Saint-Côme à Montpellier, actuel siège de la Chambre de commerce et d’industrie de Montpellier est construit à partir de fonds légués par François de Lapeyronie.

  • le 25 avril 1792 : première exécution par la guillotine, sur la place de Grève, actuelle place de l’Hôtel-de-Ville à Paris.

Voir la chronique du 28 novembre.

  • le 25 avril 1802 : amnistie des émigrés français.

Un Sénatus-consulte accorde l’amnistie aux émigrés “qui figurent encore sur la liste” (sauf pour 1000 des plus compromis d’entre eux) en l’honneur de la paix s’ils reviennent au plus tard le 1er vendémiaire an XI. Fouché fait préciser qu’ils ne pourront pas mettre en litige la dévolution de leurs biens en leur absence. La révolution « mère généreuse » consent à amnistier ceux qui ont pris les armes pour défendre leur droits les plus fondamentaux : la liberté religieuse, la liberté de pensée et de défendre leur Roi, la propriété privée etc.

  • le 25 avril 1830 : les reliques de saint Vincent de Paul sont transférées rue de Sèvres, à Paris, dans la chapelle des Lazaristes.
  • le 25 avril 1841: Mayotte devient française.

La France prend l’avantage sur les Britanniques dans la course à la colonisation des îles dans l’océan Indien. Mayotte a le statut de colonie alors que les autres îles des Comores passent sous protectorat français en 1886.

  • le 25 avril 1859 : début des travaux du canal de Suez.

Trois ans après la fondation de la Compagnie Universelle du canal maritime de Suez par l’entrepreneur français Ferdinand de Lesseps, les travaux de construction du canal débutent. Il faut dix ans pour construire ce gigantesque ouvrage long de 193,3 km, d’une largeur de 280 m à 345 m et profond de 22,5 m. (cf. la chronique du 17 novembre).

  • le 25 avril 1879 : Jules Ferry et les Jésuites.

Ce libre penseur et franc maçon s’installe au ministère de l’Instruction publique et des Beaux-arts. Immédiatement il s’attaque à la Compagnie de Jésus.

« Oui, c’est à elle [la Compagnie de Jésus], messieurs que nous voulons arracher l’âme de la jeunesse française. »

Et ce sera la fermeture de 261 couvents et l’expulsion de 5643 religieux. Note François Marie Algoud dans son livre Histoire de la perversion de l’intelligence et des mœurs. (Edition de Chiré, pages 126 et 127) ; il souligne aussi :

« Un an avant, le 20 avril 1878, le  Vénérable Frère de Hérédia à la loge L’étoile polaire du Grand Orient de France, déclare : « Ce qu’il faut conquérir avant tout, c’est la femme, parce qu’elle est la dernière forteresse que l’esprit d’obscurantisme, la religion, oppose au progrès humain. »

  • le 25 avril 1915 : début du débarquement de Gallipoli.

La bataille des Dardanelles commence. En deux jours 75 000 soldats alliés débarquent. Mais l’ennemi étant au courant, l’effet de surprise ne joue pas. En décembre les survivants commencent à être évacués jusqu’au 9 janvier 1916. C’est l’échec total d’une opération avec 200 000 morts et blessés alliés, contre environ 70 000 turcs.

  • le 25 avril 1945 : le Maréchal Pétain rejoint la frontière franco-suisse.

Le maréchal gagne la Suisse et se présente volontairement au poste frontière de Vallorbe, pour répondre de ses actes. Il est aussitôt emprisonné.

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services