Bannière Salon Beige

Partager cet article

Histoire du christianisme

C’est arrivé un 24 novembre…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum.

Rappelons-nous:

  • le 24 novembre : saints du jour français ou de France.
    • St Romain, prêtre gallo-romain († v. 380)

Saint Romain est un prêtre qui a vécu dans la place forte de Blaye sur le territoire de Bordeaux, vers 380.

  • St Pourçain, ermite († après 532)

Esclave dans sa jeunesse, saint Pourçain, trouve refuge et liberté dans un monastère du pays arverne, où il devient moine, puis abbé et meurt très âgé, exténué par les jeûnes, ès 532.

  • St Pierre Dumoulin-Borie, évêque et martyr († 1838)

À Dong Hoi en Annam, l'an 1838, Pierre Dumoulin-Borie, évêque, de la Société des Missions étrangères de Paris, Pierre Vo Dang Khoa et Vincent Nguyên Thê Diêm, prêtres deviennent martyrs. L'évêque est décapité et les prêtres étranglés sur l'ordre de l'empereur Minh Mang.

  • le 24 novembre 496 : élection du pape saint Anastase II.
  • le 24 novembre 624 : élection du pape Théodore 1er.
  • le 24 novembre 1394 : naissance de Charles d'Orléans

Futur duc d'Orléans de 1407 à 1465, Charles d'Orléans voit le jour à Paris le 24 novembre 1394. Fils de Louis Ier, frère du Roi de France Charles VI, Charles d'Orléans est resté célèbre dans l'histoire de France par son œuvre poétique qu'il réalise lors de sa période de captivité, emprisonné par les Anglais. Longue de 25 années, cette période lui permet de laisser derrière lui plus de 130 chansons, une centaine de ballades, 7 complaintes et plus de 400 rondeaux.

  • le 24 novembre 1583 : mort de René de Birague

Chancelier et cardinal français, René de Birague naît le 2 février 1506 en Italie. Issu d'une famille milanaise particulièrement aisée, il reçoit une éducation stricte qui le mène rapidement en France, où il se fait naturaliser en 1565. Sous le règne d'Henri III, il est l'un des plus virulents opposants aux protestants. Il devient garde des Sceaux en 1570, puis cardinal en 1578. En 1573, il est récompensé de ses services en étant nommé chancelier de France en remplacement de Michel de l'Hospital. En 1579, il est nommé commandeur de l'ordre du Saint-Esprit nouvellement créé.

Mais à la suite de la mort de sa femme, il consacre sa vie à Dieu, devint prêtre puis évêque de Lodève. Il a été enterré dans l'abbaye de Sainte-Catherine du Val-des-Écoliers.

Encore un grand serviteur de la France, dont « l'éducation nationale » (ce système mérite-t-il des majuscules), se garde bien de parler et de proposer en exemple à la jeunesse de France.


  • le 24 novembre 1793 : la publication du calendrier révolutionnaire

La Convention publie le calendrier républicain. Le 22 septembre 1792, au lendemain de l'abolition de la royauté, les députés décident que les actes du gouvernement seront désormais datés de "l'An 1 de la République". Le 5 octobre 1793, les députés votent l'abolition du calendrier grégorien, hérité de Jules César et modifié par le pape Grégoire XIII en 1582. Les semaines deviennent des décades ; primidi, duodi, tridi, quartidi, quintidi, sextidi, septidi, octidi, nonidi et décadi en sont les jours. Les mois ont tous 30 jours et le poète Fabre d'Églantine renomme les mois ; leurs noms évoquent les quatre saisons : vendémiaire, brumaire, frimaire, nivôse, pluviôse, ventôse, germinal, floréal, prairial, messidor, thermidor, fructidor. Pour s'aligner sur un cycle solaire, ces douze mois sont complétés par cinq ou six jours consacrés à des fêtes patriotiques, les « sanculottides ». Le principe n'est pas à proprement parler nouveau. Il était déjà employé par les pharaons ! Napoléon Ier l'abolit le 9 septembre 1805 et le calendrier grégorien reprend le 1er janvier 1806. Il servait surtout à faire disparaître toutes les traces des saints et des fêtes chrétiennes.

Alors ! Anti chrétienne la révolution ? Qui ose nier cette réalité.

Pas un de ses inspirateurs, Voltaire, qui signait ses lettre par un «Écrasons l'infâme» ou en  abrégé : « Ecr. L'inf. » . Cet infâme dont il disait : « fantôme hideux », « un monstre abominable », « l'hydre abominable qui empeste et qui tue ». Il signait aussi parfois « Christ moque »

Son ennemi était le Christ, non pas dans sa nature humaine mais dans sa nature Divine. L'infâme pour lui était Dieu. Et cet homme est au Panthéon français !

  • le 24 novembre 1798 : le Directoire crée un impôt sur les portes et sur les fenêtres.
  • le 24 novembre 1995 : l'Irlande légalise le divorce.

La loi irlandaise sur le divorce est approuvée par loi de référendum. Le vote extrêmement serré est remporté avec 50,3% de "oui" contre 49,7 % de "non". L'Irlande était le seul pays à maintenir cette interdiction en vigueur. Malgré les exhortations du Pape Jean-paul II, les Irlandais cèdent à " l'esprit du monde " et pourront désormais librement divorcer. 

  • le 24 novembre 2013 : fête du Christ, Roi de l'Univers, date non fixe.

La solennité du Christ Roi a été instituée par le Pape Pie XI en 1925, alors que certains états cherchaient à dénaturer le christianisme ou à le faire oublier. Face à ce laïcisme de longue date, il fallait affirmer que le royaume du Christ « s'oppose au royaume de Satan et à la puissance des ténèbres », « qu'il réclame qu'on ait soif de la justice », et qu'on soit « détaché des richesses matérielles ». Elle est désormais située, non plus le dernier dimanche d'octobre, mais le dernier dimanche de l'année liturgique, comme son couronnement.

 

Partager cet article

1 commentaire

  1. Le Christ-Roi était “fêté” avant le concile le dernier dimanche d’octobre, juste avant la fête de tous les saints. cette date avait été choisie parce qu’il fallait que le Christ régne sur terre pour attirer les peuples à devenir saints.
    Depuis le concile et la nouvelle liturgie, cette fête a été déplacée au dernier dimanche de l’année liturgique, le christ devant régner au Paradis, mais sans attirer dès ici-bas les peuples à appliquer sa Loi naturelle et innée.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services