Bannière Salon Beige

Partager cet article

Histoire du christianisme

C’est arrivé un 23 septembre…

C’est arrivé un 23 septembre…

« A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines. » Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 23 septembre : saints du jour français ou en France.
    • St Lin de Volterra, deuxième pape et martyr († 67)

Lin était le fils d’un homme fort considérable de la ville de Volterra, en Toscane. Il se convertit à Rome où saint Pierre prêchait l’Évangile. Aussitôt après sa conversion, saint Lin renonça à tous ses biens et quitta son père. Il donna de si grandes preuves de son zèle, de son érudition et de sa prudence, que le chef des apôtres l’employa à la prédication de la parole de Dieu et à l’administration des sacrements. Saint Paul parle de saint Lin au chapitre quatrième de sa seconde Épître à Timothée et le place entre les principaux chrétiens de la ville de Rome : « 21 Dépêche-toi de venir avant l’hiver. Eubule et Pudens te saluent, ainsi que Lin, Claudia et tous les frères. »

Envoyé dans les Gaules pour y porter le flambeau de la foi, le bonheur de l’avoir pour premier évêque échut à la ville de Besançon dont le nombre des fidèles s’accrut de jour en jour. Un jour, les païens célébrèrent une fête solennelle en l’honneur de leurs faux dieux auxquels ils offraient beaucoup de sacrifices. Brûlant de zèle pour la gloire de Dieu et le salut de ces pauvres âmes, saint Lin entreprit de les détourner de ce culte abominable. Fendant la foule des idolâtres, il leur dit courageusement : « Que faites-vous, mes chers enfants ? Quelle marque de divinité voyez-vous dans ces simulacres que vous adorez ? Ce ne sont que des statues qui n’ont ni esprit, ni sentiment, et qui ne représentent que des hommes dont l’incontinence et l’impiété ont été toutes publiques. Ces idoles de pierre et de cuivre ne méritent nullement vos respects. C’est à Dieu seul, créateur du ciel et de la terre que vous devez immoler des victimes. Quittez donc ce culte sacrilège et acquiescez aux vérités que je vous prêche. »

Ces paroles prononcées avec une ferveur inspirée retentirent comme un violent coup de tonnerre qui renversa par terre l’une des colonnes du temple avec l’idole qu’elle soutenait, la réduisant en poussière. Un prodige si éclatant aurait dû ouvrir les yeux aux idolâtres et leur faire reconnaître la vérité de la religion que saint Lin leur annonçait. Hélas, au lieu de profiter de la grâce qui leur était offerte, les incroyants fermèrent leurs cœurs à la parole de Dieu et se jetèrent tumultueusement sur saint Lin qu’ils chassèrent à l’heure même de la ville de Besançon.

L’apôtre retourna à Rome où saint Pierre s’en servit utilement pour le gouvernement de l’Église. Il s’acquitta avec tant de soin de toutes les fonctions qui lui furent assignées qu’après la mort du prince des apôtres, on le choisit pour lui succéder dans la charge de pasteur suprême. Dans cette sublime fonction, saint Lin donna d’excellents témoignages de son zèle et de sa vigilance pastorale. Il écrivit deux relations du martyre de saint Pierre et de saint Paul. Nous tenons aussi de lui l’histoire de la dispute du prince des apôtres avec Simon le Magicien. Pour l’affermissement de l’Église naissante et l’avancement de la chrétienté, saint Lin consacra quinze évêques et dix-huit prêtres.

Le Bréviaire romain dit que la foi et la sainteté de ce souverain pontife furent si grandes qu’il ressuscita des morts et chassa les démons des corps de plusieurs énergumènes. Après avoir gouverné l’Église pendant un an, trois mois et douze jours, saint Lin versa son sang qui servit de semence à de nouveaux chrétiens. On enterra sa précieuse dépouille au Vatican, auprès des restes de saint Pierre.

 

  • le 23 septembre 1600: ordination de St Vincent de Paul.

L’ordination a lieu à Château-l’Evêque, alors qu’il n’a que 20 ans, soit 4 ans avant l’âge canonique minimum autorisé à l’époque.

Vendu esclave à Tunis, acheté par un Français apostat, qu’il convertit ; chargé d’une mission auprès du Roi Henri IV par le pape, il devient aumônier de la Reine Margot. Voir les Chroniques du 24 avril, du 14 mai, du 27 septembre.

  • le 23 septembre 1305 : mariage du futur Roi de France, Louis le Hutin.

Louis le Hutin, fils du Roi de France Philippe IV le Bel et de la reine de Navarre Jeanne Ière, épouse à Vernon Marguerite de Bourgogne, fille du duc de Bourgogne Robert II et d’Agnès de France.

  • le 23 septembre 1548 : le Roi Henri II fait une entrée triomphale dans Lyon.

La ville l’accueille par un triomphe à romaine. Les cérémonies de cette entrée solennelle sont somptueuses. Annoncée en mai, cette visite est minutieusement préparée par la population. Elle a lieu un dimanche ; le Roi longe d’abord les quais de la Saône à bord d’une gondole. Arrivé au faubourg de Vaise, l’attend une grande tente surélevée en soie verte brodée de fil d’argent et parsemée des chiffres royaux. Après avoir pris une collation, il reçoit le gouverneur et les notables de la ville, puis le clergé. Un immense défilé à lieu devant lui, s’y étale la richesse de la cité.

Ensuite, le Roi fait son entrée accompagné de sa cour. Le cortège est constitué de plus de 7000 personnes qui découvrent une ville entièrement pavoisée et décorée ! Les festivités durent une semaine entière.

  • le 23 septembre 1666 : mort de l’architecte français François Mansart.

François Mansart, architecte français, nait le 23 janvier 1598 à Paris. Il réalise de nombreux édifices dont le Château de Balleroy, le Château de Berny. La conception du Château de Maisons-Laffitte est sans conteste son œuvre majeure dont le modèle d’architecture baroque sera imité dans toute l’Europe.

  • le 23 septembre 1880 : entrée en fonction du gouvernement de Jules Ferry.

La persécution de l’Eglise catholique commence de façon ouverte en France.

«La scène se passe fin 1885. Jean Jaurès, professeur de philosophie dans le Sud-Ouest, vient d’être élu, à 26 ans, député du Tarn. Politiquement, il se situe au centre gauche, mais il entame l’évolution qui le conduira au socialisme. Le nouveau parlementaire croise Jules Ferry. Ce dernier, ancien président de la Chambre et ancien président du Conseil, a dû quitter le pouvoir au printemps précédent —sa politique coloniale ne faisant pas l’unanimité— mais il reste une figure de la République. Le jeune Jaurès s’adresse donc à lui. « Mais enfin, Ferry, quel est votre idéal ? Vers quel terme croyez-vous qu’évolue la société humaine et où prétendez-vous la conduire ? Quel est votre but ? — Mon but, répond Ferry, est d’organiser l’humanité sans Dieu et sans rois. — Mais non sans patrons », réplique Jaurès. »

Tiré de Quand les catholiques étaient hors la loi de Jean Sévillia (éditions Perrin page 29)

  • le 23 septembre 1898 : vœu émis par le Grand Orient lors de son convent annuel : la maçonnerie et l’enseignement.

« Ce n’est pas l’enseignement libre, à proprement parler que nous combattons. C’est l’enseignement, la doctrine cléricale. En un mot, c’est que nous combattons c’est l’éternel ennemi… Il nous faut  […] restituer à l’Etat, au nom de la vraie liberté, le monopole de l’éducation.»

François Maris Algoud dans Histoire de la volonté de perversion de l’intelligence et des mœurs, (éditions de Chiré page 142)

  • le 23 septembre 1913 : première traversée aérienne de la Méditerranée.

L’aviateur français Roland Garros réussit la première traversée de la Méditerranée en reliant Saint-Raphaël dans le Var à Bizerte, au Nord de la Tunisie. Il parcourt les 730 kilomètres en 7 heures et 53 minutes, à bord d’un monoplan Morane-Saulnier.

  • le 23 septembre 1940 : échec de l’attaque gaullo-britannique sur Dakar.

De Gaulle a convaincu les Britanniques que les Allemands occupent Dakar et y font la loi. Une escadre de 6000 hommes dont un tiers de Français attaque la ville, plus peuplée que Vichy et où, surtout se trouvent 1800 tonnes d’or de la banque de France. Dakar résiste au prix du sang et d’un contre-torpilleur et deux sous marins coulés, 184 tués et 379 blessés dont la moitié de civils. Devant cet échec, De Gaulle fait appelle aux Anglais. Ces derniers donne au général Boisson un ultimatum jusqu’à 06h00 du matin pour se rendre.

Cet échec casse la confiance entre De Gaulle et les Anglais qui se sont bien rendu compte qu’il n’y avait et n’y aurait aucun Allemands. Le 25 octobre le roi Georges d’Angleterre fait parvenir au Maréchal « un message de bonne volonté » suggéré par Churchill qui ne veut pas rester sans « carte française dans les mains ».

De Gaulle lance, le 27 octobre, depuis Brazzaville un manifeste, puis le 16 novembre une déclaration organique haineuse, par lesquels il entre encore plus en rébellion.

Histoire élémentaire de Vichy de l’amiral Auphan (Nouvelles Editions Latines, page 231).

  • le 16 et 23 septembre 1943 : bombardement des Alliés sur Nantes.

Voir la chronique du 16 septembre.

  • le 23 septembre 1956 : la France et le Royaume-Uni soumettent le problème du canal de Suez au Conseil de sécurité des Nations unies.
  • le 23 septembre 1968 : mort du Padre Pio.

Padre Pio a porté les stigmates une bonne partie de sa vie. Chaque vendredi, du sang AB, identique à celui sur saint Suaire de Turin et à celui des différents miracles eucharistiques, suintait de ses plaies avec un parfum ineffable. Le père connu pour les nombreux miracles réalisés de son vivant, passait plus de 18 heures par jours à confesser ; son don de lire dans les âmes lui attirait les foules.

Le Pape Benoit XV déclaré : « Padre Pio est l’un de ces hommes extraordinaires que Dieu envoie rarement sur la Terre pour ramener à lui le genre humain. »

Cité par François Marie Algoud dans Histoire de la volonté de perversion de l’intelligence et des mœurs (Editions de Chiré page 273)

  • le 23 septembre  1990 : début de l’opération Daguet.

France lance l’opération Daguet et participe à la première guerre d’Irak. Avec 4000 hommes au début, les effectifs montent jusqu’à 12500 hommes, des chars, des hélicoptères et des avions de combat sont déployés en Arabie saoudite aux côtés des Américains.

Partager cet article

Publier une réponse